Sihem Ayadi visite les infrastructures sportive à Bizerte    CORONAVIRUS NEWS : Dans moins de 15 jours l'INDE deviendra le 1er Foyer épidémiologique dans le monde    Abdelkader Boudrigua : Seulement 10% des entreprises ont bénéficié des mesures prises par le gouvernement    Sfax : Programme d'autonomisation économique au profit des familles démunies    Coupe de Tunisie (1/2 finales) : le programme et programme TV    Tunisie : 25 nouvelles contaminations à Nabeul    Météo : Pluies attendues sur le Nord et le Centre    Les automobilistes appelés à la vigilance    la publication des noms de ceux infectés par le coronavirus est illégale    Antonio Guterres – SG des Nations Unies – qualifie le COVID-19 de « 5ème Cavalier de l'Apocalypse »    Procès Fifa : 28 mois de prison requis contre Al-Khelaïfi, 3 ans contre Valcke    Etoile du Sahel : Roger Lemerre n'arrivera pas    Société Atelier du Meuble Intérieurs : augmentation de capital annoncée    Karim Trabelsi: « La LF 2021 doit traduire une approche sociale »    L'Atuge lance le débat sur les attentes et les perspectives de la loi de relance de l'économie    Dématérialisation des procédures administratives: Déjà des premiers succès de Mohamed Fadhel Kraiem    Tunisie: Tunisair: Les billets sont modifiables sans frais    Tunisie: Baisse de 11,5% des revenus de l'Etat au cours des sept derniers mois,selon Ezzeddine Saidane    Le Président de la République supervise la clôture des travaux de la Conférence annuelle de la diplomatie    Tunisie: Coupures d'eau ce mercredi sur ces zones de Tunis    Tunisie: Fakhfakh déclare ses biens à l'INLUCC    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Grenades sur votre table, faites le bon choix!    Départs à la pelle et flou inquiétant !    L'EST et le CSSE, en finale de la Coupe    Prix Littéraires "COMAR D'OR": "Merminus infinitif "remporte le Comar d'or (Lauréats de l'édition 2020)    Nawel Ben Kraïem, l'artiste hybride dévoile ses identités multiples    Le romantisme de Nawel Ben Kraiem    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Deuxième édition de "Les Cordes Méditerranéennes" du 24 au 31 octobre 2020    Programme TV du mardi 22 septembre    Mechichi reçoit Itilaf Al Karama, Moussi annule son rendez-vous    Naissance annoncée d'un nouveau parti centriste    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    Grippe saisonnière : Ce croisement potentiel avec le coronavirus    Pandémie de la Covid-19 : Les saints seraient-ils fâchés ?    Rentrée culturelle de l'Institut Français de Tunisie : De belles rencontres au menu    CONDOLEANCES    CONDOLEANCES : Hassan JLASSI JALLALI    L'EST remporte la supercoupe après le championnat : La culture de la performance    Par le polytechnicien Hazem Bouzaiane : Quelle couleur nous va...?    Deux morts et d'importants dégâts    Le parti du président Aoun propose un compromis    Manifestations millénaires à Bangkok    Nabil Naoum : L'Eclipse et autres nouvelles, De l'importance des menus plaisirs    Lancement du projet "Musées pour Tous" au musée archéologique de Sousse    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une exposition en hommage à sa ville natale
Publié dans Le Temps le 13 - 08 - 2020

L'exposition de Mariam Garaali Hadoussa à l'expace Jeelen, fruit d'une passion et d'un intérêt constant, offre un riche panorama de la peinture contemporaine à travers le renouvellement des formes, la diversité des matériaux et le rapport à l'environnement. Outre sa valeur artistique qui en fait une manifestation de grande importance, cette exposition qui est assez originale, s'intitule "Rasignes et Envols de l'âme ".
Sans conteste, ses œuvres suggèrent une sorte de dialogue avec le spectateur. Un échange visuel s'établit alors entre le spectateur et la toile.
Profondeur, messages, pensées, émotions, une infinité d'univers oniriques, de quoi inviter le spectateur à plonger dans la richesse des œuvres exposées à la galerie.
Des œuvres peintes à l'huile, à l'acrylique, à l'aquarelle, techniques mixtes et collage, etc. sont une célébration généreuse des couleurs et de la matière qui change de style et varie d'un artiste à l'autre, d'où la richesse et la singularité des propos.
Mariam rend dans des scènes hautes en couleur, le quotidien de Nabeul, son vécu, ses espaces, sa foire et sa médina. Elle joue sur les formes, les couleurs, les traits pour obtenir une harmonie toute particulière. Comme tout peintre authentique, elle a réussi à avoir son propre style à travers lequel il transmet son message. Elle exprime avec bonheur l'univers nabeulien en mettant en scène les rapports magiques de l'ombre et de la lumière, de la réalité et du rêve avec toujours cette soif de tout rendre beau. "Dans mon peindre, les symboles, les signes, le patrimoine ont toujours été présents, témoignages de mes racines, mes sources d'inspiration dans un amalgame de couleurs, de souvenirs et d'une gestualité qui se veut dynamique, énergique pour traduire les fluctuations d'une âme tantôt tourmentée, tantôt apaisée toujours à la recherche d'une appartenance à un univers lointain que je sens si proche pourtant" dit-elle.
Dans ses œuvres, il y a une jonction établie après coup par l'artiste-peintre entre sa manière à ajuster les couleurs pour exprimer l'exigence d'un renouveau spirituel. Simple aspiration à l'infini et à l'absolu, recherche intérieure, symbolisme...Les œuvres de Mariam Garaali ont toujours été vues et appréciées sous différentes facettes.
L'artiste accorde une haute importance à son vécu quotidien, à sa ville natale, à son architecture authentique et à la magie de ses lieux Son œuvre "Nabeul mes racines", reflète cet attachement à cette ville "Mes racines sont nabeuliennes, dans mes veines coulent les us et coutumes de mes ancêtres. C'est pour quoi j'ai décidé de peindre ma ville. Un hommage à ma patrie" avoue t-elle
Mariam accorde une place décisive au sentiment et à l'âme dans sa troisième série « l'âme crie ses écrits ». Les signes et les graphismes prennent une plus grande place sur ses toiles pour exprimer les forces de la nature et sa beauté
Pourquoi s'arrête-t-on devant ses tableaux, qu'est-ce qui nous y fascine ? Qu'est-ce qui y séduit et surprend les yeux du spectateur ?...Autant de questions auxquelles répondent ses œuvres. Une tache de couleur ou encore un détail infime, à peine visible, sur la toile. C'est ainsi qu'elle invite dans sa série "le silence s'élance en transes" produite durant le confinement le regardeur à discerner ce détail qui devient alors visible et en même temps aussi dicible. Cet infime détail ou cet élément, qui se cache et qui attire pourtant le regard, proche de la légèreté et du sentiment, peut aussi ne pas être visible parce qu'il réside dans une qualité difficile à mettre en mots, qui est liée au colorisme du tableau. La part invisible de sa peinture, c'est-à-dire le sentiment, devient visible par la couleur.
"Le silence s'élance en transes" c'est une série que Mariam a travaillé exclusivement pendant le confinement. Le silence était total. Elle a travaillé avec une nouvelle technique. Ce silence lui a permis de la développer et de peindre en toute liberté.
Dans sa troisième série "l'âme crie ses écrits" les signes et les graphismes prennent une plus grande place sur ses toiles pour exprimer les forces de la nature et sa beauté. Mariam cherche tout bonnement à inculquer aux humains la notion du partage. Elle n'est pas du genre à cacher ses émotions dans ses toiles..On retrouve un peu de mélancolie, de peur, d'angoisse et aussi du romantisme dans ses différentes œuvres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.