« Vol au-dessus d'un nid de coucous » !    Ça sent la privatisation et l'assainissement social    Coopération financière tuniso–allemande : L'Allemagne soutient les réformes de la Tunisie dans le secteur financier    Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?    Deux scénarios pour boucler la coupe de la Ligue Africaine et celle de la CAF    Aujourd'hui, verdict du TAS sur l'affaire EST-WAC    Aujourd'hui, la reprise avec un effectif de 37 joueurs    La sélection nationale reprend les entrainements lundi prochain    Reprise de la circulation entre les régions    Bravo ! Les respirateurs fabriqués par les étudiants produits en série    Suspension de la production dans les champs de Nawara et El Waha    Précisions de l'INP sur les pièces du patrimoine tunisien en vente aux enchères à Paris    Report de la 56ème session pour 2021    Le ténor Italien Cristian Ricci dédie sa dernière vidéo filmée à Venise au peuple Tunisien (vidéos)    Faouzi Mahfoudh (Directeur de l'Institut National du Patrimoine)    Tunisie [Vidéo]: Une plénière de perte de temps et aucun député ne peut remplacer Rached Ghannouchi, Selon Seifeddine Makhlouf    Je voterais pour toi si…    Plateforme [email protected] d'AMEN BANK    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juin à 11H00    Tunisie – Voitures de louage : Nouveau tarif et nouvelles règles    ARP : Le débat continu sur le déroulement de la séance et son ordre du jour    Projet PRACTICE-JAWDA PAQ-DGSU de l'Université de Carthage 2020-2024    La députée Olfa Terras s'élève contre «le populisme en appelant à placer l'intérêt de la Tunisie au-dessus des surenchères stériles et des antagonismes simulés»    COVID-19 | Coopération Tuniso-Coréenne face à la pandémie    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Reprise du secteur touristique : Le sauvetage est-il encore possible ?    FARK : Professeur Mohamed Taher KHALFALLAH    Suppression puis réactivation de comptes d'« influenceurs » tunisiens : La mystérieuse affaire Facebook !    Football : Le championnat portugais reprend ce soir    Club Africain : Deux favoris pour succéder à Abdessalam Younsi    Arrestation du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk : Deux versions et des contradictions    Tribune | Statut de l'artiste en Tunisie : Supprimons cette censure que l'on ne saurait voir !    Tunisie – VIDEO : Ghannouchi doit partir… Il sera, même, incapable de répondre aux accusations    Boutar rafle le Golden YouTube Creator Rewards    Tarek Kahlaoui - L'opportunité diplomatique en Libye: Combler le vide de médiation crédible!    Reprise des activités de l'espace B7L9 : Un programme «phygital»    «Les Âmes fortes» de Jean Giono : L'œuvre qui met à nu l'âme humaine    Campagne #AfricaTogether contre la Covid-19 par la Croix-Rouge, Facebook et Plusieurs artistes    Baobab Tunisie clôture avec succès un nouvel emprunt obligataire d'une valeur de 25 millions de dinars en un temps record    Parlement : Ouverture d'un débat autour de la diplomatie parlementaire, le refus de toute intervention étrangère en Libye et rejet d'une base logistique en Tunisie    Coronavirus | Gafsa : Premier cas de décès à Métlaoui    Météo : temps partiellement voilé    L'Ambassade de Suisse à Tunis recrute    Bizerte : Saidani demande de prendre en charge les travaux du stade 15 octobre    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    Ne pas s'enliser dans le bourbier libyen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déficit de communication entre l'école et les parents
Enseignement
Publié dans Le Temps le 31 - 10 - 2008


*
Ras le bol de l'une ; démission des autres
Les relations parents-enseignants sont loin d'être fluides... Manque de communication, craintes, peurs, méconnaissance ou simple démission. Et pourtant, parents et enseignants sont censés collaborer harmonieusement pour le plus grand bien de l'enfant.
Leur dialogue devrait être permanent, ouvert, constructif. En réalité, il est parfois difficile, parfois inexistant. Il est surtout inégal et fragile. Quelles en sont les raisons ? Pourquoi les parents boudent-ils l'institution scolaire ? Comment les impliquer davantage dans la scolarité de leurs enfants ?
« Peu de parents se déplacent à l'école pour s'acquérir de l'état de santé scolaire de leurs enfants. Ils accourent vers l'école le jour où les problèmes surgissent. Lorsqu'il n'y a pas de gros nuages, le dialogue famille-école se noue dans les pires conditions » nous dit un directeur d'un lycée. Or l'école et les parents devront être de bons alliés puisqu'ils se partagent la responsabilité de l'éducation des enfants. Les parents ont certes une forte confiance en l'école. Ils savent que la réussite scolaire est pour leurs enfants le meilleur, voire le seul, moyen de réussite sociale. Ces parents confient leurs enfants aux enseignants, qui ont le savoir et doivent faire réussir leurs enfants. De leur côté, ils assument ce qu'ils considèrent être leur rôle de parents, c'est-à-dire qu'ils assurent les conditions de base de la scolarisation, notamment les conditions matérielles : les parents doivent envoyer à l'école des enfants propres, disciplinés et sages.
Par ailleurs, les parents pensent qu'ils doivent contrôler leurs enfants. Ils assument cette tâche avec les moyens du bord .Il s'agit d'un partage des rôles : en échange de leur confiance en l'école, les parents attendent que l'école assure une bonne scolarité pour leurs enfants. Mais les parents s'investissent -ils dans l'éducation de leurs enfants ? En fait, ils se désengagent.
Mahdi censeur d'études dans un lycée, déplore le manque d'implication des parents « je perçois cette absence de participation visible des parents comme étant de l'indifférence ou comme un manque d'intérêt » dit -il. En fait, chacun a un rôle à assurer. Mais ce partage des tâches en matière d'éducation et de scolarité des enfants est souvent ignoré par les parents. On essaie de contacter les parents des élèves pour des cas d'indiscipline ou de pédagogie, seule une minorité y répond.
Parfois le père et la mère travaillent. Ils n'ont pas le temps de venir et l'élève est parfois sanctionné sans que ses parents sachent les raisons. Parfois la mère vient lorsque le pire arrive » Il est vrai que le courant ne passe pas bien entre l'école et les parents. « Nous avons contacté les parents à maintes reprises. Aucune réponse », avoue un surveillant général. Et il ajoute : « parfois l'élève est accompagné d'un parent lointain ou d'une connaissance dans le quartier. L'élève ne veut pas que son père sache qu'il a des problèmes scolaires ».

Pour un vrai dialogue école-parents :
Les parents doivent parler et dialoguer et ne pas rejeter systématiquement sur l'école tous les malheurs et toutes les difficultés que les enseignants ont à affronter. . « On ne peut pas travailler avec des parents indifférents nous fait remarquer un prof de philo. « Dans certaines familles, l'école a souvent une image très négative. Le faible niveau d'instruction des parents, leur échec scolaire, aussi, font que ces parents ont tendance à répercuter cette image négative de l'école en essayant notamment de limiter au minimum les contacts avec celle-ci. Du fait de leur isolement, ces familles sont difficiles à contacter. Cette démission des parents risque de ne pas aider l'école dans sa mission. » « Nous tenons chaque trimestre des réunions avec les parents avec la présence des professeurs, ajoute un directeur d'un collège, mais nous nous rendons compte que les parents boudent ces réunions. Nous souhaitons qu'il y ait une collaboration entre les parents et nous et qu'ils viennent plus fréquemment dans l'établissement. Nous essayons de les faire venir plus régulièrement par des réunions parents/professeurs. En dehors des convocations d'usage, lorsqu'il y a des problèmes, les rencontres avec les parents font partie de nos exigences. » . Sami prof de français ne mâche pas ses mots « Nous voyons toujours les parents des élèves brillants. Mais nous aimerions voir plus souvent ceux dont les enfants sont en difficulté scolaire. Or ils ne viennent pas. L'administration est obligée parfois d'aviser par écrit les parents. L'école se referme alors. En contrepartie, il faudrait que les contacts avec les parents soient plus réguliers. Personnellement, j'ai deux enfants et j'aimerais être tenue plus au courant de ce que font mes enfants à l'école. Nous avons le bulletin trimestriel où l'on voit ce qu'ils ont fait, cela me semble très insuffisant. Plusieurs parents sont coupés de l'école et ce sont toujours les parents les plus « intellectuels », peut-être les plus exigeants, qui nous contactent. Aujourd'hui, on ne peut pas dire que les parents soient partie prenante de l'école. Il arrive même que certains parents ne viennent même pas le jour de la remise des prix de leurs enfants. Que faut-il attendre de cette démission souvent non justifiée des parents ? »
Les parents ont un rôle à jouer dans la scolarisation de leurs enfants. Ils sont impliqués dans la réussite de leurs enfants. Ils seront les bienvenus lorsqu'ils voudront aborder les difficultés de leurs enfants. Ils ne doivent pas hésiter de demander de l'aide, contacter les profs, établir un vrai partage, entendre quelque chose d'eux. C'est important pour améliorer les résultats de leurs enfants. Il convient aujourd'hui de réfléchir à une école qui rende l'accès plus facile à la veille des examens trimestriels, réfléchir à un bon lien entre l'école et les parents. C'est le souhait du corps enseignant et administratif mais aussi celui des parents. Pourquoi se tourent-ils le dos, alors ... ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.