GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Climat : Les litiges climatiques se multiplient, et "ça va entraîner des changements indispensables", selon le PNUE    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Tunisie – Ragaillardis par le soutien du Cheikh, les députés d'Al Karama devenus incontrôlables ?    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    Chedly Ayari n'est plus    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump accusé d'attiser les tensions raciales
Publié dans Le Temps le 02 - 09 - 2020

Donald Trump devait se rendre hier dans l'Etat du Wisconsin, où il est accusé par son adversaire, le démocrate Joe Biden, d'avoir «attisé» les braises des tensions raciales et sociétales qui ont suivi les graves blessures d'un Afro-Américain, Jacob Blake, par les tirs d'un policier blanc.
Dans la ville de Kenosha, où un policier a tiré sept fois à bout pourtant dans le dos de Jacob Blake, déclenchant une nouvelle vague de protestations, le président républicain devrait rendre hommage aux forces de l'ordre et répéter son discours sécuritaire inflexible. «Nous devons redonner à nos policiers leur dignité, du respect», a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse. «Parfois il y a de mauvais policiers», «mais d'autres fois ils prennent seulement de mauvaises décisions», «ils craquent», a-t-il ajouté, en semblant relativiser, sinon excuser, les bavures.
Donald Trump a également confirmé qu'il ne rencontrerait pas la famille de Jacob Blake, expliquant qu'il avait refusé d'avoir à faire à leurs avocats. «J'ai parlé avec le pasteur de la famille», «un homme magnifique», s'est-il borné à dire.
Et à ceux qui redoutent que sa visite mette de l'huile sur le feu, il a répondu: «Cela peut aussi apporter de l'enthousiasme», «de l'amour et du respect pour notre pays». Jacob Blake Sr, le père de l'homme grièvement blessé, a démenti les propos du président: «Nous n'avons pas de pasteur de famille», a-t-il dit sur CNN. «Je ne sais pas à qui il a parlé, ça m'est égal».
Le père a également assuré que sa famille avait reçu des menaces et qu'elle avait dû changer d'hôtel. «Nous ne voulons pas que leur logement soit connu parce que nous voyons des choses tordues se passer à Kenosha, et le pire peut être que cette famille souffre davantage de violence physique avec ce qu'elle endure déjà», a dit l'avocat de la famille, Ben Crump.
«Ils reçoivent des appels avec des menaces dans leurs chambres d'hôtel. Nous devons nous protéger contre cela, car ce n'est pas acceptable», a ajouté l'avocat sur CNN. Deux manifestants antiracistes ont été tués par un militant pro-Trump la semaine dernière lors d'affrontements dans cette ville du Wisconsin.
Entre Joe Biden et Donald Trump, à neuf semaines de l'élection présidentielle du 3 novembre, c'est à qui parviendra à rejeter la responsabilité de l'embrasement sur l'autre.
Aux Etats-Unis, les images spectaculaires du mouvement historique de colère contre le racisme, qui dégénère parfois en émeutes, tournent en boucle. Tout comme celles de l'adolescent armé, partisan du président, accusé d'avoir tué deux personnes dans le Wisconsin, ou celles d'un convoi de militants pro-Trump défilant samedi dans le bastion progressiste de Portland, où l'un d'eux a été tué par balle.
Un cocktail explosif dans un pays profondément divisé politiquement, où le droit de porter des armes est inscrit dans la Constitution.
Donald Trump «pense peut-être que déblatérer les mots +loi+ et +ordre+ le rend fort, mais son échec à appeler ses propres partisans à arrêter d'agir comme une milice armée dans ce pays montre à quel point il est faible», a déclaré le candidat démocrate Joe Biden lors d'un rassemblement à Pittsburgh, dans l'Etat-clé de la Pennsylvanie.
Le président républicain «attise les braises», a poursuivi l'ancien vice-président de Barack Obama, l'accusant d'être une «présence toxique» à la Maison Blanche et d'avoir «empoisonné les valeurs» de l'Amérique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.