GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Climat : Les litiges climatiques se multiplient, et "ça va entraîner des changements indispensables", selon le PNUE    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Tunisie – Ragaillardis par le soutien du Cheikh, les députés d'Al Karama devenus incontrôlables ?    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    Chedly Ayari n'est plus    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La parole donnée...
Publié dans Le Temps le 23 - 06 - 2020


p class="p1" style="text-align: justify; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 43.5px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Il y a toujours un juste milieu. Et moyen de s'entendre, lorsqu'il y a, volonté réelle de trouver un compromis solvable, pour le traitement d'un dossier, aussi brûlant que celui d'El- Kamour. Mais lorsque l'on parle de compromis, il faut s'entendre d'abord sur la base, qu'il y a eu négociations au préalable, et que par la suite, des promesses n'ont pas été tenues. p class="p3" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 10px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Un scénario à rebondissements, qui dure depuis trois ans puisqu'il a fait du sur-place, et que, trois ans après justement, rien n'a été fait de ce qui devait l'être, dans les lignes de ce qui avait été convenu alors, entre la centrale syndicale et le gouvernement, pour résoudre la crise, un certain 16 juin 2017. p class="p3" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 10px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Les affrontements, entre des forces sécuritaires et les Sit-ineurs d'El-Kamour, dans la nuit du 21 juin 2020, n'auront pas, pour peu, contribué, à envenimer la situation, déjà explosive, depuis l'arrestation, le samedi, du porte-parole du Sit-in El Kamour, Tarek Haddad, au côté d'autres manifestants. Des routes ont été coupées à Tataouine, empêchant l'accès au gouvernorat. Les deux « camps » se jetant la balle, à qui mieux-mieux, imputant, chacun, la responsabilité de ce qui s'est passé, à l'autre, le Secrétaire générale de l'UGTT, Noureddine Taboubi, dénonçant, de son côté, un usage disproportionné de la violence, de la part des forces de sécurité à l'égard des Sit-ineurs, quand les instances concernées, par le biais de leur ministère de tutelle, évoquent plutôt la légitime défense : leurs locaux, dans la région, auraient été pris pour cible, par les manifestants, les obligeant à recourir à des moyens plus « musclés », pour avoir la maitrise de la situation dans la région. p class="p3" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 10px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Il y a un problème, et il est de taille : les promesses, non-tenues, des gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays depuis 2011, chacun, préférant lancer la « patate chaude », à celui qui occupera la place après lui, préférant, pour avoir la « paix », louvoyer, à travers des accords, parfois impossibles à tenir dans les termes, au vu d'une certaine conjoncture, et parfois pas, si la mauvaise foi vient à s'y ajouter, miner ainsi, le terrain, plus qu'il n'est permis, devant celui qui aura à charge, d'assurer la continuité de l'Etat. Car, oui, les hommes partent, mais l'Etat continue. Et pour qu'il puisse continuer, il faut que ceux qui gouvernent, apprennent à prendre à bras-le-corps tous les problèmes, en les priorisant. Pour les résoudre un à un, et non pas, pour pratiquer la politique de l'autruche, en attendant que passent les nuages.Elyès Fakhfakh a du pain sur la planche. Et il devra agir au mieux. Pour honorer la parole donnée. Quand bien même cette « parole », pour peu qu'elle semble excessive, au point qu'il aurait la tentation de se rétracter, pèse de tout son poids, sur l'équilibre d'un mandat, qui s'annonce, autrement, difficile à gérer. Et quand bien même cette parole, ce n'est pas lui qui l'ait donné, mais son prédécesseur. S'il veut, réellement, réussir le dur challenge, du développement régional dans le pays, il devra mettre tout le « paquet », pour résoudre la crise d'El-Kamour. Définitivement. Et dans le sens d'une justice sociale, qui n'est pas une manière de céder au chantage, mais bien au contraire, de rétablir la « balance » en réduisant ces terribles « fractures » régionales, qui font que la Tunisie fonctionne toujours à deux vitesses, quelque soixante-quatre-ans, après l'indépendance. Si c'est là son pari, il ne devra pas en détourner le regard.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.