Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Réduction du déficit commercial de 3596,7 MD    Tunisie-ligue 1 (19è J): les matches de ce mercredi    Programme TV du mercredi 12 août    Forum international sur les objectifs de développement durable    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Zone militaire tampon : Saied prolonge la décision de Marzouki    Hichem Mechichi poursuit ses consultations, ce mercredi, avec cinq Blocs parlementaires dont le PDL    Tataouine: Une nouvelle contamination locale au coronavirus    Météo : températures en hausse    Tunisie: Le nombre d'infections au coronavirus atteint 36 à Kairouan dont 33 locales    Tunisie: 20 ha de forêt ravagés par un incendie à Bizerte    Alerte météo : Canicule à partir de ce mercredi !    Reclassification des pays en zone verte ou orange : Les vols charters ne sont pas concernés (Toumi)    Le Drame de Beyrouth aurait ouvert les yeux à d'autres pays pour s'intéresser aux problèmes du stockage du nitrate d'ammonium    Frappes israéliennes sur Gaza    La cimenterie d'Om El Klil, symbole de mauvaise gestion et de corruption, selon Taboubi    Ligue 1 : L'US Monastir reprend sa 2ème place    Ligue 1 : L'US Ben Guerdane bat l'AS Soliman    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    Drame sans précédent pour une ONG française    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Tunisie: Augmentation de 3,8 milliards de dinars du déficit budgétaire de l'Etat au cours du 1er semestre 2020    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Tunisie : Annulation d'une desserte du car-ferry CARTHAGE à destination de Marseille    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Handball | Championnat féminin de beach hand : Menzel Temime haut la main    Programme TV du mardi 11 août    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    L'Evolution du Coronavirus au Maghreb arabe : l'Algérie et le Maroc toujours au coude-à-coude !    Météo : Températures légèrement en hausse    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036
Publié dans Tunisie Numérique le 03 - 07 - 2020

Le président russe, Vladimir Poutine, a remercié, jeudi 2 juillet, ses compatriotes d'avoir validé largement une réforme de la constitution l'autorisant à rester au pouvoir jusqu'en 2036 – un scrutin critiqué en Occident et qualifié de « mensonge » par l'opposition. Dans une allocation télévisée, il a adressé « un grand merci » aux Russes pour leur « soutien et [leur] confiance ». Il a assuré que la réforme offrira une « stabilité intérieure et du temps pour renforcer le pays et toutes ses institutions ».
Plus tôt, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, s'est félicité d'un « référendum triomphal de confiance envers le président Poutine » et d'un « niveau de participation et de soutien extrêmement élevé ».
Selon les résultats finaux, publiés jeudi par la Commission électorale, le vote d'approbation d'un bloc de révisions constitutionnelles s'est conclu par une victoire du « oui » à 77,92 %. L'un des amendements donne à Vladimir Poutine l'option d'effectuer deux mandats supplémentaires à l'issue de l'actuel, en 2024. Il aura ainsi la possibilité de rester au Kremlin jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans.
La révision introduit aussi dans la Constitution des principes conservateurs chers au président – foi en Dieu, mariage réservé aux hétérosexuels, enseignement patriotique –, ainsi que des garanties sociales, comme l'indexation des retraites. M. Poutine fait par ailleurs entrer dans la loi fondamentale le principe de la suprématie de la Constitution sur le droit international.
Autant de mesures destinées selon lui à assurer la souveraineté et les traditions russes. Pour ses détracteurs, il s'agit d'inscrire ses principes politiques dans la loi fondamentale afin de faire perdurer son système. S'il n'y a jamais eu de doutes quant à son issue – la réforme ayant été approuvée par le législateur en début d'année, et le nouveau texte de la Constitution, déjà mis en vente dans des librairies – les critiques du Kremlin ont dénoncé un vote entaché de fraudes.
Le pouvoir a multiplié les ruses, selon bien des observateurs, pour s'assurer un succès retentissant et une participation électorale forte, en proposant, par exemple, une loterie avec des cadeaux pour les participants, des bons d'achat, ou encore en organisant des bureaux de vote en pleine rue, dans lesquels la surveillance des urnes était anecdotique.
L'opposant Alexeï Navalny a qualifié le vote d'« énorme mensonge », appelant ses partisans à se mobiliser pour les prochaines élections régionales, en septembre. Dénonçant une atteinte « sans précédent » à la souveraineté du peuple russe, l'ONG Golos, spécialisée dans l'observation des élections, a reçu plus de 2 100 signalements sur de possibles violations, notamment des cas de fonctionnaires contraints de se rendre aux urnes.
« Pressions »
Face à ces accusations, la porte-parole du département d'Etat américain, Morgan Ortagus, s'est dite « préoccupée », évoquant des informations sur « une coercition d'électeurs, des pressions sur les opposants aux amendements et des restrictions imposées aux observateurs indépendants du vote ».
De son côté, Peter Stano, le porte-parole du chef de la diplomatie de l'Union européenne, a enjoint Moscou à enquêter sur les irrégularités signalées. L'Union européenne déplore l'absence de campagne, « ce qui a privé les électeurs de l'accès à une information équilibrée et à un débat approprié pour apporter des changements aussi importants », a souligné M. Stano.
Le premier ministre indien, Narendra Modi, proche du président russe, a lui « chaleureusement félicité » jeudi Vladimir Poutine. La présidente de la Commission électorale centrale, Ella Pamfilova, a, pour sa part, jugé qu'il « n'y a aucun doute sur le fait que le vote est valide et légitime », selon l'agence russe Ria Novosti.
Le vote, prévu à l'origine pour avril, avait été repoussé à cause de la pandémie de Covid-19. Pour éviter une trop forte affluence dans les bureaux de vote, il s'est déroulé sur une semaine, jusqu'à mercredi. Le district autonome de Nénétsie, dans l'Arctique, est la seule région de Russie où le « non » l'a emporté, avec 55,25 % des voix, selon le décompte officiel. Ce territoire isolé et peu habité, connu pour ses éleveurs de rennes, pourrait être rattaché prochainement à la région d'Arkhangelsk, ce qui a suscité un mouvement d'opposition local.
Source : LeMonde

Partagez4
Tweetez
+1
Partagez
4 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.