Mourad Jouini : les Tunisiens ne respectent pas la priorité à droite    Déviation partielle de la circulation au niveau de l'intersection "Ben Daha" à "Ezzahrouni"    Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !    Abdesalem: Abdelli qui a soutenu Saïed, il goutte aujourd'hui au poison qu'il réservait aux adversaires de Saied    Série de limogeages au ministère du Transport    Monde : Daily Brief 08.08.22 l'ONU appelle à stopper toute attaque "suicidaire" contre des centrales nucléaires en Ukraine    Tunisair : Annulation de 3 vols en provenance de Bamako, faute de carburant    Zarzis: Ignorant le public, l'algérien Fayçal Sghaier se retire et refuse de donner le concert ! (Vidéo)    Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Tensions entre Lotfi Abdelli et les sécuritaires : ouverture d'une enquête    Boom de la fibre optique en Algérie !    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie : Trois morts à Bizerte    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que sont devenues nos salles de cinéma ?
Enquête
Publié dans Le Temps le 16 - 10 - 2008

L'Egypte mise à part, la plupart des pays arabes voient le nombre de leurs salles de cinéma diminuer à une vitesse effrayante.
Actuellement, il reste moins de 400 cinémas pour près de 300 millions d'habitants. En Tunisie, seules 16 salles sont aujourd'hui ouvertes au public. La capitale Tunis n'a gardé que la moitié de ses salles tandis que les deux autres grandes villes du pays, à savoir Sousse et Sfax,
n'abritent en ce mois d'octobre 2008, qu'une salle unique chacune. A l'intérieur du pays, tous les cinémas ont quasiment fermé ; seule la ville de Bizerte a encore deux salles. Il y a 30 ans, les salles obscures étaient fréquentées par un public très large de cinéphiles cultivés ou par des amateurs d'action et de mélos américains et égyptiens qui sacrifiaient parfois le prix de leur repas pour se payer un western, un policier ou une comédie musicale avec pour héros principal leur chanteur préféré. Les journaux annonçaient quotidiennement les programmes proposés par près de trente salles ; alors que de nos jours 5 ou six salles seulement communiquent de manière régulière les films programmés et les horaires des séances. Avouez qu'avec de tels chiffres, il n'y a pas de quoi être fiers surtout que le pays s'apprête à organiser la 22ème session du Festival Cinématographique International de Carthage !
Mais au-delà des comparaisons nostalgiques, un autre aspect de cette triste réalité mérite d'être étudié ; nous essayerons en effet de répondre, avec un maximum d'échantillons, à la question suivante -o combien amère- : que sont nos cinémas devenus ?

Des boutiques et des gargotes
A Tunis, la toute dernière salle à fermer ses portes est Le Capitole qui, en vertu d'un arrêté ministériel connu, ne pourra changer complètement de vocation que dans cinq ans. D'autres cinémas l'ont déjà fait comme Le Studio 38 métamorphosé en petit centre commercial moderne, Le Palmarium transformé en grand centre commercial à plusieurs étages et abritant un nombre considérable de boutiques et de magasins d'un standing relativement élevé ou Le Ciné-Monde devenu depuis quelque temps déjà, un magasin de meubles de marque. Le Ciné-Soir est fermé depuis les années 90 ; il a été exploité après sa fermeture d'abord comme immense magasin de friperies ; ensuite comme pâtisserie artisanale mais ce dernier commerce n'ayant pas réussi aux gérants des lieux, la salle est à présent de nouveau fermée. Le Cinéma El Qods est remplacé par un petit hôtel ; Le 7ème Art, son frère jumeau a survécu, mais sa porte comme son enseigne sont à peine visibles. Le Palace et Le Parnasse sont encore ouverts ; mais les deux salles ont consenti beaucoup d'espace aux commerces de tous genres. Le Palace semble même avoir perdu son enseigne sous les affiches et les banderoles qui couvrent sa façade ; quant à l'entrée du Parnasse (la salle de projection, bien sûr), il faut se renseigner auprès des clients ou des commerçants du centre pour pouvoir la retrouver ! Le Champs Elysée, fermé depuis quelques bonnes années maintenant, ressemble, à côté des commerces voisins complètement rénovés, à une fausse note dans une belle partition : ses murs lézardés, ses couleurs déteintes et ses portes défoncées l'apparentent désormais à une ruine, ou à un manoir hanté digne des films d'horreur que la salle programmait souvent autrefois ! Le Biarritz, fermé depuis on ne sait quand, tant cela est loin, est perdu au milieu des gargotes du petit passage entre l'Avenue de Carthage et la Rue Ibn Khaldoun. C'est aussi un bâtiment en ruine qui semble avoir désespéré d'être un jour remis à neuf. Pour Le Colisée, sa fermeture actuelle est momentanée ; on réaménage la salle en effet en vue des prochaines journées cinématographiques. Ce qui étonne néanmoins à propos de cette salle qui fut longtemps la fierté de ses propriétaires et des cinéphiles tunisiens, c'est d'abord la qualité de plus en plus médiocre des films- érotiques essentiellement - qui y sont depuis des années proposés. D'autre part, on vient d'apprendre que contrairement à la tradition, Le Colisée n'accueillera pas, cette année, la cérémonie d'ouverture du festival. Elle aurait lieu au Théâtre Municipal pour, dit-on, sa plus grande capacité d'accueil ! Comme si pendant les sessions passées, le cinéma pouvait recevoir plus d'invités qu'aujourd'hui. Et puis n'est-ce pas quelque part gênant qu'un festival de cinéma tienne sa séance d'ouverture dans un théâtre ! N'est-ce pas un signe supplémentaire de la crise que connaît le 7ème art dans nos contrées ?

Peau de chagrin
A l'intérieur du pays, les données ne sont pas plus reluisantes. La peau de chagrin s'est rétrécie d'une manière telle que dans peu de temps, il n'y aura plus rien à raccourcir ! A Sousse, la Perle du Sahel comme dirait l'autre, a perdu les trois salles du complexe Ennejma qui sont fermées depuis près de trois ans. Il y a quelques mois, le gérant de l'ABC a emboîté le pas à la direction d'Ennejma et a décidé la fermeture de sa salle. Quant au Vox, fermé depuis très longtemps, il fait désormais partie du passé de la ville dont on n'a plus de trace, sinon dans les mémoires des plus de 50 ans ! Seul le Palace, modeste salle de l'Avenue Habib Bourguiba, survit tant bien que mal à la crise ; sa position de salle unique n'a nullement l'air de lui ramener une clientèle nombreuse ; au contraire certains jours, la grise mine que fait le personnel du cinéma augure d'une fermeture imminente du commerce.
Sfax n'est pas mieux lotie : Le Baghdad est remplacé par un hôtel-restaurant ; sur les lieux de l'ancien Vox, sont engagés depuis un certain temps les travaux de construction d'un grand immeuble. El Kawakeb et Ennour sont toujours fermés. L'Atlas est la seule salle ouverte de la ville.
Au Nord et plus précisément à Béja, L'Afrah (autrefois appelé L'Idéal) est proposé à la vente, sans doute comme fonds de commerce puisque la salle est fermée depuis plus de cinq ans. Quant au Vox, son gérant dément les rumeurs qui circulent sur son éventuelle fermeture et assure que sa salle est encore ouverte aux cinéphiles de la ville.
Du côté de Jendouba, il n'y a plus de salle de cinéma : Le Régent, qui a fermé ses portes vers la fin des années 80, a cédé la place à des gargotes et à des petits commerces. La fermeture du Casino est plus récente et le bâtiment a- vous vous en doutez bien- beaucoup perdu de sa superbe. Hall et intérieur totalement couverts de poussière, fauteuils en piteux état, écran tout noir, vitres brisées et portes chancelantes, c'est ce qui reste du petit joyau d'autrefois. Aux alentours, ça pue l'urine et le caca, relents d'une crise qui risque de faire d'autres victimes dans les prochains mois ou les prochaines années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.