Code électoral : une violation au nom de la consécration    Décès de l'ancien Président égyptien Mohamed Morsi au cours de son audition au tribunal    Les frères musulmans d'Egypte : La mort de Morsi est un homicide volontaire    Nigéria : 30 morts et 40 blessés dans un triple attentat revendiqué par Boko Haram    Amical : La formation rentrante de la Tunisie contre le Burundi    Les forces américaines sommées par Téhéran de quitter le Golfe d'Oman    Concours Media Loves Tech: Proposez vos projets pour un journalisme numérique de qualité    En vidéo : Découvrez Ecolibree, la serviette hygiénique tunisienne lavable    Tunisie: Les dentistes des secteurs public et privé en brassard rouge    Tunisie: Mongi Rahoui accuse Hamma Hammami de s'être approprié le slogan du Front populaire à son nom    Concours tunisien des produits du terroir: Les grandes lignes de la 2e édition du 18 au 30 juin 2019    La réforme de la constitution pour avantager certains acteurs politiques selon Jawhar Ben Mbarek    CAN 2019 : Le stade de Suez prêt pour accueillir les matchs de la Tunisie    Appel du Stade Gabésien du retrait de 3 points : "le dossier est clos pour la FIFA" (FTF)    Tennis – Classement ATP : Top 3 inchangé, Jaziri 100e    Huawei renforce sa position dans les classements Brandz des plus grandes marques au Monde    La date du tirage au sort des qualifications communes de la Coupe du monde 2022 et de la Coupe d'Asie 2023    8 ouvriers blessés dans un accident de la route à Enfidha    Concentrix célèbre ses 15 années en Tunisie !    Maison de l'image: Concours de production d'un film documentaire    La Sélection tunisienne de pétanque remporte le Championnat d'Afrique et se qualifie pour le Championnat du monde 2020 en Suisse    Un employé de banque s'évapore avec 420.000 dinars détournés des comptes de deux clients    Tunisie – Bac 2019: Examen de Physique pour les sections Sciences Exper., Maths, Techniques et Sport    CAN 2019 : La FTF demande la diffusion des matches du onze national sur Al-Watania 1 (terrestre)    Après le chaos qui a suivi les frappes aériennes de l'OTAN et le meurtre de Kadhafi, OBAMA a reconnu qu'il s'agissait de la « pire erreur de sa vie »    Tunisie – été 2019 : Liste des plages interdites à la baignade (21 plages polluées dans 6 gouvernorats)    REGARDE-MOI de Nejib Belkadhi remporte 4 prix au festival du cinéma tunisien    Tunisie: Des employés d'une briqueterie ferment la route entre Kasserine et Thala    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    Météo: Prévisions pour lundi 17 juin 2019    Nous sommes aujourd'hui sur le Titanic selon Nabil Karoui    Le Nidaa historique, déjà peine perdue    Tunisie – VIDEO : Abir Moussi présente à Nice le programme du PDL pour les tunisiens à l'étranger    Tunisie – AUDIO : Ben Ahmed dément sa proposition pour la présidence du gouvernement    En vidéos : Douja Gharbi et Samar Louati lancent RedStart et Briding Angels    Nouvelle Zélande : Levée de l'alerte au Tsunami après un séisme de magnitude 7.4    MOOD TALENT devient partenaire de LA SAISON BLEUE    Retour sur les décisions prises en faveur du secteur sportif à l'occasion de la Journée nationale du sport    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Le marketing d'influence, quand Instagram rapporte des sous !    Dabchy, la seule startup Tunisienne qui participe au programme d'accélération Womentum 2019    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    En vidéo: Attijari Bank et la compagnie maritime GNV signent une convention de partenariat en faveur des Tunisiens Résidant à l'Etranger    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    Organisé par Le Pont Genève, huit maires tunisiens en voyage d'échange en Suisse    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition du TABARKA SKY LANTERN FESTIVAL    Le producteur de musique Jamel Saibi victime d'un sérieux accident    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dangers collatéraux de l'école !
Publié dans Le Temps le 23 - 01 - 2015

Des parents d'élèves en colère se sont rassemblés hier matin devant l'école primaire « AL Chabab » (Douar Hicher). Venus protester contre le viol de deux écoliers de troisième année primaire, certains d'entre eux n'ont pas manqué de faire porter la responsabilité de cet horrible acte au directeur de l'école et l'ont accusé de négligence. Mardi dernier, constatant l'absence d'un enseignant, le proviseur aurait demandé aux élèves de quitter l'enceinte de l'école et ce qui devait arriver, arriva ! Rencontrant les deux garçons de 8 et 9 ans, seuls sans adultes, sur leur chemin du retour, le présumé violeur en a profité pour commettre son ignoble crime. Il a déjà été arrêté par les forces de l'ordre. Ses victimes l'ont formellement identifié. Pour leur part, les parents d'élèves se sont dit indignés mais surtout inquiets surtout que ce viol est loin d'être un acte isolé et que d'autres agressions sexuelles ont été commises sur d'autres enfants dans la région. Un des pères interrogé à ce sujet, a en effet affirmé avoir très peur désormais pour son enfant et que beaucoup de parents comme lui n'écartent plus l'idée de changer leurs enfants d'établissement scolaire voire d'interrompre leurs études en vue de les protéger de ces dangers.
Morsure de chien...
A Douar Hicher, l'école primaire « AL Chabab » jouxte le lycée qui porte le même nom, situé en bordure de terres agricoles. L'emplacement de ces deux établissements scolaires représente un certain danger pour les élèves car certains doivent traverser les champs pour venir le matin puis rentrer chez eux à la fin des cours. Nombreux sont les parents qui accompagnent quotidiennement leurs enfants matin et soir et leur interdisent de rentrer seuls. D'autres, ordonnent à leurs enfants de marcher toujours en groupe et de ne jamais s'isoler des autres élèves. Car la menace est bien réelle ! Outre les délinquants, les voleurs et les violeurs, il y a aussi des animaux qui errent dans les alentours. En début d'année scolaire, une enseignante de l'école « Al Chabab » a été mordue par un chien alors qu'elle était devant une salle de classe. A la suite de ce grave incident, le corps enseignant avait organisé un mouvement de protestation dans l'enceinte de l'école pour s'insurger sur leurs conditions de travail et le climat d'insécurité qui les empêche de mener à bien leur mission pédagogique avant d'être reçus par le gouverneur de Manouba. Une campagne d'abattage de chiens errants dans la région s'en était alors ensuivie. En octobre 2013, les professeurs des lycées « Douar Hicher » et « Al Chabab » ainsi que les enseignants de l'école « Al Chabab » avaient déjà protesté également contre l'insécurité ambiante mais aussi contre les ordures amassées aux alentours de ces établissements scolaires, l'état de détérioration du matériel pédagogique mais aussi l'absence de personnel administratif nécessaire pour appuyer leur travail.
Les dangers de l'école
Ailleurs que dans les grandes agglomérations, il n'est pas rare que des établissements scolaires soient situés dans des coins reclus, loin des habitations et de toutes commodités. Les élèves, souvent défavorisés, doivent marcher une à deux heures à pied. Par temps de pluie comme sous un soleil de plomb, ils parcourent un, deux, trois kilomètres ou plus pour arriver jusqu'à l'école ou le lycée où ils étudient. Très souvent seuls et non accompagnés, ils sont confrontés à mille et un dangers. Mais pas seulement sur la route ! Même à l'intérieur de l'école et dans les salles de classe, le danger reste encore bien réel, entre murs fissurés, moisissure, plafonds en lambeaux qui menacent de s'effondrer à tout instant, vitres cassées, escaliers vacillants et animaux dangereux qui rôdent dans les alentours tels que les sangliers, les chiens et les serpents. De même, nombreuses sont les écoles, notamment celles situées dans des campagnes qui ne possèdent ni portail ni clôture. Pire encore, certains établissements scolaires ne sont que partiellement clôturés et très souvent, les élèves et leurs enseignants reçoivent la visite inopinée de vaches, de moutons et de brebis venus brouter l'herbe dans la cour... Une réalité désolante qui touche un grand nombre d'écoles, particulièrement celles situées dans les zones rurales. A l'heure où des voix s'élèvent pour exiger des augmentations de salaire et prennent en otage des milliers d'élèves en enchaînant les grèves, certains semblent oublier ou ignorer que quelque part dans ce pays, de petits Tunisiens étudient dans des écoles infectes et insalubres, qui ne serviraient même pas à accueillir des animaux sous d'autres cieux. A maintes reprises, les responsables du ministère de l'Education se sont dits conscients de l'état de détérioration de ces établissements mais des raisons financières empêchent le lancement simultané de chantiers de rénovation dans toutes les écoles concernées. Un plan de réhabilitation des établissements scolaires sinistrés échelonné sur plusieurs années a toutefois été mis en place, par ordre de priorité. Il ne reste maintenant plus qu'à espérer que ce plan soit respecté et que les travaux se fassent à temps pour éviter que des catastrophes, telles que l'effondrement en 2013 des plafonds de deux salles à l'école primaire de Béja, ne surviennent entre temps. Une certitude toutefois, l'état de certaines écoles tunisiennes est une bombe à retardement qui risque d'exploser à tout moment...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.