Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    PAEZ: Parc d'activités économiques de Zarzis pour encourager à investir dans les TICs en Tunisie    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Classement FIFA : La Tunisie perd deux places et se retrouve 27e    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue national ou course à l'échalote ?
Publié dans Le Temps le 20 - 11 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 10px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Dialogue par ci, dialogue par là ; combine par-ci, combine par-là : c'est maintenant, alors que le pourrissement politique franchit tous les seuils de tolérance et que la situation socioéconomique agite le spectre de l'effondrement de l'Etat, que des voix désabusées et nullement convaincues appellent à l'instauration d'un Dialogue national. A l'évidence, tout ce beau monde navigue à vue. Faute de repères. A cause du clanisme, reflet d'une classe politique qui ne sait pas quoi faire d'une démocratie à laquelle elle n'était pas préparée, ou qu'elle l'ait tout bonnement défigurée.
Il y a quelques mois, Mohamed Ennaceur, le père du «contrat social» tunisien dans la république de Bourguiba, avait suggéré la mise sur pied d'un dialogue économique et social unificateur. On l'a poliment écouté avant de l'envoyer sur les roses.
Aujourd'hui, le Dialogue national pourrait représenter un laboratoire d'idées pour faire sortir le pays du marasme. Soit. Mais sous quelle forme ? Avec quelles composantes ? Et sous l'égide de qui ?
Opportunisme plutôt qu'opportunités
Du coup, c'est toute la stratégie du positionnement qui pose problème. Car, sur le fond, c'est à une «guerre» des initiatives qui se déploie en sourdine-. Chacun y va de son couperet bien préparé.
Il y a d'abord cette initiative du Président de la république tenant à une réconciliation économique impliquant les hommes d'affaires du régime déchu et qui seraient appelé à créer des entreprises dans les zones déshéritées pour y insuffler l'emploi. C'est-à-dire rapatrier les fonds spoliés et les redéployer dans des projets régionaux selon les besoins de chaque région. Cela a toujours été son leitmotiv, son argument de campagne électorale aussi.
Pour sa part, comme pour damer le pion au Président, Rached Ghannouchi prône une réconciliation entre les Nahdhaouis et les Rcdistes. Jouer aux belles âmes, c'est commode après avoir été la rampe de lancement de la vindicte et du harcèlement judiciaire à l'endroit de toutes les composantes du régime déchu. Mais Ghannouchi entend faire d'une pierre deux coups : vider l'initiative présidentielle de sa substance et, aussi, affaiblir le potentiel électoral de cette véritable icône qu'est Abir Moussi dont le parti supplante Ennahdha dans les sondages. En tous les cas, Abir Moussi ne consentira jamais à un dialogue avec lui. Pas plus qu'avec tous ceux qui se sont acoquinés avec Ennahdha. C'est-à-dire, presque toutes les composantes du paysage politique. A préciser, cependant, que pour Ghannouchi -qui file du mauvais coton-, il ne s'agit pas de Dialogue, mais de réconciliation. Nuance.
Voilà, cependant, que Zouheir Maghzaoui, secrétaire général du parti «Echaab» prône un Dialogue national sous l'égide du Président de la république, dialogue qu'il baptise «Front national», mais qui se limiterait au bloc démocrate (Attayar et Echaab) et l'UGTT. Il déclare même en avoir discuté avec le Président pour lequel (dit-il, encore) l'heure est venue de rassembler les Tunisiens. Ce à quoi répond Noureddine Taboubi, réfutant carrément cette option.
Puisque le mot «Front» est inventé par Maghzaoui, le secrétaire général de la centrale syndicale, met en avant un concept purement pédagogique : «Il faut que tout le monde soit dans le même front». Parce que, justement, la proposition de Zouheir Maghzaoui est bâtie sur l'exclusion et sur l'exclusivité. Car il oublie sciemment que «le dialogue véritable suppose la reconnaissance de l'autre à la fois dans son identité et dans son altérité». Ce «Front national», à supposer même qu'il soit mis sur pied, ne ferait qu'accentuer les divisions, les clivages et ne serait alors que strictement politique. Le Dialogue national, ce n'est vraiment pas ça...
«Les partis n'ont plus de place»
Pour la naissance d'un Dialogue national, il faut bien un ou plusieurs éléments fédérateurs. En tous les cas, celui qu'on cherche aujourd'hui à instaurer n'a rien du Quartet du Dialogue national sous l'égide de l'UGTT, de l'UTICA, de la Ligue tunisienne des Droits de l'Homme et de l'Ordre national des avocats en 2013. Ce Dialogue ayant contribué à la transition démocratique, décrété la fin de la Troïka et la mise sur pied du gouvernement de Mehdi Jomaâ. Et, au final, le couronnement en fut le Nobel de la paix.
Or, depuis 2013, le paysage politique s'est dangereusement enlisé, cependant que le marasme socioéconomique atteint des proportions jamais enregistrées auparavant.
Qu'a-t-on fait du Nobel de la paix ? La guerre tout bonnement. Certes, feu le Président Béji Caïd Essebsi voyait venir l'ogre dévastateur. Il initia dès lors un Dialogue : Carthage I et Carthage II, mais cela procédait beaucoup plus de recherches de compromis partisans que d'une réelle stratégie pour une sortie de crise. Et, encore, la crise à cette époque n'est en rien comparable à celle que vit actuellement le pays. D'ailleurs, ce Dialogue de Carthage consistait à parler tout seul et à tour de rôle. Ce fut, donc, un cortège de monologues. Et on en est restés là.
Aujourd'hui, la donne a changé du tout au tout. Et il y a un OVNI qui parle un autre langage et qui est venu occuper les lieux à Carthage. Et c'est, déjà depuis un an et quelques mois, la course aux convoitises, la frénésie obsessionnelle de la part de certains partis à vouloir entrer dans ses insondables bonnes grâces.
Or, ce qu'il vient de déclarer lors de sa visite d'Etat à Doha est sans appel : «les partis politiques dans nombreux pays n'ont plus de place, grâce à l'influence des réseaux sociaux». Entre les lignes, il réitère sa sainte horreur des partis politiques de chez nous. Même le style change quant à la conception du Dialogue. Il nous vient d'ailleurs à l'esprit cette fameuse phrase d'Albert Camus : «Nous sommes lucides. Nous avons remplacé le dialogue par le communiqué».
En fait, Kaïs Saïed qui vient de «convoquer» le président de l'ARP et le Chef du gouvernement n'est pas insensible à la crise que traverse le pays. Mais ses retenues constitutionnelles le réduisent au rôle d'observateur, même si -quoique l'on en dise- il a été grignoter quelque chose pour l'économie tunisienne au Qatar, terrain de prédilection de Rached Ghannouchi.
Ce qui est cependant sûr, c'est que si Dialogue national devait avoir lieu, ce serait selon ses règles et ses normes à lui. Car «Le front national» que propose le Courant démocrate a plutôt pour vocation de porter à cru un Dialogue, c'est-à-dire comme si on montait un bâtiment sur le sol sans ses fondations préalables.
A l'évidence, Kaïs Saïed s'en méfie. Du reste, on ne résout pas les problèmes avec ceux qui les ont créés. Sauf qu'il est temps pour lui de révéler son propre projet pour la Tunisie. Parce qu'à chaque apparition, il n'a toujours donné l'impression de ne s'adresser qu'aux trois millions de Tunisiens qui l'ont élu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.