Kaïs Saïed reprend son rôle d'explicateur    Hubert Tardy-Joubert : de l'IFT au cabinet de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères    La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Kais Saïed évoque le sujet de la fuite des médecins [Vidéo]    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Abid Briki menace de boycotter les élections législatives [Audio]    Foot-Europe: le programme du jour    Météo | Légère hausse des températures, aujourd'hui    Béja: Le secteur agricole en grève de 3 jours    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    CHAN 2022 : La composition des poules de la compétition    Le Pr Tahar Gallali: Un grand homme de science    Deguiche : le ministère veillera à l'application de la loi malgré l'accord entre la FTF et les clubs    Saïed à la Rabta : nos médecins partent par centaines en Europe ! Qui est en train de prêter à l'autre ?    Tunisie – Noureddine Ben Ayed : Il est temps d'accorder à l'agriculture ce qu'elle mérite comme intérêt    NBA pré-saison : Sur quelles chaînes regarder les matches de samedi et dimanche ?    Jasmin Open Monastir : Liste des qualifiées au tableau principal    Tunisie – L'accord avec le FMI est nécessaire mais insuffisant !    Mahdia : La Corniche déclarée première plage écologique en Tunisie    Briki à Saïed : les élections sont en danger !    L'éducation au fil du temps qui passe : Que reste-t-il de l'école publique ?    Législatives anticipées : Quel avenir pour les partis politiques ?    L'édito de Taoufik Habaieb: S'attaquer aux démons    Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Tunisie: 70% des personnes victimes d'une crise cardiaque sont des fumeurs    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Désignation de Haykel Khadhraoui, en tant que DG par intérim de BH Bank    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Une pénurie d'œufs en vue    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Inauguration de l'académie Africaine de tennis à Sousse : Un acquis irréversible    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La société est capable de tout : du meilleur comme du pire...
La santé mentale des Tunisiens
Publié dans Le Temps le 23 - 10 - 2007


*
La prise en charge de ces maladies est un challenge pour notre système de santé. Thérapies lourdes, onéreuses, mais il ne faut pas oublier qu'un malade psychotique « est un citoyen »
La maladie psychotique est une maladie mentale répandue en Tunisie. Elle touche 1% de la population.
Elle affecte indifféremment les personnes de tout âge, hommes et femmes, de tous les milieux et quel que soit
leurs styles de vie. Cette pathologie se caractérise par des symptômes qui atteignent le dynamisme et le
comportement du patient. Il s'ensuit une mauvaise perception de la situation et un refus de l'entourage.
La société tunisienne n'assume pas comme il se doit ses malades mentaux, souvent marginalisés et blessés dans leur sensibilité.

Les enjeux de la prise en charge de cette maladie sont différents face à un épisode aigu. Le traitement thérapeutique consiste à réduire la sévérité des symptômes psychotiques, de contrôler les troubles du comportement et de prévenir la violence permettant un retour rapide à un meilleur niveau fonctionnel. Mais il arrive comme l'a indiqué Dr Essedik Deddi président de la Société Tunisienne de Psychiatrie qu'au détour de l'une de ces rechutes : « Un malade psychotique déjà connu et supposé pris en charge au long cours dans une instance de soins spécialisés devienne le support de l'irruption brutale et tragique du réel désorganisateur, de la mort, ceci dans l'espace
familial à travers le suicide d'un malade psychotique déjà connu et en état de rechute aigue suite à une rupture de traitement ou à d'autres facteurs. A titre d'illustration, le drame tragique du 16 avril 2007 (30 morts et plus de 30 blessés) à l'Université Tech de Blacksburg, en Virginie aux Etats-Unis avec l'irruption brutale d'un jeune étudiant psychotique qui semblait pourtant déjà connu et supposé suivi et traité pour une psychose grave » Cet incident n'a cessé d'interpeller les psychiatres qui se sont réunis les 19, 20 et 21 octobre au cours des 20ème journées nationales de psychiatrie tenues au centre culturel de Hammamet, un espace de rencontre et de réflexion renouvelée et qui a réuni d'imminents spécialistes tunisiens, algériens, Suisses, espagnols, belges et français avec le concours de la STP et l'OMS M. Mondher Znaidi ministre de la Santé Publique qui a présidé la séance d'ouverture a précisé que : « Le thème de cette rencontre s'inscrit parfaitement dans l'un des axes majeurs de la politique de l'Etat Tunisien à savoir la promotion de la santé mentale en témoignent les multiples décisions présidentielles ainsi que les textes réglementaires et législatifs avant-gardistes promulgués au cours des vingt dernières années au profit du malade mental, à l'instar de la loi 92 accordant aux malades atteints d'une psychose chronique invalidante le bénéfice à vie de la retraite du parent décédé.

La santé mentale, une priorité
La santé mentale figure parmi les priorités du système sanitaire national. Un programme national a été mis en œuvre en 1990 visant à intégrer la santé mentale dans la prise en charge en général et particulièrement au niveau des soins de santé de base. Cette démarche a contribué à la concrétisation de plusieurs objectifs à savoir la prévention des troubles mentaux, le dépistage et le traitement des différentes psychopathologies, la promotion du bien être psychique et le rapprochement de l'accès aux soins pour le citoyen. Certes a souligné M. Znaidi «Le coût de la prise en charge de ces maladies est lourd. Elles réclament la mise en œuvre de thérapeutiques et de programmes de soins intra et extra-hospitaliers adaptés. C'est un challenge sérieux que nous nous employons à gagner en assurant une meilleure accessibilité et une meilleure continuité des soins tout en généralisant progressivement les services de psychiatrie dans les hôpitaux et en favorisant des programmes de formation aux différentes formes de psychothérapies » Ces journées ont essayé de traiter les maladies psychotiques qui posent encore des problèmes mais qui impliquent une bonne prise thérapeutique. Les explications du Dr Paul Lacaze de Montpellier et Dr Raja Labbène de Tunis
Kamel BOUAOUINA


***

Paul Lacaze (Psychiatre à Montpellier)
« Psychotiques oui, mais citoyens d'abord »
Le Temps
Tout d'abord, un psychotique est-ce un citoyen comme les autres ?
Le titre que j'ai donné à ma conférence s'intitule :
« le malade psychotique est un citoyen comme les autres » et en tant que citoyen je commence à le revoir, à l'écouter et à le soigner.

Quels sont les signes de cette maladie ?
C'est extrêmement divers. Impossible de les décrire en peu de temps. Ce sont des signes de la folie. Par contre le travail essentiel du psychiatre c'est de distinguer dont ce qu'il donne voire ce qu'il entend du malade. Ce qui est de nature psychotique de la folie ou ce qui est de nature non psychotique c'est-à-dire d'une souffrance psychique qui n'est pas de la psychose. C'est un élément fondamental pour un psychiatre spécialisé d'où l'intérêt du diagnostic différentiel et là il faut faire la différence entre le diagnostic de la maladie psychotique et de la maladie non psychotique (névrose, perversion, obsession) et selon le diagnostic, le traitement est totalement différent. Donc, l'important pour le médecin est de faire ce diagnostic très vite pour éviter les confusions. Par contre, il y a des éléments dans la structure du langage du malade, de son comportement et dans la manière dont il voit le monde qui permettent au psychiatre de dire s'il est psychotique ou s'il n'a pas de maladie psychotique.

Comment se manifeste cette maladie ?
Cette manifestation peut se résumer en des difficultés de communication entre le malade et son entourage. Pour le malade, c'est une vision du monde souvent démesuré donc déplacé. C'est une inadaptation à la vie sociale et cela fait réagir l'environnement. Le malade psychotique a des réactions inattendues dans son milieu social et professionnel. Il fait resurgir ce que personne ne voit et n'entend. C'est la surprise. Ce qu'on appelle le réel et cette surprise dérange souvent.

Comment réagir face à cette pathologie ?
Il faut s'en occuper c'est-à-dire faire appel à un spécialiste pour que le diagnostic soit bien fait. Ce dernier pourra par la suite mettre en œuvre un
traitement oral et médicamenteux bien adapté au patient. Le plus souvent, il faut utiliser les deux traitements. Il s'ensuit l'hospitalisation et le
soutien de la famille. Ce sont des actes très spécialisés qui exigent une formation de personnel très compétent, d'abord les psychiatres ensuite les
infirmiers et tous les travailleurs sociaux. C'est une formation qui ne peut pas être faite à la légère. Elle est plutôt spécialisée. Dans ce type de travail, on ne peut pas déléguer les soins à des personnes qui ne sont pas préparées en matière. On ne peut pas envoyer un technicien mais une équipe bien formée et compétente

Quelles sont les nouvelles thérapeutiques biologiques ?
Ils y en a eu et il y en aura encore. Ces nouvelles thérapeutiques biologiques sont de nos jours incontournables. Le seul problème c'est le risque de l'efficacité de cette thérapeutique biologique ou comportementalistes non biologiques car on essaie de formater le comportement du malade. Le risque de cette technique biologique ou comportementaliste est de faire l'économie, de penser le malade et de le comprendre car ce sont des thérapeutiques efficaces. Après une efficacité et une réussite souvent très grande au début, Cette réussite n'est que éphémère car le malade n'a pas parlé. Le délire peut ressortir un peu plus tard. Le malade revient et passe à l'acte grave et dangereux. C'est ce qui s'est
produit dernièrement en Virginie où à Pau. Si les thérapeutiques permettent d'externaliser les patients, de les autoriser de vivre normalement une vie citoyenne, c'est une bonne opportunité

Cette maladie touche-elle aussi la population scolarisée ?
La maladie de la psychose n'atteint pas davantage la population scolarisée. Mais de nos jours, nous avons de grandes possibilités de recevoir ces malades et de les traiter. La scolarisation ne pourra seul contribuer à ces psychoses. Autrefois, la société gardait le malade chez elle de manière quasi religieuse c'est le phénomène du « Djin » c'est une façon d'aborder la psychose d'une manière non scientifique. Mais aujourd'hui, on ne peut pas parler ce langage car il y a le savoir, la modernité, l'éclatement de la cellule familiale. Il y une nouvelle approche biologique et psychothérapique.

Y a-t-il une bonne guérison de la psychose ?
Il n'y a pas de vraie guérison de la psychose. C'est une pathologie qui touche l'être dans sa grande profondeur dès la naissance et même avant la naissance. C'est transgénérationnel c'est-à-dire des secrets de famille qui sont restés de génération en génération et qui un jour finissent par produire un effet d'incompréhension chez un nouveau né et qui au fond n'a pas sa place dans la société et qui devient insupportable par son entourage et c'est la psychose. Ce n'est pas génétique ni héréditaire mais ça passe de génération en génération et cela touche tous les membres de la famille.
KB

***

Raja Labbène ( chef de service de psychiatrie à
l'hôpital Razi ) :
« La psychose peut toucher des enfants brillants »

Le Temps
Quelles sont les manifestations de la maladie psychotique ?
Il y a plusieurs maladies psychotiques qui touchent 1% de la population. Ce sont les maladies mentales qui touchent le rapport à la réalité. Ce sont des patients qui vont être coupés de cette réalité et qui vont vers un monde délirant fabriqué d'hallucinations et d'interprétations pathologiques. Ils n'auront plus la capacité d'entrer en relation avec l'environnement et la réalité extérieure et cela entraîne des troubles du comportement qui pourraient être graves car il y a une altération du jugement et du discernement. Il y a des psychoses qui touchent des jeunes. C'est une maladie mentale la plus difficile à appréhender. Affectant une population jeune, elle est très redoutable et peut compromettre son avenir. Elle peut déstabiliser toute une famille surtout s'il a misé sur un de ses enfants, atteint par cette psychose. C'est une psychose qui peut toucher des enfants brillants et progressivement on assiste à une chute de leurs résultats scolaires et un changement d'attitudes avec des
comportements étranges et bizarres. Ce sont les premiers signes de la maladie.

Comment se fait la prise en charge de ces maladies ? Ce sont des maladies de relationnel, de fonctionnement social, d'adaptation du sujet dans son environnement et il est impératif et nécessaire de prendre en charge de manière rigoureuse ce type de maladie. Ce sont destraitements médicamenteux efficaces contre les symptômes de ces maladies à savoir le délire, les hallucinations, l'agitation permettant ainsi le
retour à un fonctionnement social normal. A ajouter en cela la prise en charge psychothérapique c'est-à-dire de soutien et d'accompagnement au cours de leur traitement chimique mais aussi un suivi de la famille qui pourrait devenir dépressive, qui n'aura plus les moyens de communiquer avec leur patient et qui pourrait se sentir coupable de ne pas avoir assez fait d'où la nécessité de rétablir une communication saine.

Y-a-t-il de nouveaux thérapies pour ces psychoses ?
Ce sont surtout les avancées en matière médicamenteuse. Les neuroleptiques sont efficaces pour le traitement des symptômes de la psychose à savoir les hallucinations, les dissociations psychiques. Ces médicaments donnent des effets secondaires parfois gênants avec des tremblements et des hyper salivation.
De nouveaux antipsychotiques de dernière génération sont apparus. Ils sont très efficaces pour le traitement de ces psychoses


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.