Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Liban: les explosions à Beyrouth ont fait au moins 50 morts et 2 750 blessés selon un bilan provisoire    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    56% d'augmentation du déficit budgétaire à fin juin 2020    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était une fois... «12 mille dinars pour des Ripoux» !
Publié dans Le Temps le 10 - 07 - 2020

En 1984, sortait le film français de Claude Zidi, «Les Ripoux». 36 ans après, l'on pourrait écrire un scénario applicable
à la Tunisie, dans le milieu culturel, avec pour titre «12 mille dinars pour des Ripoux» !
Imaginons un lieu où le «crime» se déroulerait. Pourquoi pas la Cité de la Culture ? Très bien, disons la Cité de la Culture. Ce sera le cadre général de notre scénario. Quelle partie de la Cité ? Très bien, je suis d'accord avec vous : on dépasse l'entrée principale, première porte à gauche et encore à gauche, bien en face de la place des Théâtres ; même si l'histoire est «sombre», ce sera très bien pour la lumière. Les personnages principaux ? Disons un secrétaire général et un directeur administratif et financier, cela vous dit ? Deux fonctionnaires prêts à tout pour rester à leur poste respectif et continuer leurs magouilles.
Maintenant, entrons dans l'histoire. A la suite du changement du ministre des Affaires culturelles, des plaintes ont été déposées auprès de la nouvelle personne en charge de ce portefeuille, avec preuves à l'appui : malversations, détournements de fond et de biens à des fins personnelles, vols de matériel et en tout genre, etc.
Décision a été prise d'envoyer une inspection pour vérifier les comptes de cette institution artistique dotée d'une autonomie administrative et financière sous tutelle dudit ministère. La chose n'est pas bien vue du secrétaire général et du directeur administratif et financier. Et pour cause ! Si leurs magouilles sont dévoilées c'est le licenciement assuré. Il leur faut trouver une solution. Le directeur administratif et financier décide de prendre des congés et fuit dans sa ville d'origine. Le secrétaire général va chercher des appuis au sein du ministère des Affaires culturelles pour éviter de se faire éjecter.
Après un certain temps, les deux reprennent leurs fonctions sans être inquiétés et ils peuvent continuer à magouiller. Comment cela se peut-il ? Tout simplement, ils ont trouvé la solution : verser chacun six mille dinars aux inspecteurs venus inspecter leurs actes passés. D'où le titre de notre scénario «12 mille dinars pour des Ripoux»...
On pourrait imaginer une suite, comme certains films où l'on voit le 1, le 2, le 3 et parfois le 4. C'est vrai que cela ne serait plus un film mais une série. On pourrait même ajouter une touche de fantastique, des séquences dans lesquelles on verrait les principaux protagonistes manipulateurs et manipulés. Ils seraient soit des marionnettistes activant des pantins grâce à des fils ensorcelés, soit des personnes «marionnettisées», véritables béni-oui-oui, ou encore des personnes dont la simple vue de l'argent rendrait folles.
Bref on peut scénariser plein de choses réelles. Parce que vous croyez que ce scénario c'est du cinéma... Et si c'était vrai...
Z.H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.