Mustapha Mezghani - L'Industrie 4.0: une vraie menace pour l'économie Tunisienne    Abassi : la relation du Tunisien avec la banque reste très limitée    Parité hommes-femmes en Tunisie : Au-dessous de la moyenne mondiale    CONDOLEANCES: Emna TRABELSI    REMERCIEMENTS ET FARK: Mongia MOALLA veuve Hédi TARIFA    La STEG réalise un excédent d'électricité    Taux d'intérêt directeur : L'investissement des projets productifs en priorité    Attaque signalée dans le port de Tripoli    Tunisie-Ligue 1: programme de la 16ème journée    Centre d'écoute : Un abri pour les femmes victimes de violence    Après une mise en quarantaine au cours de laquelle ils ont été placés sous contrôle médical : Les Tunisiens rapatriés de Wuhan rentrent enfin chez eux    Bras de fer politico-constitutionnel : Kais Saïed se réunit avec Rached Ghannouchi et Youssef Chahed    Retour sur la célébration du 31ème anniversaire de l'Union du Maghreb Arabe    Meubles Mezghani dévoile ses nouveautés pour 2020    Le couvert végétal n'a pas connu, au 15 janvier 2020, une dégradation malgré le déficit pluviométrique    Après 2 semaines de quarantaine, les internautes rendent hommage à l'héroïsme de Dr. Abdelmoumen    Tentative collective de suicide aux portes de l'ARP    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    CHAN 2020 : le Cameroun, pays-hôte, versé avec le Mali, le tenant marocain affrontera le Togo    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    6e édition du Sicca jazz : Vibrez sur les fusions !    Karaté | En prévision des J.O de TOKYO : Quatuor au tournoi d'Autriche    Handball | Retour sur le derby : Une question de moyens        Amir Ben Yahmed: Pour un capitalisme africain au profit de tous    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Ennahdha renonce au ministère des Technologies, selon Krichi    Programme TV du mardi 18 février    Des missionnaires chrétiens arrêtés à Sousse    Kamel Jendoubi, Khadija Cherif, Lilia Rebaï et Ramy Salhi au Danemark et en Suède, après Bruxelle, pour un nouveau partenariat tuniso-européen    Mohamed Salah Ben Ammar: Le dernier recours!    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Retour au centre-ville    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    La Basketball Africa League annonce les 12 équipes qui s'affronteront lors de la Saison Inaugurale, dont l'US Monastir    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles perspectives de paix en Libye après le retour du Parlement à la table du dialogue
Publié dans Tunisie Numérique le 07 - 04 - 2017

La décision du Parlement libyen installé à Tobrouk de revenir à la table de dialogue politique inter-libyen destiné à trouver une issue à la crise qui secoue ce pays, représente une nouvelle perspective de sortir de l'impasse.
La Tunisie qui a proposé une initiative de médiation en collaboration avec l'Algérie et l'Egypte doit se saisir de ce nouveau développer pour la relacer d'autant plus qu'elle n'a pas évolué depuis sa présentation.
On rappelle que dans le sillage de l'attaque menée mi-mars dernier par des groupes armés extrémistes islamistes contre la région du Croissant pétrolier abritant les plus importants gisements et ports pétroliers du pays, le Parlement libyen a décidé en guise de protestation de suspendre sa participation au dialogue politique parrainé par les Nations unies.
Ces installations pétrolières sont contrôlées par l'armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Khalifa Haftar qui est allié au Parlement.
Toutefois, ce retour du Parlement à la table des négociations est assorti des conditions ayant trait à certains amendements relatifs d'abord à la composition du Conseil présidentiel du gouvernement d'Entente nationale qui doit être formé d'un président et de deux vice-président au lieu de six actuellement.
Ensuite, autre condition posée par le Parlement, l'amendement de l'Accord politique en supprimant le controversé article 8 qui décide que tous les postes de responsabilités sont considérés comme vacant et c'est au Conseil présidentiel de décider des nouvelles nominations.
Le Parlement exige aussi que les rencontres du dialogue politique se tiennent sur le territoire libyen.
Preuve d'une embellie dans le processus politique libyen, le chef de la Mission des Nations unies en Libye, Martin Kobler a repris son bâton de pèlerin en prêchant la paix.
Il s'est réuni à Tripoli, jeudi avec le président du Conseil suprême de l'Etat et plusieurs députés partisan de l'Accord politique signé en décembre 2015 à Skhirat au Maroc, pour relancer le processus politique libyen dans l'impasse depuis plus mois.
Auparavant, le responsable onusien s'est rendu à Tobrouk siège du Parlement où il s'est entretenu avec le président du Parlement, Aguila Saleh, sur les solutions à trouver à la crise.
Ainsi, cette annonce de retour au dialogue politique a permis décrisper l'atmosphère en Libye marquée par les affrontements armés et une escalade dans les déclarations des protagonistes ce qui entraîne l'impasse.
Opportunité de relance pour l'initiative tunisienne
La reprise de l'option du dialogue politique en Libye, représente une opportunité pour la mise en œuvre de l'initiative de médiation de la Tunisie dans la crise libyenne.
Parrainée par l'Algérie et l'Egypte, l'initiative de paix du président Béji Caïd Essebsi consiste à réunir tous les protagonistes libyens pour les inciter à trouver une solution politique négociée libyo-libyenne.
Depuis son lancement en mars dernier à Tunis, l'initiative de médiation tunisienne en Libye fait du surplace et n'a pas réussi à réaliser des progrès ni même à réunir les parties libyennes.
Invité officiellement en Tunisie par les autorités, le maréchal Khalifa Haftar, un personnage clef sur la scène politique et sécuritaire en Libye, n'a pas encore répondu à l'invitation.
Le maréchal Haftar l'homme fort de l'Est de la Libye qui détient les clefs de la solution a reçu à Benghazi le président du Mouvement Machrou Tounes, Mohsen Marzouk, dans une rencontre considéré par certains analystes comme une tentative de la part du Marzouk de torpiller l'initiative du président Béji Caïd Essbsi.
Ce n'est pas l'unique tentative de faire échouer l'initiative de paix de la Tunisie.
En effet, l'Egypte bien qu'ayant adhéré à la médiation de la Tunisie avait à la veille de la rencontre tenté de réunir le président du Parlement libyen Aguila Saleh, le maréchal Khalifa Haftar et le président du Conseil présidentiel, Fayez Al-Sarraj mais ont fait capoter cette réunion pour éloigner les positions entre ces protagonistes.
Il est de notoriété publique que Khalifa Haftar est l'homme de l'Egypte qui partage de nombreux intérêts communs notamment la lutte contre les groupes islamistes actifs dans la région Est frontalière avec l'Egypte.
Malgré le double jeu auquel se livre l'Egypte, l'initiative tunisienne a de forte de chance d'aboutir si le gouvernement en particulier la diplomatie s'investit activement dans le rapprochement des protagonistes libyens.
Le retour du Parlement qui représente le camp de l'Est libyen, à la table de négociations doit être exploité par la Tunisie pour donner un coup de pouce à l'initiative.
Tous les efforts doivent être déployés pour faire venir Khalifa Haftar en Tunisie et réunir les protagonistes libyens car une solution politique en Libye est garant de la stabilité de ce pays ce qui est dans l'intérêt de la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.