MEMOIRE : Ali Ben Sadok BEN YEDDER    DECES : Zeineb MEDDEB    Coronavirus-Monde: Le virus creuse davantage le fossé entre les plus riches et les plus pauvres selon le rapport d'Oxfam    Informations générales sur le programme de coopération UK - OCDE - BFPME, orienté à l'accompagnement post-création dans le contexte de la crise du COVID-19    Foot : Ali Maaloul entre un peu plus dans l'histoire    Tunisie: Reprise des cours aujourd'hui    Vers la fondation d'un Forum mondial pour l'appui à la transformation de l'énergie    Infractions économiques: Plus de 17 mille au dernier trimestre de 2020    Connectivité Internet : Les freins qui persistent    Investissement direct étranger : L'avantage fiscal n'est pas la priorité des investisseurs    Utap | Campagnes agricoles : Résoudre les problématiques en suspens    Jérôme Vacher (FMI) : « Nous n'avons pas reçu une requête pour un nouveau programme avec la Tunisie »    Utilisation d'excédents supplémentaires par les banques dénoncée par Raqabah    30% des personnes arrêtées sont des mineurs    Des pressions sur l'approvisionnement en différents produits agricoles provoquent une hausse des prix (Ministère du Commerce)    Documentaire : « Sentir ce qui se passe », d'Olfa Lamloum et Michel Tabet : Voix des « jeunes d'en bas »    D'un sport à l'autre    L'invité du lundi | Anis Lounifi ( ex-champion du monde et sélectionneur dames de judo ) : « Le judo est devenu un sport à traditions en Tunisie... »    Malgré une injustice arbitrale : Des Cabistes conquérants !    Coronavirus : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Météo | Températures en légère baisse et pluies éparses en fin journée    Tunisie [Vidéo]: Le Programme "Azima" veille sur le protocole sanitaire à la reprise scolaire à Médenine    COVID-19 Sousse, situation au 24 Janvier: 141 nouveaux cas et 7 nouveaux décès    Tunisie-ARP: Décès du Directeur administratif et financier, Hatem Beyaoui    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Foot-Europe: le programme du jour    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des soucis quant à la santé maternelle ; les enfants vaccinés en attendant de devenir majeur ; de plus en plus de femmes célibataires
Famille : Enquête Nationale à Indicateurs Multiples (MICS 3)
Publié dans Le Temps le 21 - 02 - 2008

La société tunisienne a indéniablement changé de profil et ce dans différents domaines. Le taux des filles célibataires (plus 34 ans) a augmenté, le nombre des familles accueillant des personnes âgées de plus de 70 ans a quant à lui évolué, Autres constats, recul de l'analphabétisme, augmentation du taux d'accouchement par césarienne...
Il s'agit bel et bien des résultats de l'enquête Nationale à Indicateurs Multiples (MICS3) annoncés hier, au siège de l'Office National de la Famille et de la Population (ONFP). Réalisée par l'Office avec le soutien de l'UNICEF et le Projet Arabe pour la Santé de la Famille PAPFAM, l'enquête a pour finalité d'identifier l'état des lieux et l'évolution des différents indicateurs de la santé maternelle et infantile et de la santé de la reproduction dans notre pays. Pour ce faire, les experts ont eu recours au témoignage de 8681 ménages de l'ensemble d'un échantillon représentatif composé de 9083 familles. Ils ont pu entre autres, avoir une idée sur la nouvelle structure de notre famille tunisienne, l'évaluation des prestations sanitaires offertes aussi bien pour les mères que pour les enfants. Cette enquête quantitative servira de support de base pour une étude plus approfondie des mutations enregistrées dans notre société.
La réalisation d'une enquête Nationale sur les Indicateurs Multiples n'est plus en Tunisie un nouveau champ d'investigation. Nous en sommes en fait à la 5ème édition. C'est grâce à ces chiffres que les spécialistes dans le domaine de la santé infantile, de la mère ainsi que d'autres parties concernées peuvent avoir une idée claire sur l'état des lieux en la matière. Notamment, les femmes tunisiennes sont de plus en plus conscientes de l'importance des visites médicales prénatales. Deux femmes enceintes sur trois effectuent au moins quatre consultations avant l'accouchement. Les spécialistes recommandent cinq visites lors de la période grossesse, il s'agit en fait de l'objectif du programme national établi dans ce cadre. Par ailleurs, l'enquête a tracé l'attitude des femmes tunisiennes quant au cancer du sein et du col de l'utérus ainsi que du SIDA. Le nombre de celles qui n'ont jamais entendu parler de la première maladie demeure important. En effet, 13,3 % d'entre elles ne sont pas au courant de cette pathologie. « C'est dans les zones rurales du gouvernorat de Kasserine que les femmes ignorent le plus cette maladie », d'après les indicateurs. De même un quart des femmes qui connaissent le cancer du sein n'ont aucune idée sur les moyens de son dépistage, toujours d'après la même source.
L'enquête démontre également que plus du tiers des femmes des régions du Nord Ouest et du Centre Ouest n'ont jamais entendu parler du SIDA. Ce taux augmente plus particulièrement dans les zones rurales. Toujours dans ce cadre, l'enquête a dressé le bilan de la vaccination des femmes contre le tétanos qui demeure encore en deçà des aspirations des spécialistes dans le domaine.

La santé infantile
Outre la santé maternelle et de la reproduction, l'enquête a également été axée sur la santé infantile et ce en identifiant les points suivants ; la punition de cette frange de la société, l'allaitement et la nutrition, le traitement des maladies et la vaccination. Les résultats de l'enquête ont démontré que 6 % de nos enfants ne sont pas confrontés à toutes les formes de punition et que, pratiquement, les trois quarts de la tranche d'âge 2-14 ans ont été punis physiquement. La vaccination a aussi fait l'objet d'étude, sans pour autant oublier les maladies respiratoires dont souffrent ces petites créatures et la diarrhée. D'ailleurs, 14, 6 % des enfants touchés par l'enquête ont souffert de ce malaise, toujours d'après la même source.

La nouvelle structure de la famille
Pour ce qui est de la structure de la famille tunisienne moderne, les indicateurs ont démontré que nous enregistrons une nette évolution de la tranche d'âge de plus de 60 ans. Les personnes âgées de 70 ans sont de plus en plus présentes au sein de la famille. Quant au taux des filles célibataires âgées de plus de 34 il est en évolution continue. Il a atteint les 16 % en 2006 contre 7 % seulement il y a plus de dix ans. Autre phénomène constaté, la rareté du nombre des filles qui se marient avant les 25 ans.
Ces indicateurs ont notamment pour but de cerner les mutations enregistrées dans notre société pour une lecture approfondie dans une deuxième phase et l'établissement des programmes nécessaires. Reste encore à les évaluer convenablement, à l'instar du plan de lutte contre le cancer du sein et du col de l'utérus. L'office veille depuis des années sur la concrétisation de ce programme à travers plusieurs mécanismes, mais nous n'avons pas jusqu'à présent dressé un bilan. La France vient tout récemment de publier ses résultats en la matière et qui sont jugés positifs. D'ailleurs le taux du cancer du sein a diminué dans ce pays. Où en sommes- nous pour nous-autres ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.