UE : La Tunisie retirée de la liste des juridictions fiscales non coopératives    Un jour de congé à l'occasion du Mouled    Jasmin Open Tunisie : Où et quand suivre Ons Jabeur – Liu ce vendredi 6 octobre ?    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA rejoint l'Espérance en demi-finale    Report du verdict sur l'annulation du congrès extraordinaire de l'UGTT    La Turquie désigne son nouvel ambassadeur à Tel Aviv    L'inflation en Europe menace-t-elle la Tunisie ?    Retour sur le 5ème Forum de l'Officine: UIB partenaire privilégié du syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie    Thaïlande : Un individu tue une trentaine de personnes dont des enfants, ainsi que sa famille puis se suicide    D'anciens de Nidaa surfent sur les nouvelles approches    Edition spéciale célébrant l'héritage des victoires au Mans, la Ford GT LM    Des Arabes violemment attaqués alors qu'ils conduisaient durant Yom Kippour en Israël    Tunisie: Le parti national tunisien annonce sa participation aux prochaines législatives    Tunisie – Emploi : L'ATTT recrute plusieurs profils    Tunisie : Mourakiboun remet en question le décret-loi électoral n'o 55    Ali Hafsi : Hichem Mechichi a exprimé des remords    Tunisie : Des élèves empoisonnés à...    Perturbation du trafic des trains de phosphate à Sfax, Gabès et Gafsa    Tunisie: Les réserves des barrages n'ont pas dépassé 32% de leur capacité    Classement FIFA : La Tunisie 30e, l'Algérie double le Cameroun avant le Mondial    Coupes africaines : Le programme des clubs tunisiens    Ooredoo Tunisie et Betacube s'associent au service des startups tunisiennes    Slaheddine Dchicha: Un spectre hante l'Europe...    Législatives 2022 : Ouverture des demandes d'accréditation pour les observateurs et journalistes    La France se mobilise en faveur du développement municipal en Tunisie    L'OIPEM lance une pétition électronique pour la révision du temps scolaire    Fête du Mouled: Ce dimanche, accès gratuit aux musées et monuments historiques    Annie Ernaux a décroché le prix Nobel de littérature    Le film Tunisien 'Saffeh Nabeul' en compétition officielle du Festival Maghrébin du Film Oujda    Monastir : Hausse des arrivées touristiques    Kais Saied appelle Abdel Fattah Essisi    La Tunisie certifiée par l'OMS exempte de la poliomyélite    Tunisie- Législatives : '' Achats'' de parrainages : Arrestation de ''futurs candidats ''    Ben Salmane fait un cadeau royal à Poutine, un échec cuisant pour l'UE et les USA    ISIE-Elections législatives: Date de dépôt des candidatures    JCC 2022 : Hommage au maitre du cinéma italien Federico Fellini    Tennis-WTA Monastir: Résultats des rencontres disputées mercredi 05 octobre 2022    Pourquoi | L'Octobre rose    37e édition du festival international du film francophone de Namur : L'épanouissement par l'art    Programme TV du jeudi 06 octobre    EST | Départ ce soir pour le Nigeria : Bien dans leur élément !    Situation sportive générale et structures sportives : « Corruption, injustice, régionalisme et manipulation des résultats »    Aujourd'hui et demain à la Cité de la culture Chedly Klibi à Tunis : Patrimoine, livre et enfant    Météo en Tunisie : Averses isolées attendues sur les régions ouest l'après-midi    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie – Le pourquoi de la pénurie de carburants
Publié dans Tunisie Numérique le 03 - 07 - 2022

Le pays connait, incontestablement, un problème de disponibilité de carburants, notamment et plus spécialement de l'essence sans plomb. Il y a eu un mouvement de panique au début, quand cette histoire a été fuitée. Mais, par la suite, les choses se sont tassées, moyennant un effort assez particulier, voire kamikaze, de la part de l'Etat. Kamikaze, dans la mesure où il a sérieusement entamé ses stocks stratégiques qui ont fondu d'un stock de 3 mois à deux semaines. Et encore. Il faudrait savoir que les besoins en carburant du pays sont calculés, par les experts hyper-compétents du gouvernement, sur la base de ceux de l'année dernière. Année très particulière du fait de la pandémie du covid qui a paralysé tous les déplacements, ce qui s'est traduit par une diminution drastique de la consommation des carburants. Sauf pour le gasoil, puisque les véhicules utilitaires ont, tout de même continué à fonctionner malgré la pandémie. Cette base de calcul fait que les stocks calculés pour deux semaines suffisent à peine, à couvrir huit jours.
Et cette crise est, bien évidemment en rapport direct avec le manque de finances dont se plaint le pays. Ce qui en a fait un pays qui n'est plus solvable pour les fournisseurs du monde entier, qui, depuis la dernière dévaluation de sa note souveraine du pays, refusent de livrer quoi que ce soit à la Tunisie, à moins d'être payés à l'avance. Et ceci est, est, bien sûr, valable pour les fournisseurs de la STIR. Ce qui a poussé cette entreprise à contracter un crédit auprès des banques publiques, pour pouvoir passer sa dernière commande. La STIR est, donc, obligée de demander des crédits, alors même, que l'Etat tunisien lui doit une somme de plus de 6 milliards de DT d'impayés.
Du coup, la crise des carburants est bel et bien là, et s'il n'y a pas, à proprement parler de pénurie, il n'en demeure pas moins que la situation est critique et limite.
Et pour revenir à l'origine du problème, on ne répétera jamais assez que la responsabilité en incombe au gouvernement qui n'a pas réussi, durant tous les derniers mois à remettre en branle la création des richesses, et a laissé tomber les petites et moyennes entreprises, seules habilitées à le faire, dans les conditions actuelles. Et, maintenant que la plupart des PME ont mis la clé sous la porte, l'Etat ne dispose plus d'aucun moyen de créer les richesses. Et il se contente d'emprunter à droite et à gauche, quand il ne se rabat pas sur le contribuable, pour lui arracher les quelques sous avec les quels il essaie de gérer sa misère !
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.