Tunisie-ONU : Vers la mise en place d'un cadre de coopération quinquennal    L'amendement de l'art. 10 de la loi relative à la Cour constitutionnelle est juridiquement possible (Saloua Hamrouni)    Tunisie: Un trou de 8 milliards de dinars dans le budget 2020, selon le ministre des Finances    Il y a 14 ans jour pour jour, la photo la plus triste de l'histoire de football    Météo: Prévisions pour jeudi 09 juillet 2020    Tunisie – Limogeage du directeur régional de la santé à Tataouine    Tunisie – VIDEO : Tataouine cette nuit    Un détenu étranger testé positif à la prison civile de Gabès    Tests négatifs pour 124 tunisiens rapatriés de Libye    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Concours international de poésie en langue française : le Tunisien Nadhir Guedri lauréat du 1er prix    Tunisie – Huit mois de prison ferme pour Khaled Fakhfakh    Ghannouchi est rentré en Tunisie avant l'entrée en vigueur de l'amnistie générale    Mercato – Yassine Chamakhi a-t-il rejoint l'Espérance de Tunis ?    Exposition "On dirait un Chat" d'Amin Chaouali jusqu'au 19 juillet à la Galerie Saladin    Nouveau B.E. de la Fédération générale de l'information    Produits pétroliers Nouvelle baisse des prix des hydrocarbures    Finances : Légère appréciation du taux du change du dinar    Examens nationaux : Plus de 133 mille candidats en course pour le bac    Tourisme : La Tunisie 2ème destination la plus vendue    Conseil des ministres: Adoption de 4 projets de décrets gouvernementaux    Tunisie: Ennahdha et Qalb Tounes œuvrent à réviser l'article sur l'élection du président de l'ARP pour un an    Tunisie: Echec de la session de négociations entre le gouvernement et l'UGTT    L'Ocean Viking sur le point de débarquer 180 migrants en Sicile    Plus de 1 000 nouveaux cas en 24 heures    Lancement, aujourd'hui, du projet «EU4Innovation»    La BVMT compte élaborer un guide de Reporting extra-financier destiné aux sociétés cotées    Abir Moussi conteste le visa du parti Ennahdha    Bruits et chuchotements    En fin de compte, les demi-finales et la finale, au Cameroun    Ça ne paie pas de... mine !    Discrimination positive dans les régions intérieures    «Carthage Dance» reporté    CONDOLEANCES : Ali EL KAROUI    ATI – Universa Hub Africa : Lancement du réseau national de Blockchain    Equipe nationale U20 : 8 joueurs convoqués pour le stage de préparation    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 8 juillet à 11H00    «Bnet Essyassa» en librairie : Les filles de la politique écrivent    Vidéo- Buzz : Grâce à une vidéo posté sur ‘TikTok', un jeune passionné de 3D intéresse Disney    Foot-Europe: le programme du jour    Le grand Abdelmajid Tlemçani n'est plus    Tunisie : Le transfert des archives de Cinéma à Gammarth vers la BNT se poursuivra en 2021    2 nouveaux cas importés à Gafsa    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    Ces pays ont procédé encore une fois au confinement    Gouvernement Castex : La parité femmes/hommes respectée, mais plus à droite    Un fort séisme secoue l'Indonésie. Pas d'alerte au Tsunami    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Six quartiers de Bagdad reconfinés
Publié dans Le Temps le 27 - 05 - 2020

Depuis quelques jours, un pic de contaminations au Covid-19 fait craindre le pire dans ce pays où quatre décennies de conflits ont laissé un système de santé à bout de souffle. Le gouvernement irakien avait levé partiellement le couvre-feu pour le mois de Ramadan, mais depuis mercredi dernier, six quartiers de Bagdad ont été reconfinés. Parmi eux, Sadr City, l'un des quartiers les plus pauvres de la capitale, où vivent 4 millions d'habitants et où les structures de soins sont largement défaillantes.
Sadr City est l'enfant pauvre de Bagdad : un quartier surpeuplé aux rues pour la plupart défoncées, et où les services publics sont quasi inexistants. À 75 ans, Khamas y a vécu toute sa vie. Aujourd'hui confiné, il a peu d'espoir que l'Etat gère efficacement la crise.
« On est 4 millions ici, et il n'y a pas un seul parc, pas un seul kilomètre d'espace vert, pas assez d'hôpitaux ou d'écoles, déplore Khamas. Aucun gouvernement ne peut gérer le problème [du coronavirus] en plus de toute cette réalité. »
D'ailleurs, ces deux défis s'opposent, selon lui. Les autorités ont réinstauré un couvre-feu pour endiguer la propagation du virus, mais peu d'habitants le respectent aujourd'hui, principalement pour des raisons économiques.
Couvre-feu difficile à imposer
« Vous ne pouvez pas vraiment imposer de couvre-feu ici, souligne Khamas. La ville est tentaculaire et beaucoup de gens ne sont pas éduqués. Certains sont analphabètes, et puis l'économie va très mal. Les gens veulent travailler ici. Ils veulent vivre leur vie, manger, boire et gagner de l'argent. »
L'Irak reste encore peu touché par rapport au reste du monde, selon les chiffres officiels. Mais la récente hausse des contaminations et le non-respect des mesures sanitaires font aujourd'hui craindre le pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.