Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump accepte un second mandat pour le Parti républicain
Publié dans Le Temps le 28 - 08 - 2020

Dans une Amérique à fleur de peau, Donald Trump a accepté hier soir la nomination du Parti républicain pour un second mandat en se présentant comme l'unique rempart face au risque d'"anarchie".
A moins de 70 jours de l'élection, le discours du président américain, prévu en fin de soirée depuis les jardins de la Maison Blanche, clôture une convention républicaine organisé sous forme de show Trump, largement virtuel en raison du Covid-19.
Il intervient dans un contexte de superposition de crises - sanitaire, économique, sociale - et de tensions raciales qui rendent l'issue du scrutin du 3 novembre d'autant plus imprévisible.
Depuis plusieurs jours, la petite ville de Kenosha (Wisconsin), où un jeune Afro-Américain, Jacob Blake, a été grièvement blessé par des policiers, est le théâtre de manifestations et de violences.
"Je suis le seul rempart entre le rêve américain et l'anarchie, la folie et le chaos": si l'on se fie à ses déclarations de ces derniers jours, le 45e président de l'histoire devrait dresser le sombre tableau d'une Amérique sous la menace d'une présidence "socialiste".
Et se saisir du dossier pour attaquer son adversaire démocrate.
"La semaine dernière, Joe Biden n'a pas dit un mot sur le violence et la chaos dans lesquelles plongent des villes à travers le pays", a lancé mercredi soir, en guise de prélude, le vice-président Mike Pence depuis Baltimore.
Cette nouvelle mobilisation contre les violences policières et le racisme soulève cependant des questions délicates, pour Donald Trump comme pour Joe Biden.
Le milliardaire républicain, soucieux de galvaniser sa base électorale en martelant son soutien aux forces de l'ordre, n'a jusqu'ici jamais mentionné le nom de Jacob Blake.
L'ancien vice-président Joe Biden devra trouver le ton juste, sur fond de pressions contradictoires venues de sa droite et de sa gauche au sein de son propre parti.
S'il a condamné mercredi les "violences inutiles", il a aussi exprimé sa solidarité avec les manifestants et dénoncé une nouvelle fois le "racisme généralisé" qui mine la société américaine.
Largement devancé dans les sondages nationaux, donné battu dans de nombreux Etats-clés, Donald Trump répète que les enquêtes d'opinion ne reflètent pas l'état d'esprit de l'Amérique et se dit convaincu qu'il créera la surprise, comme en 2016.
La façon dont il abordera la pandémie du coronavirus dans son allocution sera scrutée avec une attention particulière.
Mardi soir, Melania Trump a faire preuve d'une empathie qui tranchait avec ses déclarations et a marqué les esprits.
"Depuis mars, nos vies ont radicalement changé", a-t-elle affirmé, prenant acte d'un choc que le président cherche en permanence à minimiser. "Je sais que beaucoup de gens sont inquiets, je veux que vous sachiez que vous n'êtes pas seuls", a-t-elle ajouté.
Mais, sur les trois jours écoulés, la grand-messe républicaine a largement passé sous silence cette pandémie qui a fait quelque 180.000 morts aux Etats-Unis.
Or les Américains n'apprécient guère la façon dont Donald Trump gère cette crise sanitaire sans précédent.
Selon la moyenne des sondages établie par le site FiveThirtyEight, 58,2% désapprouvent sa réponse face à la pandémie (38,7% approuvent).
Le sujet sera au coeur de l'intervention de Kamala Harris, colistière de Joe Biden, qui sera chargée de mener la contre-offensive côté démocrate. Elle s'exprimera quelques heures avant le discours de Donald Trump.
Le choix de la Maison Blanche, bâtiment fédéral chargé en symboles, pour un discours éminemment politique, au service d'un seul parti, a fait grincer des dents.
Mais l'ancien hommes d'affaires de New York, qui a balayé d'un revers de manche les questions éthiques soulevées par ses détracteurs, est ravi de son choix.
"C'est un lieu où je me sens bien, c'est un lieu où le pays se sent bien".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.