La JICA célèbre la 1ère promotion d'ingénieurs de l'ENSTAB de Borj Cedria    Youssef Chahed refuse la démission des ministres Afek    La crise libyenne objet de la réunion tripartite des MAE tunisien, algérien et égyptien    CJD Business Awards 2017 : le lauréat dévoilé    Grande participation de la Banque Nationale Agricole aux Journées de l'Entreprise    Yassine Brahim : Je ne vois pas pourquoi je devrai quitter Afek !    L'Association Un Enfant Des Sourires retourne à Tabouba : des vêtements chauds, une cantine scolaire et un jardin-potager pour les écoliers    Braquages, vols : petite délinquance deviendra grande    BCE reçoit Fayez Al Sarraj à Carthage    Béji Caïd Essebsi : J'ai appris que Ben Ali voulait revenir en Tunisie    Slim Khalbous : Nouvelles mesures de financement de l'encadrement des PFE    BNA Challenge Team : Un engagement historique en faveur de l'Handisport    LA BNA primée au Flambeau Olympique 2017    Khemaies Jhinaoui participe au sommet extraordinaire sur Al-Quds à Istanbul    Le Bandit, le nouveau livre de Taoufik Ben Brik    La Palestine appelle à une réunion d'urgence de la Ligue arabe    Vidéo - Cheb Béchir chante pour sa mère... il fond en larmes et fend les cœurs !    Une cinquantaine de blessés après un renversement d'autocar de tourisme    Des éléments d'une organisation terroriste mis aux arrêts à Médenine    Mohamed Zine El Abidine : Nombreuses impostures ne cesseront d'ébranler la culture de mon pays !    Le président Erdogan mis en cause devant un tribunal new-yorkais    Attijari Bank « Meilleure banque en Tunisie » pour la 4ème fois de suite    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 240 mille dinars à Gabès    Plusieurs morts et blessés dans un double attentat-suicide au Nigeria    En photos : Les plus belles coiffures de la cérémonie de clôture du festival International du Film du Caire    Retour en images sur les plus beaux looks de la cérémonie de clôture du festival International du Film du Caire    La communauté Tunisienne de la réalité augmentée et virtuelle est née !    Mondial 2018 - La Belgique, le Panama, la Tunisie et l'Angleterre versés dans le groupe G    Le ministre de la Justice visite des centres de détention à l'occasion du Mouled    La poule de la Tunisie à la coupe du monde 2018    بالصور: لهذا تشابه ما ارتدته درة مع فستان ميريام فارس    Chahed préside la célébration du Mouled à la Mosquée Okba Ibn Nafa    Décisions de la fédération de football après les violences lors du match du Classico    En vidéos : Ericsson démontre le potentiel de la transformation Digital et de la 5G    Les arbitres des rencontres du Mondial 2018 seront connus en janvier prochain    Signature d'accords de coopération pour la création et la sauvegarde des espaces verts    Tunisie- Ligue 1: calendrier de la 1ère journée des play-off    Météo: Prévisions pour dimanche 26 février 2017    USA : New Orleans : Un camion fou fonce dans la foule : 28 victimes    154 parlementaires demandent à François Hollande de reconnaître l'Etat de Palestine    Tunisie – Remaniement ministériel : Réaction incendiaire de Sami Taheri    Tunisie – URGENT : Remaniement ministériel plein de surprises et de signes qui ne trompent guère    Arrestation de 12 Africains tentant d'entrer illégalement en Libye à partir de Ras Jedir    La plus jeune américaine à avoir achevé le tour du monde recommande de visiter la Tunisie    Tunisie – Météo : Baisse sensible des températures avec pluies et orges isolés    Daesh bomb attack kills 35 in Syria's Al-Bab    Ouverture de deux nouvelles lignes aériennes de Tunisair vers Constantine et Conakry    Retour sur la grande polémique créée à propos de la pièce théâtrale « Fausse Couche », le TNT réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Road movie policier de Nuri Bilge Ceylan
Vu à Cannes - Il était une fois en Anatolie
Publié dans Le Temps le 29 - 05 - 2011

Le cinéma turc était représenté à Cannes par un de ses réalisateurs les plus talentueux Nuri Bilge Ceylan avec un film, le plus long du festival 2h37. « Il était une fois en Anatolie » qui a décroché le Grand Prix du jury. Grand Prix 2003 pour « Uzak » et Prix de la mise en scène 2008 pour «Les trois singes », le cinéaste turc revient en compétition avec un road movie à travers les routes montagneuses d'Anatolie à la recherche d'un cadavre.
A première vue, cela paraît macabre mais au final, le film ne manque pas d'humour. Un humour sournois qui ne s'affiche pas directement. L'ambition de Ceylan n'est pas de faire du racolage selon un schéma hollywoodien convenu, mais d'aller à contre courant des lois du marché commercial.
« Il était une fois en Anatolie » est une enquête policière aux allures d'un voyage dans les steppes qui conduisent à un village isolé où se cache peut-être l'énigme. Les investigations des enquêteurs se déroulent la nuit éclairée par la lune. Dans une voiture, un procureur de province flanqué d'un policier nerveux, d'un médecin légiste et du tueur présumé et de son complice sont à la recherche d'un cadavre. Deux autres voitures suivent. Après quelques recherches infructueuses, le cadavre est retrouvé et mené à la morgue pour ne pas dire tout simplement malmené de façon rocambolesque dans la malle de la voiture de police.
Le film se termine là où il aurait pu commencer. En suivant le mode opératoire de l'investigation policière, le film ne met pas l'accent sur les causes et les effets qui ont poussé le meurtrier présumé à commettre son crime, mais insiste sur la routine d'un travail exigeant beaucoup de précision et de sang froid et qui a un rapport distant avec la mort mais aussi la vie. La communauté que décrit Ceylan de manière contemplative semble détachée, écrasée par le rouleau compresseur d'une vie monotone, banale, sans surprise à l'image de cette investigation nocturne où tous ensemble : enquêteurs et meurtriers sont embarqués dans la même galère en train de partager un repas ou un verre de thé.
« Il était une fois en Anatolie » est une œuvre mélancolique et énigmatique, une sorte de parabole sur le rythme cyclique de la vie et la mort, une réflexion sur le sens profond des choses. La scène d'autopsie pratiquée sur la dépouille est à la fois rebutante et cocasse. Elle en dit long sur l'absurdité de la vie et le rapport avec la mort. Le processus filmique mis en œuvre et la lenteur du rythme correspondent parfaitement à l'état d'âme des personnages et à l'ambiance angoissante du déroulement de la procédure policière. La banalité des dialogues aussi entre les personnages, montre à quel point la communication est limitée à des formules toutes faites servant à faire des rapports administratifs de routine. D'autre part, la simplicité et la justesse de jeu des acteurs donnent aux personnages une épaisseur particulière. Ils s'effacent derrière leur rôle pour mieux le mettre en valeur. La force de Nuri Bilge Ceylan est d'avoir réussi à gérer les émotions des uns et des autres et à nous faire vivre une histoire profondément humaine et très touchante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.