Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – Décès du médecin Badreddinne Aloui : La responsabilité de qui ?
Publié dans Tunisie Numérique le 04 - 12 - 2020

Le jeune médecin, résident en chirurgie, Badreddine Aloui est décédé, hier à la fleur de l'âge, dans la chute toute bête, d'un ascenseur de service à l'hôpital de Jendouba, où il se trouvait pour assurer la permanence.
Le jeune homme est décédé en martyr du devoir. Celui de porter assistance aux personnes en péril. Alors que lui, il n'a pas eu droit à cette assistance, ne serait-ce que de la part de l'Etat qu'il était en train de servir. Après, on se demande pourquoi nos médecins préfèrent aller exercer en Europe ?
Badreddine Aloui est mort et le plus douloureux dans l'histoire, c'est que personne des responsables de ce drame n'a eu d'états d'âme, ou ne s'est senti gêné par la terrible catastrophe.
Ils ont évoqué des accumulations d'insuffisances sur une trentaine d'années, alors que tout le monde sait que, jamais avant 2011, il n'y a eu autant de « bêtises », dans tous les domaines. Le premier responsable de ce drame, en l'occurrence le ministre de la Santé, a fait semblant de ne pas être au courant, alors qu'il connaissait très bien la situation de l'hôpital de Jendouba et de ses ascenseurs, plus particulièrement.
Le ministre de la Santé n'a même pas hésité à se moquer de la mémoire du défunt et de l'intelligence des gens, en promettant le dédoublement du budget de maintenance alloué à cet hôpital. Est-ce ainsi que se gèrent les affaires de l'Etat ? Est-ce qu'on se permet de disposer des deniers de l'Etat et de son budget de cette manière, pour essayer de se disculper d'un crime aussi odieux ? Pourquoi dédoubler le budget ? Et pourquoi maintenant ? Est-ce qu'il reconnait que le budget était insuffisant ? Où est-il allé piocher la rallonge budgétaire qu'il a consentie ? Autant de questions qui resteront sans réponses, tellement leurs réponses sont évidentes.
Les responsables vont essayer de désigner un bouc émissaire pour lui faire endosser la responsabilité de leur incompétence et leur laisser-aller. Ils ont déjà, trouvé le coupable parfait, à leurs yeux, en la personne de l'agent responsable de la maintenance à l'hôpital.
Pourtant, tout le monde sait que le premier, voire le seul, responsable de ce drame est le ministre de la Santé en personne. Car il faut savoir que ce qui s'est passé à Jendouba, pourrait se répéter n'importe quand n'importe où, dans un établissement de santé. Car le ministère ne paye pas ses prestataires, ni les sociétés de maintenance des équipements qu'ils soient médicaux ou autres. C'est, d'ailleurs, pour cette raison, que la majorité des équipements, dans les hôpitaux, sont perpétuellement en panne.
Les sociétés de maintenance et même les fournisseurs de matériel refusent désormais de conclure des affaires avec le ministère de la Santé, qui s'est révélé un très mauvais payeur. Ce qui fait qu'en plus du matériel défectueux ou en panne, on remarque que la plupart des chantiers dans les hôpitaux sont à l'arrêt, pour manque de payement des entrepreneurs.
Donc, arrêtons de nous lamenter sur notre sort, ou de chercher les boucs émissaires. Les vrais responsables sont là et il est plus que temps de leur demander des comptes, puisqu'ils ne semblent pas vouloir avoir la décence de reconnaitre leur incompétence et de demander de revenir d'où on les a déterrés !
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.