Analyses négatives pour 86 personnes ayant contacté le cas contaminé à Ouchtata    Ce que l'on sait de la rencontre entre Noureddine Erray et Patrice Bergamini    Houssem Habbassi avec le groupe    Les médecins privés reviennent à de meilleurs sentiments    Land'Or décide de distribuer un dividende de 0,180 dinars par action    Mercato : Achraf Hakimi (Real Madrid) signe à l'Inter Milan (Officiel)    Tout le monde contre le projet    La passion amoureuse loin du qu'en dira-t-on    Hausse des températures : Les recommandations du ministère de la Santé    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Istanbul : basilique Sainte-Sophie peut redevenir une mosquée d'ici 15 juillet    Tennis : Novak Djokovic testé négatif au coronavirus    2,7 milliards de dinars de déficit budgétaire    Le navire « Tanit » de la CTN, quitte la Tunisie sans voyageurs et y retourne avec 2000 passagers    Le ministère des Finances invite les contribuables à utiliser le système de télédéclaration et de télépaiement    Lutte contre la Covid-19 : Alwaleed Philanthropies au secours de 10 pays africains    Suspicion d'abus et de corruption : 7 anciens et actuels cadres de Tunisair en garde à vue    Lancée prochainement par le collectif Soumoud : Consultation sur la révision du système électoral    Municipalité de Tunis : Parachèvement des procédures relatives à la réalisation de deux projets importants    Covid-19 : 2 années de croissance de perdues en matière de monétique    Espérance de Tunis : Tayeb Meziani sur le départ    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juillet à 11H00    FARK : Néziha ZAOUALI    CONDOLEANCES : Halima ABDESSALEM    Tunisie: Une Candidate infectée par coronavirus passe les examens de la neuvième depuis le centre de quarantaine à Monastir    Tunisie : La coordination d'El Kamour refuse les récentes décisions gouvernementales et menace d'escalade    Tunisie: Nouvelle opération d'immigration clandestine déjouée à Sfax    Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?    Réouverture de l'hôtel THE PEARL à Sousse    Le ministère de la santé veille sur l'actualisation permanente de la classification des pays selon le niveau de risque épidémique    Météo : persistance du temps chaud    Danemark : distances non respectées, la finale de la Coupe brièvement arrêtée    « Samsam» de Tanguy de Kermel actuellement dans les salles : La part belle au cinéma d'animation    Poursuite de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut sous l'impact de la crise du Covid-19    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Grève de 3 jours dans toutes les compagnies pétrolières à Tataouine    Tunisie : Les vols de rapatriement programmés ce jeudi    Noureddine Erray se félicite de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU du projet tuniso-français sur la lutte contre la Covid-19    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    Le plus grand franchisé américain de Pizza Hut dépose le bilan sous le chapitre 11    La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet à Nouakchott    Cinq ans de prison pour l'anthropologue franco-iranienne    Le Film palestinien "It Must be Heaven" d'Elia Suleiman projeté en Tunisie (B.A. & Synopsis)    Personne ne peut prétendre détenir la solution militaire ou politique pour apaiser la Libye    Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles, à La Presse : «Le zonage pour assurer le bon déroulement des festivals»    Pris sur le vif : De littérature et d'esthétique    Tunisie: Un bateau de pêche tunisien arraisonné par des garde-côtes libyens    Le Festival de la chanson tunisienne reporté à 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rohani prône la coopération avec les ultraconservateurs
Publié dans Le Temps le 28 - 05 - 2020

Le président Hassan Rohani a exhorté hier les députés iraniens à "coopérer" avec son gouvernement lors de la session inaugurale du nouveau Parlement issu des législatives de février, remportées par les conservateurs hostiles à sa politique.
"J'espère que dans l'année qui reste à ce gouvernement nous réussirons à coopérer et à travailler ensemble", a déclaré M. Rohani à la tribune du "Majlis", l'"assemblée" en persan.
La 11e législature depuis l'avènement de la République islamique en 1979 s'ouvre alors que l'activé économique du pays, durement frappé par la maladie Covid-19, revient progressivement à la normale.
Signe que le combat contre le nouveau coronavirus est cependant encore loin d'être gagné, un siège était laissé vacant entre chaque député présent, mais les élus, en règle générale, ne portaient pas de masque.
M. Rohani, à qui la Constitution interdit de briguer un nouveau mandat en 2021, a appelé les députés, collectivement et individuellement à placer l'"intérêt national au-dessus des intérêts particuliers", des "intérêts de parti", ou "de circonscription".
Alors que les tensions sont fortes avec l'opposition conservatrice et ultraconservatrice, désormais majoritaire au Parlement, le président, qui fait figure de modéré, a défendu l'action de son gouvernement depuis sa première élection, en 2013.
Mais pour nombre d'observateurs, l'abstention record au scrutin de février (moins de 43% de participation selon les résultats officiels) traduit le désenchantement de la population face à des promesses non tenues.
La signature, à Vienne en 2015, de l'accord international sur le nucléaire iranien avait suscité l'espoir de lendemains économiques qui chantent et d'une ouverture du pays sur le monde après des années d'isolement.
Mais ces espoirs sont vite retombés avant d'être totalement enterrés par la dénonciation de l'accord de Vienne par les Etats-Unis en 2018 et le rétablissement de sanctions américaines ayant plongé l'Iran dans une violente récession qui devrait encore faire chuter le PIB national de 6% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).
L'absence de mobilisation des électeurs, quelques semaines seulement après la catastrophe (176 morts) de l'avion de ligne ukrainien abattu le 8 janvier à Téhéran (ayant provoqué, de l'aveu même de M. Rohani, une grave crise de confiance envers les autorités) et la disqualification de milliers de candidats réformateurs ont permis l'émergence d'un Parlement dominé par les conservateurs.
La question est désormais de savoir quelle coopération sera possible entre l'exécutif et le nouveau Parlement.
L'élection du président du nouvel hémicycle, prévue pour samedi, donnera une idée du rapport de forces entre conservateurs -- dont un bonne part reste favorable au maintien de l'accord de Vienne, et qui pourraient s'entendre avec le gouvernement sur certains sujets -- et ultraconservateurs qui s'opposent frontalement à M. Rohani sur tout.
Quatre candidats seraient encore en lice : Mohammad Bagher Ghalibaf, conservateur, ancien maire de Téhéran, Hamid-Réza Hajibabaï, et Chamseddine Hosseïni, ministres du temps de l'ex-président populiste et ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013), et Mostafa Mir-Salim, candidat malheureux à la présidentielle de 2017 et partisan d'une ligne dure contre "l'invasion culturelle" occidentale.
La presse locale fait état depuis plusieurs semaines de tractations en coulisses entre les différents courants conservateurs et ultras, à l'issue encore incertaine.
Mais la journaliste politique Férechteh Sadéghi note sur Twitter que M. Rohani "sait que ses rivaux [politiques] ne [pourront] pas être contrôlés comme" ils l'ont été sous la législature précédente.
M. Rohani a vanté devant les députés les résultats de son gouvernement face à la crise sanitaire, source de "grande fierté pour le peuple et les responsables", affirmant que l'Iran était "parmi les pays qui ont réussi" contre le virus.
Le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, a annoncé mercredi que la maladie Covid-19 avait fait 7.564 morts sur 141.591 personnes contaminées au total en Iran après 56 nouveaux décès causés par le virus au cours des 24 dernières heures.
La fiabilité des chiffres officiels est remise en cause à l'étranger comme par certains responsables en Iran.
Le Parlement iranien compte 290 sièges, mais seuls 268 députés ont siégé.
La législature s'est ouverte sans même attendre la tenue du deuxième tour (renvoyé au 11 septembre à cause de la pandémie) devant permettre d'élire 11 députés.
Sur les 279 députés élus au premier tour (dont 17 femmes), deux (dont une femme) sont morts du virus, et neuf ont été disqualifiés par le Parlement sortant après leur élection sans que l'on sache à ce stade si leurs sièges seront remis en jeu en septembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.