Préparatifs de la nouvelle Constitution, délégation de l'Otan, la Ghriba …Les 5 infos de la journée    Lancement de la 15ème édition du Salon International du Bâtiment et de la Construction « Carthage »    Foot : Programme TV des matches de vendredi    Tunisie – Fanara : Djerba est un modèle de tolérance en Méditerranée    Export de l'huile d'olive : l'opacité des autorisations toujours de mise...    Tunisie – Saïed : On va passer d'une constitution qui allait faire imploser l'Etat à une constitution qui traduira la volonté du peuple    Kaïs Saïed : « La nouvelle République défendra l'unité et la continuité de l'Etat »    Roland Garros : Ons Jabeur – Magda Linette au 1er tour    Taoufik Charfeddine reçoit l'ambassadeur de Suisse en Tunisie    Qu'est ce que la variole du singe ou Monkeypox?    Tunisie – Huit ans de prison pour Lazhar Sta    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    16ème Congrès du CJD Tunisie : le futur du travail, une révolution silencieuse    La Ghriba de Djerba: un unique endroit où les religions s'accordent    Le référendum et le projet de "La nouvelle République" au cœur du dernier conseil ministériel    Tunisian Investment Forum 2022: Le ministre de l'Economie donne un aperçu sur le programme de réformes structurelles pour la relance de l'économie nationale    Rapport - La Tunisie extrêmement vulnérable aux catastrophes hydrométéorologiques    Parution du sixième et nouveau livre du jeune prodige tunisien Amine Fehri    OTAN : Du beau monde à Tunis et c'est la Turquie qui vend la mèche    La Société Tunisienne d'Assurances et de Réassurance (STAR) a tenue son Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires    Abir Moussi : il faut que les Etats-Unis apprennent à respecter le peuple tunisien    Talibans: Les femmes journalistes devront se couvrir le visage à la télévision    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme TV de la 6ème journée    CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



KELIBIA : LE BOUCLIER DE CARTHAGE
Redécouvertes
Publié dans Le Temps le 22 - 07 - 2007

Le jebel Sidi Abderrahmen et les collines de Somâa partagent pratiquement la péninsule du Cap Bon en deux.
Les flâneurs qui ont emprunté la route longeant la côte Nord constatent que les pentes boisées du Jebel Ben Oulid rejoignent les plantations côtières de mimosas et de pins d'Alep à Zougag.
Tout de suite après, un carrefour offre la possibilité de se rendre à Menzel Temime ou à El Haouaria. Vers Menzel Témime, on pourra s'arrêter un grand moment à Thazograne, au nom berbère, rendre visite au marabout vénéré de Sidi Maoui et au dolmen consacré à sa mère, érigé dans le cimetière de Sidi Abdallah.
Vers El Haouaria, les raisons de s'arrêter se multiplient. N'en citons qu'une : une visite à Sidi Daoud, au port et au vivier à poissons, antique, creusé dans les rochers au bord de la mer.
Ensuite, la forêt de Dar Chichou, les carrières antiques d'El Haouaria, Kerkouane, et … nous ne parlons plus de rien sous peine d'arriver très tard à Kélibia.
Pour les amateurs de la route qui borde la côte Sud du Cap Bon, Tazarka ou Korba marquent l'entrée dans une région bien individualisée.
Relativement à l'abri des vents de secteur Nord, elle est moins humide que la façade Nord, mais la côte basse, rectiligne, longuement bordée de lagunes n'est pas favorable à la baignade. L'arboriculture et le maraîchage y sont bien développés. A un moment, toutes les façades sont couvertes de guirlandes de piments écarlates.
De jeunes plantations d'arbres fruitiers croissent entre les vieux oliviers et les vignes occupent une surface importante. Si les cultures maraîchères se modernisent, le développement de l'irrigation crée un risque de surexploitation des nappes d'eau.
D'autres voyageurs auront choisi la route la plus courte qui joint Soliman à Menzel Témime par Menzel Bouzelfa. Eux aussi constatent, en dévalant les pentes vers Oum Dhouil et Fortuna, que les plateaux assez secs s'inclinent vers la mer. Les curieux peuvent faire un petit détour vers Fortuna et la Zaouïa de Sidi Ali Bou Rouiguet. Tous les jeunes gens leur montreront des tombeaux rupestres : Haouanet et de vrais faux menhirs : El Hajra Ezzarga : le rocher bleu de Demnet Erramla qui sont des excroissances naturelles mais les nombreuses traces de polissage sur la Hajra Ezzarga prouvent une longue fréquentation peut-être cultuelle.
Si ces sites paraissent les détourner de leur destination première, les amateurs de sites protohistoriques pourront, tout de suite après le grand pont qui enjambe l'Oued El H'jar, à 5 kilomètres environ de Kélibia, emprunter une grande piste très carrossable qui conduit, à 500 à 600 mètres de la route, à l'ensemble des Haouanet d'El Harouri. Méfiez-vous : il s'agit du pont sur « l'Oued des Pierres » : prononcez-le bien parce que, sur les cartes, imprimées par l'I.G.N. français, il est orthographié : Oued El Hadjar et nous avons mis plusieurs heures, en interrogeant de nombreux paysans, à le trouver !
La brochure intitulée : « Kerkouane, cité punique au pays de Tamezrat » rédigée par le Professeur M'hamed Hassine Fantar nous apprend que cette nécropole libyque compte, au moins, 12 tombeaux rupestres composés parfois de plusieurs « chambres » disposées en enfilade conformément à la structure traditionnelle des habitations des villages berbérophones du Sud-Est tunisien. Il faut noter aussi une sorte d'enclos avec un couloir d'accès de largeur irrégulière, doté d'un escalier qui mène à une terrasse où se déroulaient, sans doute, un rite à libations. Ce couloir conduit aux chambres funéraires. Certaines étaient décorées de peintures pariétales qu'on devine sous les couches de suie. Ces tombeaux semblent avoir été utilisés du IVème au IIème siècle avant J.C.
La publication que nous avons déjà recommandée intitulée : « A la découverte du Cap Bon » rédigée par les jeunes archéologues tunisiens : S. Aounallah et M. Fantar nous conseillent aussi de visiter la nécropole punique de Sidi Salem creusée sur une colline dominant la mer à la sortie de Menzel Témime. Elle comprend près d'une centaine de tombes. On peut aller voir aussi celle de Sidi Jameleddine située un peu plus loin, à gauche de la route conduisant à Kélibia. Ces deux nécropoles prouvent que sous la ville de Menzel Témime se trouve une ville antique à identifier qui pourrait être appelée : Tafekhsite.
Dans les environs, deux autres villages : Menzel Yahia et Henchir El Golea ou Henchir El Khémis sont bâtis sur des bourgs antiques.

KELIBIA
Et nous arrivons à Kélibia. L'après-midi est bien avancée. On a besoin de se dégourdir les jambes : une flânerie en ville conduit inévitablement vers les quais du port très animés et l'on peut rentrer à l'hôtel pour consulter la petite brochure récente intitulée : « Kélibia et sa forteresse » rédigée par l'historien Neji Djelloul. Soigneusement documentée et bien illustrée, elle permet de visiter Kélibia avec profit.
Le Professeur Fantar pense, sans en être sûr, qu'il existe un lien entre la fondation de la ville d'Aspis / Kélibia et l'invasion du tyran de Syracuse Agathocle en 310 avant J.C. On a dit que la racine grecque d'Aspis / Clupea (en latin) : le bouclier en était la preuve. Quoi qu'il en soit, une probable cité punique a été prise par les Grecs de Syracuse qui ont construit à sa place une ville et peut-être même un fort. Après l'échec de l'expédition d'Agathocle, les Carthaginois conscients de l'importance du site, l'occupèrent et y construisirent une véritable place forte.
La construction, vers la même époque, des forts de Ras Drek et de Ras Fartas répondait certainement aux mêmes objectifs : gêner les débarquements d'ennemis, en particulier, ceux qui venaient de Sicile et constituer des postes de défense avancée. La riche presqu'île du Cap Bon que les Carthaginois avaient mise en valeur semblait ainsi bien protégée.
Mais le consul romain Régulus, débarquant vers 255 avant J.C., prit la ville, l'incendia et la pilla, comme sa voisine Kerkouane qui ne s'en releva pas. Puis il s'en servit comme d'une base opérationnelle pour continuer sa campagne contre Carthage.
Après avoir vaincu Régulus, les Carthaginois ont rebâti la ville et la citadelle qui a été renforcée. Si elle a bien résisté durant la seconde guerre punique, elle a dû capituler après la prise de Carthage en 146 avant J.C. et, de nouveau, elle a été détruite par les Romains au terme d'une longue résistance. Le port que les Puniques avaient construit n'a été détruit qu'au XVIème siècle par les Espagnols.
Mais Clipea ou Clupea romaine, reconstruite sur les ruines d'Aspis, en raison de sa situation privilégiée, est rapidement devenue prospère, comme ses voisines Neapolis / Nabeul et Curibis / Korba, pour son rôle dans le ravitaillement de Rome en blé et autres produits agricoles d'Afrique. L'historien Neji Djelloul nous apprend que Clipea, devenue rapidement Colonie romaine, s'était tellement agrandie et enrichie que la population locale a fondé, à six kilomètres au Nord, une grande agglomération jumelle appelée Demna qui semble avoir survécu jusqu'au XIIème siècle. Des greniers de l'époque romaine, remarquablement conservés, ont été dégagés sur ce site.
L'invasion vandale a, semble-t-il, durement éprouvé Clipea. Les Byzantins qui ont reconquis le pays ont fortifié de nouveau le site : des vestiges de la citadelle byzantine subsistent à l'intérieur du fort actuel. Elle a été le refuge de l'armée byzantine battue à Carthage par les Arabes en 698. Les Aghlabides lui ont rendu son rôle de place forte et y ont fait construire un « ribat » : monastère – citadelle tenu par de fervents musulmans chargés de la surveillance et de la protection des côtes et du pays.
D'autres « ribat » ont été construits, le long des côtes du Cap Bon, à Sidi Daoud, El Haouaria, Hammamet et sans doute Nabeul. Mais, même si les dynasties Fatimide et Ziride en avaient fait une forte base navale, les raids des Normands venus de Sicile, les invasions hilaliennes, les attaques des corsaires chrétiens ont entraîné la décadence de Kélibia qui tire son nom de l'appellation arabe Iqlibiya. Elle semble pratiquement disparaître à l'époque Hafside. Seule la citadelle continue à être entretenue. Les Espagnols de Charles Quint la ruinent de nouveau en 1550.
Au début du XVIIème siècle, l'administration ottomane renforce la citadelle mais la fin de la Course entraîne l'abandon presque total du fort qui a été remis en état par les Français à l'époque du Protectorat. En 1942-43, les troupes italo-allemandes ont occupé la citadelle et ont créé un petit port militaire pour réembarquer vers l'Europe à la fin de la Campagne de Tunisie.
De nos jours, la citadelle a encore fière allure et se voit de très loin, érigée sur sa colline, à plus de 80 mètres d'altitude. Kélibia a été dotée d'un grand port de pêche et de beaux hôtels. C'est actuellement une ville dynamique qui grandit très vite. Les plages de sable des environs, en particulier celle de Ras El Melah, les vestiges romano-puniques dégagés, la forêt voisine de Dar Chichou et les vestiges de Kerkouane font de Kélibia une destination privilégiée. On peut y séjourner agréablement en toutes saisons.
Toutes les curiosités et les centres d'intérêt y sont réunis y compris, pour les amateurs, la pêche à la ligne du bord ou en barque et la chasse, voire la capture au printemps des rapaces par les fauconniers d'El Haouaria.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.