Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Campagne pour vacciner les chiens à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Mohsen Marzouk : Le président cherche a mettre en œuvre un projet personnel !    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Dernière minute-Coronavirus: 15 décès et 1013 nouvelles contaminations, Bilan du 20 septembre 2021    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Change devises en dinar tunisien : Cours du 22 septembre 2021    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Décès du journaliste économique Chokri Gharbi    Etat d'exception: L'ATFD s'inquiète pour les droits et les libertés    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    L'UGTT et le décret du 14 juillet 2020 : Les précisions de Tunisie Telecom    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Effondrement d'une partie du plafond d'une salle de classe au Kram - Fermeture de l'école    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    Mohamed Abbou: Kais Saied a échoué dans la lutte contre la corruption    Infos Bourse – L'ATB se hisse en haut du podium    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed a officiellement gelé la Constitution !    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La HAICA doit taper du poing sur la table pour se faire entendre»
Transparence dans l'audiovisuel
Publié dans Le Temps le 25 - 09 - 2013

• Le problème est que les acteurs économiques vont plus vite que les acteurs politiques
Interview d'André Lange, responsable du département informations sur les marchés et les financements à l'Observatoire Européen de l'Audiovisuel
Un sujet d'actualité brûlante, la transparence dans les médias audiovisuels est une question à débattre en Tunisie en cette période de transition marquée par la désorganisation de l'audiovisuel.
Chaînes télévisées et radiophoniques lancées sans autorisation, implication de l'argent politique dans le paysage, conflits d'intérêt entre les partis politiques…Le paysage est le moins que l'on puisse dire anarchique, d'où l'urgence d'instaurer des mécanismes de transparence pour assurer une concurrence loyale et organiser le secteur avant qu'il ne soit trop tard. Car les situations d'anarchie dans le domaine de la télévision sont très difficiles à corriger par la suite, explique André Lange, responsable du département informations sur les marchés et les financements à l'Observatoire Européen de l'Audiovisuel. Entretien.
Le Temps :
Quels sont les objectifs de la transparence dans le domaine de l'audiovisuel ?
-André Lange
La transparence dans le domaine de l'audiovisuel fait partie du jeu démocratique. Il est normal de savoir qui sont les propriétaires des médias, de savoir qui détient quoi, quel groupe économique ou quel parti politique ou groupe d'influence est propriétaire de tel ou tel média qu'il s'agisse d'un journal, ou d'une chaîne de télévision…Il y a également, une autre question importante pour la transparence des médias, c'est la responsabilité éditoriale. Il importe de savoir qui est responsable juridiquement par rapport à la loi, à l'information du consommateur. Il y a d'autres enjeux d'ordre économique, qui sont de savoir quel est l'état du marché pour favoriser les investissements. En fait, si le marché n'est pas clairement identifié, si on ne sait pas quel est le potentiel de tel ou tel service, les investisseurs vont être réticents à investir dans le domaine. Il y a un autre enjeu dans la relation diffuseur/ producteur. Il est légitime que les producteurs indépendants connaissent la situation financière de leurs principaux clients pour être capables de négocier exactement ce qu'ils peuvent exiger en termes de droits et de savoir quel est le public auquel s'adressent les chaînes.
Par ailleurs, il y a un problème pour les organismes de service public. Il faut savoir qui les finance, est ce qu'ils sont financés par la redevance, est ce qu'ils sont financés par une dotation de l'Etat, par la publicité…Ce qu'on constate, c'est que dans les pays arabes, il y a assez de retrait au niveau de la transparence par rapport à l'Europe. En Europe on arrive pratiquement à avoir les rapports d'activités et les données sur le financement pratiquement, de tous les organismes publics, avec quelques exceptions, alors que pour les pays arabes, on a les données de la télévision marocaine et la télévision libanaise.
La Tunisie est en phase de transition. Que recommandez-vous pour assurer la transparence des médias audiovisuels dans un contexte marqué par des tiraillements politiques et l'émergence de l'argent politique ?
-Je ne connais pas suffisamment la situation en Tunisie. Nous ne faisons pas à l'observatoire des recommandations spécifiques au pays, mais ce qui est clair par rapport aux normes européennes, c'est que les attributions des licences doivent se faire en général dans la transparence à partir d'une procédure clarifiée par le pouvoir législatif avec en général une instance de régulation indépendante par rapport au gouvernement qui va attribuer les licences. Il s'agit là, du modèle je dirais, idéal qui fonctionne en Grande Bretagne, en France, en Allemagne…et d'autres pays dans le Sud de l'Europe.
Mais il y a des exemples à ne pas suivre et qui risquent d'être reproduits en Tunisie tel l'exemple italien.
-Il y a aussi l'expérience de la Grèce où, les chaînes privées ont existé avant la règlementation. Il serait très difficile une fois que la règlementation est établie de les interdire.
Que recommandez-vous à la HAICA qui vient de voir le jour pour assurer la transparence du secteur ?
-Il y a des règles claires. Il faut taper du poing sur la table pour se faire entendre. Dans certains pays il y a des systèmes de sanctions tel le cas en France dans le domaine de la radio où certains propriétaires utilisent des puissances très fortes. Il faut les sanctionner. Je ne peux pas donner des recommandations spécifiques et je sais que le pays est dans un processus où il n'y a pas de Constitution. En fait le problème est que les acteurs économiques vont plus vite que les acteurs politiques. C'est une situation que nous avons connue ailleurs et qu'il faut essayer de la régler et d'avoir un cadre juridique clair le plus rapidement possible et de la faire respecter. Je pense que ce n'est pas quelque chose qui doit être uniquement l'affaire de l'instance de régulation. Cela concerne aussi les autres professionnels, les producteurs, les auteurs…Ils doivent aussi se faire entendre pour que leurs droits soient respectés. Parce que les situations d'anarchie dans le domaine de la télévision seront très difficiles à corriger par la suite.
D'ailleurs, en Europe, de plus en plus de chaînes venant des pays arabes, du Maghreb ou des pays du Golfe, ciblent les communautés arabes. Il est évident dans le contexte actuel qu'il y a une certaine inquiétude à cause du fondamentalisme. Il faut qu'on sache qui sont les acteurs derrière ces chaînes. Vous savez que ce n'est pas toujours possible de suivre le contenu parce qu'il est généralement en arabe. Ce sont les instances de régulation, les traducteurs qui permettent de voir s'il n'y a pas des incitations à la haine, à la violence. C'est une question qui doit se traiter dans le cadre d'un dialogue entre l'Europe et les pays arabes. La doctrine actuelle qui est établie par la nouvelle directive sur les services des médias audiovisuels pour l'Union Européenne, est que lorsque le diffuseur de la chaîne satellite n'est pas connu, c'est l'opérateur de satellite qui est le responsable. Par conséquent, les opérateurs satellite sont très soucieux d'avoir une transparence au niveau des contrats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.