Libye : URGENT : Haftar : L'Heure « H » pour l'assaut final sur Tripoli a sonné!    Tunisie – Mehdi Ben Gharbia annonce l'imminence du début du projet du nouveau pont de Bizerte    Mohamed Habib Jemli sollicite du Président de la République un délai supplémentaire d'un mois    Tunisie – CTN : Changement des dates des navettes Le Carthage et Le Tanit    La première Forêt Advans voit le jour à Oued Sbahiya Zaghouan    Pluies isolées sur le nord, demain    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    TUNIVISIONS reçoit une délégation de plus de 20 journalistes (hommes et femmes) libyens    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    Ligue 1 : Les arbitres de la 12ème journée    Coupe du monde des Clubs : Programme des quarts de finale    Le Club Africain se lance dans le sport électronique    La Méditerranée sur le point de se transformer en champ de guerre    Jalloul Ayed éventuellement dans le prochain gouvernement    Inauguration à Tunis du siège de l'Université de Tunis d'apprentissage tout au long de la vie par Mohamed Trabelsi et Dr Andreas Reinicke    La BCT lance un Comité Fintech et une Sandbox    Tunisair classée pire compagnie aérienne au monde en 2019    FIFA : Le CA Bizertin risque une grosse sanction    Tunisie : Une lettre de menace trouvée aux alentours d'un centre commercial au lac    Programme des vacances scolaires d'hiver à la cité des sciences de Tunis du 17 au 29 décembre 2019    Le footballeur Lilian Thuram à Tunis pour parler racisme au Lycée Pierre Mendès France    Une jeune femme est portée disparue    Nasfi : un nouveau front parlementaire avec 62 députés verra le jour    45 millions d'euros de la BERD pour rénover le TGM    Les détails des 13 projets de lois adoptés par le gouvernement sortant    Nouvel accord de coopération commerciale et technologique entre Tunisie Telecom et Cisco    Programme TV du jeudi 12 décembre    Ligue des champions : les qualifiés pour les huitièmes de finale    L'éducation de la santé sexuelle sera intégrée dans les programmes scolaires début 2020    Eliminatoires Mondial 2022 : tirage au sort le 21 janvier au Caire    Tunisie : Une secousse tellurique à Tajerouine    Concert de lancement de l'album « Fréquences Basses » de Slim Abida le 20 Décembre à l'IFT    Tunisie: Accidents de travail, augmentation de la rente octroyée aux victimes    La Tunisie encourage un système d'échange de droits d'émissions de gaz à effet de serre    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    Tunisiens et Algériens projettent la création d'une Zone de détente et de loisirs au niveau des régions frontalières communes en plus d'autres projets    Le Parlement rejette la proposition d'appliquer une redevance de 30 euros aux touristes étrangers    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    Radio Nazaha : La première Web-Radio dédiée à la lutte contre la corruption est lancée (vidéo)    Le Syndicat des médecins du secteur privé mettent fin au contrat les liant à la CNAM    Crainte d'un bilan plus lourd en Nouvelle-Zélande après l'éruption d'un volcan    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Ce mardi 10 Décembre «Journée internationale des Droits de l'Homme», en Tunisie et ailleurs ! Et puis après…    Tunisie : Des foyers et restaurants universitaires en cours de construction dans 11 gouvernorats    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    Robert Redford honoré au Festival international du film de Marrakech qui lui décerne l'Etoile d'Or    En vidéo : MG partenaire de la 5ème édition du Festival international des musiciens et artistes handicapés    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La déontologie, la loi, la religion…et les mentalités
Il y a 24 ans, le Dr. Sâadeddine Zmerli effectuait la première transplantation d'organes, en Tunisie
Publié dans Le Temps le 05 - 06 - 2010

Il y a 24 ans, le 4 juin 1986, le Dr Saadeddine Zmerli a effectué la première transplantation d'organes réalisée en Tunisie, celle du rein, dans le service d'Urologie de l'Hôpital Charles Nicolle. Il nous retrace ici l'historique de la greffe rénale dans le monde et en Tunisie. Il nous parle aussi des transplantations rénales et le point de vue juridique et de la greffe cardiaque et hépatique et d'autres questions : Interview.
Le Temps : Quelques mots sur l'historique de la greffe rénale
Dr Saadeddine Zmerli
- Tout d'abord il convient de rappeler que la transplantation est le terme médical pour désigner cette opération chirurgicale, consistant à remplacer un organe malade par un organe sain, appelé « greffon » ou « transplant » et provenant d'un donneur vivant ou décédé. Ainsi, pour le rein, le foie, le cœur ou le poumon, on parlera de transplantation rénale, hépatique, cardiaque ou pulmonaire. Alors que la greffe désigne une opération chirurgicale intéressant des tissus ou des cellules. On parlera de greffe de cornée et non de transplantation de cornée.
L'usage a prévalu sur la définition médicale et le mot greffe est utilisé également pour les transplantations d'organes.
- Quant à l'historique de la transplantation rénale, elle a été la première transplantation d'organe réalisée dans le monde.
Boston et Paris sont les villes phares de la greffe rénale entre donneurs vivants. En 1954, Murray, Merill et Harrisson (Boston) réussissent la première transplantation rénale entre vrais jumeaux. Rapidement suivis par Jean Wayse et Jean Auvert (Necker), René Kuss Cochin).
S'ensuivront d'autres greffes réussies entre vrais jumeaux.
Cependant, en dehors de la gémellarité vraie, les greffes échouent, le problème d'incompatibilité biologique est dès lors posé.
Le rejet du transplant correspondait en fait à une réaction immunitaire acquise de l'hôte.
En 1959 Jean Hamburger à Paris (Necker) et John Merill à Boston ont l'idée d'irradier les receveurs avec les rayons X pour annihiler leurs réactions immunitaires réussissant ainsi les premières greffes réalisées entre faux jumeaux.
En 1962, à Boston, est réalisée la première transplantation du rein d'un donneur décédé. Le patient survit pendant 21 mois, grâce à un nouveau médicament immunosuppresseur, l'azathioprine, utilisé en association avec les corticoïdes. En 1966, grâce à l'avènement de nouveaux immunosuppresseurs (ciclosporine) les indications de la transplantation rénale reposent désormais sur des bases plus précises et plus solides.
A cette époque, en ma qualité de chef de clinique assistant du Professeur Roger Couvelaire dans le service d'urologie de l'hôpital Necker, j'ai eu la chance de participer aux toutes premières greffes rénales réalisées à Paris, de présenter un film sur la transplantation rénale entre jumeaux identiques au Congrès d'urologie de 1962 et de publier sur l'homotransplantation rénale, en association à de grands noms de l'Ecole Médicale Française, Jean Hamburger, Jean Crosnier, Jean Auvert, Jacques Cukier, Jean Dormont.
Au cours de la même période, attaché à l'unité de recherche chirurgicales et urologiques, j'ai effectué avec Jean Auvert, son directeur, une cinquantaine d'autogreffes chez le chien qui nous ont permis de déterminer le degré de température assurant la plus longue survie du rein prélevé. Le critère obtenu, 4 degrés Celsius, fut adopté comme norme internationale.
L'historique en Tunisie ?
La première transplantation d'organes réalisée en Tunisie est celle du rein que j'ai effectuée le 4 juin 1986 dans le service d'Urologie de l'Hôpital Charles Nicolle..
Sept ans plus tard, en 1993, le docteur Mohamed Fourati réalisait la première transplantation cardiaque et le docteur Ridha Bel Hadj Hamida réalisait la prem ière transplantation hépatique, en 1998.
La réussite de la transplantation nécessite la coopération d'autres disciplines.
Ainsi, pour la greffe rénale, nous pouvions compter sur l'expérience et la coopération du Professeur Ben Ayed pour la prise en charge le suivi et le traitement immuno-dépresseur des transplantés et celle de Khaled Ayed pour la définition biologique du donneur et du receveur.
Après le service d'Urologie de l'Hôpital Charles Nicolle, 4 nouveaux centres sont entrés en lice : le service de transplantation d'organes de l'hôpital militaire en 1993, les services d'urologie de Sfax en 1995, celui de Monastir en 1996 et enfin celui de Sousse en 2007, respectivement dirigés par Jamel Manaa, Nebil Mehri, Hamadi Saad et Ali Mosbah.
Votre expérience en Tunisie?
En réussissant le 4 juin 1986 la première greffe rénale en Tunisie je réalisais enfin un vieux souhait.
Depuis, en l'espace de trois ans j'ai réalisé 65 transplantations rénales, les premières transplantations d'organes en Tunisie, sans aucune aide étrangère, assisté uniquement de mes élèves Mohsen Ayed, Mounir Ouakdi, et Mohamed Chebil qui allaient devenir les futurs transplanteurs
Cette expérience a fait l'objet de plusieurs publications scientifiques.
L'évènement a suscité un immense enthousiasme auprès des jeunes médecins et des jeunes chirurgiens cherchant désormais à se familiariser avec cette conquête nouvelle qu'est la greffe d'organes.
Cette révolution a, dans le même temps, interpellé notre conscience de médecin, de citoyen et de musulman sur des questions nouvelles et complexes relevant de la bioéthique.
A l'époque, la seule réglementation juridique pour les prélèvements d'organes, le décret beylical du 19 juillet 1952, ne concernait que les personnes décédées et ignorait la mort cérébrale dont le concept était alors méconnu.
Le prélèvement d'organes sur le vivant, quant à lui, n'avait aucun substrat légal. Or les greffes étaient, pour la plupart 56 fois sur 65, réalisées à partir de donneurs vivants, nous renvoyant à ce vide juridique qui devait soulever de lourds problèmes de responsabilité.
Nous nous étions également entourés de précautions par rapport aux donneurs qui étaient parfaitement informés des risques qu'ils encouraient et auxquels nous demandions un engagement certifié par l'autorité publique en l'occurrence auprès des mairies.
Pour certains juristes, toutes ces précautions restaient insuffisantes et aléatoires, de ce fait, le transplanteur c'est-à-dire le chirurgien était vulnérable au regard de la loi.
Convaincus que notre action, considérée par les autorités religieuses du pays comme une bonne action (hassana), un acte miséricordieux conforme aux préceptes islamiques, était en complète harmonie avec notre conscience de médecin et conforme à l'éthique médicale, nous avons pris en charge la chirurgie de la greffe rénale en la pratiquant de manière totalement transparente et humanitaire, valorisant le don et le libre choix de la famille. Nous assumions ainsi une double et lourde responsabilité, vis-à-vis du donneur, d'une part, dont il fallait assurer le pronostic vital et vis-à-vis du receveur, d'autre part, auquel il fallait garantir le succès de la greffe.
Quant au prélèvement du rein sur une personne décédée nous l'avons pratiqué neuf fois, après avoir obtenu le consentement sans réserve de tous les membres de la famille et cela dans les circonstances pesantes que l'on peut imaginer. En effet celui à qui on envisage de prélever un organe, alors même qu'il est en état de mort cérébrale, sous assistance respiratoire et sous perfusion afin que les organes soient préservés, apparaît à sa famille comme encore vivant.
Cette nouvelle vision de la mort est mal appréhendée par les membres de la famille. Sollicités en plein désarroi, en pleine douleur, les parents souhaiteraient ne pas avoir à prendre une responsabilité qui aurait dû revenir au décédé.
En dépit de cette situation des plus délicates, là encore nous nous sommes toujours attachés à expliquer aux familles le caractère irréversible de l'atteinte cérébrale, tout en leur manifestant notre compassion et notre attachement au respect de la personne humaine, de son intégrité physique et notre volonté de soigner, de sauver une vie humaine grâce à leur concours.
Au terme de notre série, les résultats obtenus en tous points comparables à ceux présentés par les centres européens, ont suscité un écho des plus sécurisants auprès du corps médical et de l'opinion publique et établi la confiance des patients en attente d'être greffés.
Nous pouvions conclure que la greffe assurait une qualité de vie meilleure que celle de l'hémodialysé et une survie plus longue et de meilleure qualité pour les greffes à partir de donneur vivant. De nombreuses publications sont venues confirmer nos conclusions.
Tout au long de cette expérience, nous nous sommes efforcés de favoriser le développement des compétences et d'assurer la formation des futurs transplanteurs qui allaient assumer la continuité de la greffe rénale en obéissant aux règles éthiques.
La loi a-t-elle répondu à ces objectifs ?
Tout d'abord, le statut juridique du donneur vivant a assuré la protection légale du donneur et du transplanteur. Sur le plan pratique, la loi a favorisé la greffe entre vivants. L'hôpital Charles Nicolle qui en réalisait annuellement avant la loi, une quinzaine en effectue actuellement une trentaine.
- Les résultats concernant le transplant cadavérique sont plus mitigés, La moyenne annuelle des greffes à partir de donneurs en état de mort cérébrale stagne désespérément autour de la quinzaine. Sur un total de 873 transplantations rénales effectuées depuis juin 1986, 224 ont été réalisées avec un transplant cadavérique soit 26% seulement contre 95 % en France. Ainsi l'ambiguïté législative du consentement présumé et les problèmes soulevés par la mort encéphalique se sont traduits dans la réalité tunisienne par un manque d'adhésion à cette pratique de prélèvement post-mortem.
Malgré les progrès réalisés l'activité en transplantation rénale ne couvre pas nos besoins pour juguler l'inflation du nombre annuel des nouveaux dialysés estimé à 350.
Deux actions permettront de pallier ce manque. En premier lieu, le renforcement des équipes pour permettre la réalisation d'une cinquantaine de greffes par an et par service et la mise en activité de 2 nouveaux centres l'un à Tunis, l'autre à Kairouan permettront de doubler le nombre des greffés.
La deuxième c'est la mise en place progressive du consentement et du refus explicites. La situation des dialysés en attente, rendu dramatique par la pénurie d'organes a fait de la greffe d'organes un problème de santé publique et un problème de société.
Après une indispensable campagne d'explication et de sensibilisation, le citoyen sera appelé à exprimer librement son choix, donner ses organes ou refuser, lors de l'attribution ou du renouvellement de la carte d'identité nationale (CIN).
La transplantation rénale, qui a ouvert la voie à la greffe cardiaque et hépatique sept et douze ans plus tard constitue un acquis important de la médecine moderne, que nous devons défendre avec constance et détermination contre toutes les dérives, en obéissant aux règles éthiques dont le maitre mot est le respect de la personne humaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.