Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Covid-19 | Béja : Un taux de positivité de plus de 41%    Réduction des émissions de CO2 : La GEAPP lance un appel à partenariats    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    Les Etats-Unis recommandent de ne pas voyager en Tunisie    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    La raison derrière la démission de Nadia Akacha, selon Reuters    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Vidéo- Sabine Bastisch, le parcours d'une entrepreneuse allemande en Tunisie    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Assurances | M.A.E : Une première !    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Coronavirus: 4 décès et 2834 nouvelles contaminations, Bilan du 23 janvier 2022    Météo: Nuages passagers et températures en baisse, ce mardi    La grève des médecins, médecins dentistes et des pharmaciens, reportée : La réforme du secteur, une cause perdue ?    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Tunisie-Ahmed Nejib Chebbi [AUDIO] : La démission d'Akacha confirme l'existence de conflits autour de Saied, notamment entre celle-ci et Taoufik Charfeddine, mais n'aura pas d'impact politique »    Abderraouf Betbib commente la démission d'Akacha [AUDIO] : Une épreuve pour la magistrature et Kais Saied    CAN 2021 : Où regarder les matches de mardi ?    EN : Hussein Jenayah dément l'appel du ministre des Sports !!    El Kef: Visitez le patrimoine culturel immatériel de la ville avec le projet Hkeya fi Hkeya    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Grève des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique Tunisiens mardi 25 janvier 2022    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La faillite inexorable d'Alitalia
Publié dans Le Temps le 20 - 09 - 2008

Le Temps-Agences - Alitalia s'enfonçait inexorablement vers la faillite après le retrait de l'unique offre de rachat de la compagnie nationale de transport qui risque d'entraîner de sérieuses perturbations dans le ciel italien.
Alitalia qui se retrouvait hier au bord du gouffre paie le prix d'une vingtaine d'années de gestion chaotique sous l'influence des gouvernements, de droite comme de gauche, qui ne lui ont jamais permis d'adopter une stratégie à long terme, estiment des économistes.
L'unique offre de rachat de la compagnie de transport par des investisseurs italiens a été retirée jeudi face à l'opposition des syndicats.
"Alitalia n'a jamais pu être une vraie entreprise. Les politiques ne pouvaient pas se permettre la faillite de ce symbole du pays. Cela a été son principal problème", estime Marco Ponti, économiste à l'Ecole Polytechnique de Milan, spécialisé dans les transports. "Conséquence, chaque changement de gouvernement lui a valu un changement de direction et une stratégie jamais clairement définie", ajoute-t-il.
Preuve de la mainmise politique, Alitalia, encore détenue à 49,9% par l'Etat, a englouti 5 milliards d'euros d'argent frais en 15 ans sous forme de recapitalisation. Sans résultat puisqu'elle perd actuellement 3 millions d'euros par jour et que toute injection d'argent public lui est désormais interdite par Bruxelles.
"Les aides de l'Etat n'ont pas aidé Alitalia à surmonter une crise qui n'est pas que financière", souligne de son côté Carlo Scarpa, professeur d'économie industrielle à l'université de Brescia et consultant. "La compagnie paie l'incapacité des politiques à faire des choix industriels", ajoute-t-il.
Symbole de cette paralysie, l'aéroport Malpensa de Milan, qui devait servir à partir de 1998 de "hub" (plate-forme de transit) d'Alitalia dans le nord de l'Italie n'a jamais réussi à trouver sa place. Moins bien relié au centre de Milan que l'aéroport Linate et précédé d'une mauvaise réputation, Malpensa n'a pas réussi à capter la clientèle d'affaires, la plus rentable, qui s'est rabattue sur d'autres compagnies desservant Linate.
Parallèlement, la plupart des salariés de la compagnie ont refusé de déménager dans la capitale économique de l'Italie, contraignant Alitalia à les transporter par avion de Rome à Milan pour prendre leur poste de travail. Quelques 250 pilotes et membres d'équipages sont ainsi transférés chaque jour entre les deux villes pour un coût de 45 millions d'euros par an, selon un calcul récent du quotidien La Repubblica.
"Les carences d'Alitalia en matière de hubs ne sont pas ses seuls problèmes mais ils ont été l'une des principales raisons de ses pertes", estime JP Morgan dans une étude.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.