Banque mondiale : Renforcer les cadres juridiques de l'insolvabilité pour sauver les entreprises et stimuler la reprise économique    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 29 mai à 11H00    Le Nova 7 I de Huawei disponible sur le marché tunisien    Maarouf est venu liquider les entreprises publiques, accuse Taboubi    La Fondation Hédi Bouchamaoui fait don de 18 respirateurs à 5 hôpitaux du Sud tunisien    Fonds de la zakat | Le président de la LTDH, Jamel M'sallem, à La Presse : «On attend le verdict du Tribunal administratif» (vidéo)    Neymar : la justice suspend le paiement d'une amende de 14,7 millions d'euros    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Tunisie: vers l'imposition du port du masque de protection dans les espaces publics avec une loi    Programme « Tounes Wijhetouna » : Valoriser l'image de la destination Tunisie (Vidéo)    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Tribune | Code d'éthique et de déontologie parlementaire : Pourquoi et comment?    Relance économique après le Covid-19 : Le casse-tête du financement    Endettement de la SONEDE : La barre du milliard de dinars dépassée    Tribune | L'économie post-corona : nous n'avons plus le droit à l'erreur…    Extinction de poissons dans les cotes de Sayada : Un phénomène naturel anormal    Tribune | Y a-t-il un commandant à bord ?    Khaoula Hosni, auteure de «La fosse de Marianne», à La Presse : «La trilogie était un exercice d'écriture épuisant de scènes visuelles»    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    Escrime | L'élite reprend du service le 4 juin : Les sabreurs au rendez-vous    Tunisie – Météo : Températures stationnaires    ESS | Mercato : Baâyou intransférable !    Mohsen Marzouk menacé depuis la Turquie, riposte    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Gare au feu !    40ème jour du décès de Noureddine Diwa : L'hommage émouvant de sa femme Amel Agrebi    TROIS nouveaux cas positifs de Coronavirus provenant de Tunisiens rapatriés de l'étranger    Ligue 2 (barrages) : L'O.Sidi Bouzid réclame la diffusion TV des matches et un arbitrage à 5    Coronavirus : la Premier League reprendra le 17 juin    Plus de 80% des malades sont guéris à Kébili    Wall Street Journal : Le CSHL, 1er club au monde à avoir utilisé l'application du public à distance dans un stade vide    Tunisie: Un incendie ravage trois hectares de végétation à la Manouba    Tunisie : la BCT maintient inchangé son taux d'intérêt directeur à 6,75%    COVID-19 : HONDA Tunisie annonce une révision tarifaire de toute sa gamme    Publication du Protocole sanitaire pour le tourisme tunisien anti Covid-19    On tarde à intégrer l'éthique à la vie politique    Rohani prône la coopération avec les ultraconservateurs    L'indépendance de la justice sur la sellette    La police dissuade les manifestants à Hong Kong    On traine les gens dans la boue sans aucun égard pour leur dignité    « Nouba 2 », l'exception qui ne fait pas la règle    Le premier roman tunisien sur Covid-19 et le confinement !    Quand le virtuel dépasse le réel    Tunisie: Les institutions publiques sont priées de mettre fin aux contrats de deux députés    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – Ansar Acharia se prépareraient à prendre le pouvoir en Tunisie
Publié dans Tunisie Numérique le 01 - 04 - 2013

Habib Sayah, juriste tunisien et directeur de l'Institut Kheireddine, pour la promotion des libertés individuelles en Tunisie, a confié au micro de RFI, qu'il appréhendait qu'Ansar al-Charia, le principal mouvement jihadiste adoubé par al-Qaïda aient pour but final, en Tunisie, de substituer la République par un Khalifat.
Il se dit d'accord avec le général Carter Ham chef d'Africom concernant l'intention d'Al Qaïda de s'implanter en Tunisie. Il rappelle que le groupe Ansar Acharia a reçu la bénédiction d'Ayman al-Zawahiri, le N° 1 d'Al Qaïda, l'année dernière, d'où, il y a un vrai risque terroriste en Tunisie.
« Je ne pense pas que dans les mois qui viennent, Ansar al-Charia risque véritablement de prendre les armes pour conquérir le pouvoir en Tunisie. Mais je parle d'une situation pré-insurrectionnelle, dans le sens où Ansar al-Charia refuse la logique démocratique, ne reconnaît aucune légitimité à la République, et croit, parallèlement, en un projet de société, le khalifat, et veut le mettre en place », a-t-il expliqué.
Entre-temps, il pense que ce groupe est en phase pré-insurrectionnelle qui se caractérise par une logique de concurrence à l'égard de l'Etat. « Ansar al-Charia s'est d'abord fait remarquer par des actions violentes, en attaquant des cinémas, des artistes, des personnalités laïques. Mais par la suite, juste après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis orchestrée par le leader d'Ansar al-Charia, Abou Iyad, cette organisation a versé dans les actions sociales... Il s'agit de démontrer que les jihadistes en Tunisie sont en mesure de se substituer à l'Etat, si jamais la République venait à être abolie et remplacée par un khalifat ».
Ils se sont même manifestés suite à l'assassinat de Chokri Belaïd, et dans le chaos crée par sa mort, en comités de sécurité qui « prétendaient remplacer la police absente et assurer la protection des commerçants, des biens ». Et c'était, selon Habib Sayah, une autre étape dans cette stratégie pré-insurrectionnelle, qui vise à concurrencer l'Etat dans ses fonctions.
Le mouvement Ennahdha ne pourra jamais remplir une fonction de rempart contre les jihadistes, dans la mesure où les modérés du parti ont la volonté de prendre leur place dans cette nouvelle Tunisie en transition démocratique. Mais l'aile la plus dure du mouvement comprend de nombreux alliés d'Ansar al-Charia. Et donc, attaquer Ansar al-Charia pour le gouvernement tunisien reviendrait en quelque sorte, à exciter les divisions qui traversent le parti Ennahda.
Il y a, par ailleurs, une certaine faiblesse de l'appareil étatique, qui a conduit Larayedh, alors ministre de l'Intérieur, à renoncer à poursuivre Ansar al-Charia, suite à l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis suite aux menaces qu'il avait reçues à ce moment-là, de la part des partisans d'Abou Iyad.
D'un autre côté, la position de Rached Ghannouchi est ambiguë. Il continue à affirmer son adhésion aux valeurs de la démocratie. Mais il a exercé des pressions sur le gouvernement de Jebali, en vue de freiner la démocratisation du pays, de maintenir la mainmise d'Ennahda sur l'administration, et protéger notamment cette mouvance salafiste violente qu'il a dit considérer comme ses enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.