Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Aides exceptionnelles de 300 dinars: Les objections pourront être émises dés la semaine prochaine    Sidi Bouzid : corruption et falsification de documents    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Les déclarations contradictoires de Kaïs Saïed à propos de la Ligue arabe    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'axe Saïed/Taboubi, seule planche de salut !
Publié dans Le Temps le 30 - 11 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps – Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Dans la déclaration du gouvernement lors de la plénière, hier, inaugurant le marathon budgétaire, Hichem Méchichi a tenu un discours plutôt martial. Il affirme que l'Etat ne se pliera pas aux chantages et que, de toutes les manières, la loi de finances 2021 sera la loi de la clarté. Au passage, il rappelle que le déficit budgétaire (7%) représente le pire chiffre jamais enregistré depuis l'indépendance du pays. Il annonce aussi le rabaissement de 1,6% des dépenses publiques pour stopper l'hémorragie, tout en déclarant que son gouvernement s'attellera à réformer les modules des subventions ainsi que le système fiscal.
Tout en lançant des piques aux gouvernements qui ont précédé le sien, il parle de la nécessité d'instaurer un dialogue national. Il ne dit pas avec qui, ni comment. Pour sa part, du haut de son perchoir, Rached Ghannouchi relance encore sa « Fatwa » de ces derniers jours : « le dialogue national ». Lui aussi s'y met, prenant le train en marche, mais évitant d'évoquer le rôle que jouerait le Président dans ce processus. En fait, il n'a jamais digéré la manière dont le fameux Quartet a tiré le tapis sous les pieds d'Ennahdha. Et, de surcroît, il n'est pas sans savoir qu'une forte symbiose, presque intimiste, a cimenté une complicité tout à fait claire et potentiellement opérationnelle entre Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi.
Le miracle
se produit une seule fois
Dans les mœurs politiques, on sait que lorsque tout se bloque et que les horizons s'assombrissent, on se rabat sur « Le dialogue », ce sésame dont on pense qu'il représente la clé de voûte de la crise. Sauf qu'un miracle (le Quartet) ne se produit qu'une seule fois. Et que si on essaie de le rééditer, il ne sera toujours qu'une farce.
Mais, par ailleurs, de quelle crédibilité peut-on draper un dialogue national si les composantes du paysage politique n'en finissent pas de s'étriper, le plus souvent pour des raisons futiles et vaguement idéologiques, rendant hypothétiques toutes ébauches de concertations. Cela fait que, si dialogue national il devait y avoir, il transposerait tous les avatars d'un système politique (celui des partis) et que Kaïs Saïed a peut-être raison de ne pas affectionner. Et puis, il faudra bien qu'on clarifie et que l'on définisse les contours de ce dialogue, face à une crise multiforme.
Parce qu'à l'évidence, les blocs parlementaires se sont érigés en autant de conglomérats (à l'exception du PDL d'Abir Moussi) où les fausses incantations idéologiques se révèlent être de scabreuses manœuvres pour instituer des pôles, tendant tous à la gouvernance, réclamant, tous, des portefeuilles gouvernementaux. Et cela fait qu'une Troïka de fait (Ennahdha, Qalb Tounes et la Coalition Al Karama qui joue sur les amalgames) s'est arrangée pour que Méchichi entre dans la tanière du loup, croyant y trouver un certain « coussin ». En face, le Bloc démocrate qui avait flairé la combine du « gouvernement de technocrates » et son cheval de Troie, s'est tout bonnement aligné dans l'opposition, contre la Troïka, et comme dans un appel du pied envers le Président. En fait, Attayar et Achaab se considèrent comme étant les « partis du Président » et, qu'en tant que tels, ils ont mis sur la table une initiative de dialogue national sous l'égide de Kaïs Saïed, mais un dialogue fortement sélectif et, quelque part, sur mesure. Zouheir Maghzaoui reconnaitra par la suite que le Président avait paru plutôt sceptique.
Si le Président prend tout son temps pour avaliser l'idée d'un dialogue national et qu'il ne se soit pas encore décidé à intervenir dans ces magmas régionaux (du moins à l'écriture de ces lignes), c'est qu'il n'apprécie guère la façon dont Hichem Méchichi s'est laissé « envoûter » par le grand méchant loup.
Survie du pays,
plutôt que dialogue
Kaïs Saïed voit venir le stratagème : les lois de finances seront votées, mais après tu opèreras un remaniement dans le sens d'un gouvernement partisan. Il se peut néanmoins que Méchichi donne l'impression de se laisser amadouer et que, par la suite, il jouera le coup du lapin au grand méchant loup.
Quels que soient les scénarii, Kaïs Saïed ne se voit pas dans cette configuration et ne mettra pas sa personne en équation dans ce jeu mièvrement partisan.
Parce qu'il n'y a pas que les partis dans ce pays. Il y a aussi les organisations nationales, les corps de métiers et la Ligue des droits de l'Homme.
De tout temps, et même des temps du Parti unique, toutes ces composantes ont été aux avant-postes et parties prenantes dans les décisions souveraines dans le pays.
L'UGTT est la première syndicale en Afrique et dans le monde arabe. Idem pour le Ligue des droits de l'Homme. Cela, Kaïs Saïed le sait parfaitement. Et c'est avec ces composantes historiques, sans oublier l'UTICA, l'UTAP et toutes les organisations féministes qu'il conçoit le dialogue, sans oublier les partis (pas tous : pas question pour lui de Qalb Tounes et d'Al Karama), mais des partis qui auront droit à des strapontins, du fait qu'il leur impute la responsabilité d'une décennie de hautes turbulences.
Le 19 novembre dernier, Noureddine Taboubi a été proposer au Président une ébauche de dialogue pour la survie du pays. Les deux hommes se sont donné rendez-vous pour la semaine d'après, c'est-à-dire cette semaine. La deuxième rencontre n'a pas eu lieu et Taboubi en a expliqué les raisons dans un meeting avant-hier. Mais le projet n'est pas pour autant abandonné. Il y a juste que l'UGTT est en train de peaufiner ce projet pour lui conférer une dimension multiforme. Car, il s'agit plutôt d'un plan de survie que de dialogue où l'on papotera à l'envi. Car, contrairement à ce qu'a déclaré Ghannouchi, hier au Parlement, la crise n'est pas exclusivement politique.
L'ennui, c'est que les mauvaises perceptions affublent l'UGTT des seuls relents revendicatifs. On ne sait pas que la Centrale syndicale compte une armada de spécialistes de premier plan et que, elle seule, sait tâter le pouls socioéconomique du pays. Les partis n'en ont pas les moyens.
Et c'est dans ce sens que s'explique et que se justifie le feeling entre Saïed et Taboubi. Parce qu'à la fin des fins, on voit mal le Président se laisser hypothéquer –et se compromettre- dans des schémas partisans juste capables d'instaurer un dialogue de sourds.
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.