Youssef Bouzakher : Seule la Cour de comptes peut annuler des listes électorales    Coronavirus : Nouvelles mesures d'entrée aux USA    AC Milan vs Liverpool en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – IMAGES : Début d'aménagement de la nouvelle décharge de la région de Sfax    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Ricardo Mourinho Felix, Vice-Président de la BEI, en visite officielle en Tunisie du 8 au 10 décembre    France : Zemmour gâche la fête de Macron, couvert de gloire et d'euros    Vague de froid: Un élan solidaire au profit des élèves de Rmila Oued Ghrib – Fernana    Réunion entre Hamma Hammami et Noureddine Taboubi, les détails    UCL : Atletico, AC Milan ou FC Porto … qui va passer ce mardi ?    Champions League : Les compos probables des matches de mardi    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    NGSIGN et Kaoun vont offrir de solutions d'eKYC complètes et 100% tunisiennes    Testez "Distances", une œuvre interactive de rapprochement virtuel à l'IFT    Journées de l'Aéronautique, Les Ailes de la cité 21 : les 22 et 23 décembre à la CST    Nabil Hajji à Kaïs Saïed : Si les lois étaient illégitimes et illégales, pourquoi les avoir promulguées ?    Yassine Ayari : Je soutiens Fadhel Abdelkefi devant les enfantillages de "Charchabil" !    Espérance de Tunis : Heni Amamou nouveau défenseur "rouge et jaune"    Voitures électriques: 500.000 emplois menacés en Europe    Smart Capital se mobilise pour les startups de la MedTech    Nouvelles recommandations de l'OMS    Les Emirats arabes se payent le luxe de la semaine de travail la plus courte au monde    Une voiture de 10 ans se vend plus cher que son prix d'achat neuf !    Prix Abdelwaheb Ben Ayed de littérature 2021 de la Fondation FABA: Les lauréats    La Tunisie affronte Le Sultanat d'Oman en quarts de finale de la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie : Mehdi Brigui n'est plus    Tunisie post 25 juillet-Fadhel Abdelkefi: Je suis déçu    FARK: Brahim KCHOUK    NEWS: Khazri a juste fait illusion...    15e semi-marathon international de Hammamet, le 26 décembre 2021: Un événement grandiose...    Coupe arabe de la FIFA 2021 — Tunisie-Emirats Arabes Unis (1-0): On a assuré l'essentiel...    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    Tunisie : Un professeur harcèle sexuellement ses élèves    Imposition fiscale à deux vitesses pour les restaurants touristiques: Des « fourchettes » qui ne sont pas du goût des restaurateurs    Tunisie-scandaleux : I WATCH accuse Ennahdha avec les preuves    Projet 'Stratégie Bargou 2020'    Le gouverneur de la Banque centrale reçu au Palais de Carthage    «Une Bavure au coin de la bouche» de Nebil Daghsen aux JTC 2021: Comme un poème...    Journées théâtrales de Carthage l Rencontre avec Michel Courtemanche à Ennajma Ezzahra: «Il faut toujours continuer de rire, mais avec beaucoup de recul»    Pièce théâtrale du Koweïtien Suleiman Al-Bassam, le 9 décembre à la salle du Quatrième Art: «I-Media» en première mondiale    Météo | Températures relativement en hausse    2 décès et 55 nouveaux cas en Tunisie    Nsibi et Samri discutent de la coopération entre la Tunisie et l'OIM    Clôture de la 2e édition du festival " Vues sur les Arts "    Tunisie-coronavirus : Réception d'un don des USA de 301 860 doses    Dhafer El Abidine, Lotfi Achour, Anis Lassoued & Afef Ben Mahmoud primés au festival du Caire    Mort suspecte d'un Tunisien en Italie    Banni de Twitter, YouTube, Facebook, Trump lance son propre réseau social    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Démission du gouvernement allié à Haftar dans l'Est de la Libye
Publié dans Tunisie Numérique le 14 - 09 - 2020

Le gouvernement intérimaire libyen, installé dans l'Est de la Libye et allié au maréchal Khalifa Haftar, a présenté ce dimanche sa démission au président du Parlement, sur fond de manifestations pour dénoncer les mauvaises conditions de la vie, l'absence des prestations de services et la corruption.
Non reconnu par la communauté internationale, il semble que cette démission intervient pour apaiser les tensions après la violente répression des manifestations qui ont fait samedi un mort et trois blessés ainsi que plusieurs arrestations suite aux tentatives de faire irruption dans un poste de police de la ville d'al-Marj dans l'Est.
Ces manifestations ont été précédées par d'autres dans l'Ouest du pays qui ont été également violemment réprimées alors que des jeunes ont dénoncé les coupures d'électricité et la corruption des responsables politiques ainsi que les détournement des fonds publics.
La Libye possède deux gouvernement concurrents, l'un, basé à Tripoli est reconnu par la communauté internationale et l'autre, installé dans l'Est, est nommé par le Parlement.
Cette division a approfondi la crise politique et sécuritaire qui s'est accrue avec l'attaque par Haftar de Tripoli avant d'être chassé au bout de 14 mois par une offensive militaire particulièrement meurtrière lui ayant valu d'être expulsé de la région Ouest frontalière avec la Tunisie.
Actuellement, le front de combat se trouve à Syrte et al-Joufra au centre du pays occupés par les forces de Haftar mais que l'armée fidèle au Premier ministre, Fayez al-Sarraj tente de reprendre avec l'aide de la Turquie, ayant déjà permis de le battre à Tripoli.
La proclamation le 21 août d'un cessez-le-feu par Fayez al-Sarraj et le président du Parlement, Aguila Saleh, représentants les deux autorités rivales dans le pays, a permis de relancer le processus politique dans l'impasse depuis plusieurs mois.
Des réunions entre parlementaires s'est tenue à Bouznika au Maroc ainsi que des personnalités politiques libyennes à Montreux en Suisse sous l'égide de l'ONU ayant permis d'insuffler l'espoir d'une relance des pourparlers politique.
A Bouznika au Maroc, les parlementaires ont convenu sur la répartition des postes souverains entre trois régions de la Libye et ont décidé de se revoir lors de la dernière semaine de septembre courant pour poursuivre les discussions.
A Montreux, les recommandations ont fixé une période de transition de 18 mois au terme desquels des élections générales seront organisées, soit à l'horizon de mars 2021 sur une base constitutionnelle que conviendront les Libyens.
Mais ces espoirs restent toujours tributaires des interventions des pays étrangers, avec la Turquie et le Qatar qui soutiennent le gouvernement d'union nationale à Tripoli et les Emirats arabes unis, l'Egypte, l'Arabie saoudite et la Russie qui appuient le camp de Haftar.
Les ingérences des pays étrangers sont tellement profondes que les Libyens eux-mêmes ne détiennent plus l'initiative dans leur pays.
La poursuite de la fermeture des ports et champs pétroliers par Haftar accentue les problèmes économique de la Libye dont la principale source de revenu est le pétrole tout comme elle dévoile l'enjeu des ingérences étrangères dans le pays.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.