L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Tunisie – Amélioration des rentrées du tourisme en devises de 20%    HASSI JERBI les Foulées « marathon » des Flamants roses … que des sensations agréables    Nouvelle composition des blocs parlementaires après la démission de certains députés    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Programme TV du jeudi 22 août    PANDA TOUR    Habib Khedher évoque une guerre des pouvoirs    Collision entre un train et un camion à Fondouk Jedid    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Ennahdha rêve de remporter la Présidentielle dès le 1er tour !    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie- Saïd El Aydi :” J'ai une double nationalité à laquelle je vais renoncer conformément aux dispositions de la Constitution”    la nouvelle mesure des voitures louées n'est pas respectée    Coupe Arabe des Clubs (Qualifications): le programme de jeudi    Oriflame Tunisie accueille une nouvelle DG, l'une des plus jeunes en Afrique et lance la gamme Love Nature    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Lotfi Mraihi: Non! Le président de la République n'est pas le père des Tunisiens    Manifestation contre la dégradation de la qualité du train à Kalâa Kebira    Selma Elloumi : la Tunisienne est toujours au rendez-vous avec l'histoire    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Un cheval de Troie sur votre ordinateur, alerte le site NordVPN    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Daniel Sturridge signe à Trabzonspor (officiel)    Tunisie: Abandon par Youssef Chahed de la nationalité française,ce que Rached Ghannouchi lui a suggéré    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    La Poste Tunisienne première institution à l'échelle internationale certifiée « Masterpass QR » de MasterCard internationale    Que faire lors d'un vol retarde Brussels Airlines ?    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    US Open : Malek Jaziri éliminé dès les qualifications    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    René Trabelsi en visite inopinée dans des unités et restaurants touristiques    Ligue 1 : un changement au programme de la première journée    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Les Nuits du Musée de Sousse, 8e édition du 21 au 27 août 2019 (Programme)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – Les agriculteurs pratiquent la politique de la terre brûlée, pourvu qu'ils aient la tête du ministre du commerce
Publié dans Tunisie Numérique le 22 - 06 - 2019


Partagez1
Tweetez
+1
Partagez
1 Partages
L'UTAP en fait un point d'honneur. Elle veut, à tous prix, la tête d'Omar Behi, le ministre du commerce. Pourquoi, donc ? Et qu'y a-t-il derrière cette campagne acharnée ?
Tout le monde a, en effet, remarqué que l'UTAP est, depuis quelques semaines, en train d'utiliser tous les supports dont il dispose, pour mener une campagne tambours battants, contre le ministre du commerce. Le président de l'Union, Abdelmajid Ezzar s'est mis à sillonner les marchés de gros, pour se faire filmer en train de compatir avec les « pauvres » agriculteurs, qui n'arrivent plus à écouler leur marchandise, et qui préfèrent la jeter à la poubelle, plutôt, que de la vendre à prix réduit, à la portée du pauvre consommateur. Par ailleurs, les séquences vidéo se multiplient, tous les jours, avec le même thème. A savoir des agriculteurs qui détruisent leurs productions tout en pestant contre le ministre du commerce, qui les empêche d'exporter leur marchandise, privant, au passage, selon leurs déclarations, le pays de beaucoup de devises.
Il faut savoir que les motivations de cette guerre entre Ezzar et Omar El Behi sont à deux niveaux. D'abord, les parties politiques qui soutiennent Ezzar, et qui sont connues, veulent faire porter le chapeau de la faillite de leur politique à Omar El Behi, et par delà lui, son patron, Youssef Chahed, qui s'entête à refuser de leur manger dans la main. Ensuite, il faut savoir qu'entre le ministre et le président de l'UTAP, c'est devenu une affaire personnelle. Et elle date depuis l'époque où Omar El Behi faisait partie de l'UTAP, quand il s'est démarqué des lobbies des agriculteurs, en essayant de ménager le consommateur. Il avait, même, poussé l'arrogance jusqu'à demander aux leaders de l'Union de renoncer aux énormes avantages dont ils jouissent comme les voitures et les primes colossales. Le conflit s'est par la suite, aggravé quand Omar El Behi était devenu secrétaire d'Etat à l'agriculture, et quand il a osé le « lèse majesté » de s'opposer aux politiques et à l'appétit gargantuesque des représentants de l'UTAP et des agriculteurs, qui se sont donnés le mot de se faire le maximum de bénéfices, et que le consommateur aille au diable ! Car, Ezzar entendait disposer de l'agriculture, de sa politique, de ses programmes, ainsi que de son ministère, à sa manière, et sans être dérangé dans ses projets.
La relation s'est envenimée, et en est devenue explosive, depuis qu'Omar El Behi a hérité du fauteuil du commerce. Et c'est là que le ministre a commencé à, sérieusement, fâcher le président de l'UTAP, avec ses manies de vouloir, à tout prix, réguler le marché, dans l'intérêt du consommateur, en mettant un terme au monopole des agriculteurs qui faisaient flamber les prix, et en ordonnant l'importation de produits alimentaires, au risque de laisser pourrir les marchandises des agriculteurs qui voulaient spéculer. Et Omar El Behi a commis l'irréparable, quand il s'est attaqué à la filière avicole. Car Ezzar est producteur de poulets, si, toutefois, on peut appeler producteur, quelqu'un qui dispose de quelques bâtiments d'engraissement de poulets. A ce moment là, et fort de son expérience à l'agriculture, Omar El Behi a pressenti l'arnaque que préparaient les producteurs avicoles, en préparant de façon trop serrée leur production, et, même, en trafiquant leurs poules pondeuses, pour doubler leur productivité, une fois les prix envolés. Et quand il a désespéré de faire entendre raison aux agriculteurs, El behi a fait importer des œufs et de la viande blanche, réduisant à néant les rêves de fortune des producteurs locaux.
Voilà, en résumé, les coulisses de la guéguerre entre Ezzar et El Behi, et dont les frais sont payés par le consommateur mais pas seulement, puisque même, les agriculteurs ont été pris en otages par leur union, et y ont laissé des plumes.
N'ayant aucun autre argument à faire prévaloir, Ezzar et ses protégés accusent le ministre du commerce de les empêcher d'exporter leur marchandise, en privant le pays de beaucoup de devises. Ce qui est bien loin de la réalité, puisque le ministère du commerce n'a refusé aucune autorisation d'exportation, et en a, même, facilité l'octroi, puisque çà se conclue au niveau des régions. Mais, sur les autorisations proposées par le ministère, seule la moitié a été exploitée par les producteurs. Les autres préférant détruire leurs marchandises, que de les exporter par la voie légale, et espérer se payer, ainsi, la tête de l'ennemi juré de leur « Big boss » !
Partagez1
Tweetez
+1
Partagez
1 Partages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.