'' Mechichi n'est qu'un résident à la Kasbah'' selon Zied Ghanney    Qui sont les députés Nahdhaouis qui ne participeront pas à la marche de samedi?    Neji Jalloul : Rached Ghannouchi a demandé l'aide des américains pour vaincre Abir Moussi    ''la tunisie n'est pas loin du risque de la faillite'' selon slim besbes    Aram Belhadj : Il faut décréter l'état d'alerte économique    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    La circulation des métros 3, 4 et 5 effectuée sur une seule voie du 26 février au 7 mars    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    Plaidoyer pour une action arabe commune face à la Covid-19    Partenariat tripartite pour la diffusion de la culture scientifique auprès des jeunes    Ligue 2 (5e journée) : Désignation des arbitres    CONDOLEANCES    USM: Y mettre les ingrédients    ST: Zoghlami-Mejri, tandem d'attaque    ESS — Il cumule les victoires depuis qu'il est à la tête de l'équipe: Dridi, Monsieur sans-faute !    Manchester United vs Real Sociedad: Où regarder le match de l'Europa League    Un nouveau programme d'accompagnement de jeunes voit le jour en Tunisie    Célébration de la Journée Internationale des maladies rares à la CST    Les barrières à la compétence !    L'exercice militaire multinational 'African Lion' aura lieu en Tunisie    Mise à jour de l'interface utilisateur Samsung One UI 3.1 : les fonctions puissantes du Galaxy S21 sont désormais disponibles sur les Galaxy S20, Galaxy Note20 et la série Galaxy Z    Les familles des martyrs en sit-in    500 mille litres de lait déversés dans les rues en 3 jours    Ligue des champions (8e de finale aller) : les résultats complets    Projet MOODHA OKHRA, initiateur de la mode éco-responsable en Tunisie: L'éco-mode engagée    MOODY'S ABAISSE LA NOTE DE LA TUNISIE    Grève, tension et crise sociale à Tataouine: El-Kamour ou le mauvais exemple de gestion des crises !    La stratégie nationale de vaccination a pris du retard: «Winnou el vaccin ?»    Hommage: Gilbert Naccache, ce libre-penseur    Hennessy devient le premier partenaire de spiritieux mondial de la NBA    CAN-2021 (U17) : le tirage au sort    Covid-19 – Tourisme : les professionnels recommandent le démarrage immédiat de la vaccination    Vers une numérisation du secteur de l'énergie: Huawei lance Smart Modular Data Center 5.0    Météo | Brume matinale et légère hausse des températures    5G : Ooredoo signe un accord de partenariat avec le CERT    Les Italiens dénoncent l'arrivée des femmes enceintes à Lampedusa, nouvelle arme des migrants    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Semaine agitée autour de l'islam en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque national sur "l'information publique: Réalités et possibilités de réforme"
Publié dans TAP le 20 - 02 - 2012

TUNIS (TAP) - "L'information publique : Réalités et possibilités de réforme" est le thème du colloque national qui a démarré, lundi à Tunis, en présence de plusieurs journalistes et professionnels tunisiens et étrangers, outre des responsables d'entreprises publiques de presse.
Ce colloque organisé par l'Institut arabe des droits de l'homme et l'Instance nationale pour la réforme de l'Information et de la communication (INRIC) en vue de mieux cerner la notion de l'information publique et de lui conférer un nouveau cadre juridique et institutionnel, outre la présentation de propositions à même de contribuer à l'émergence d'un secteur audiovisuel libre, indépendant, pluraliste et respectant les normes professionnelles.
Lors de la séance d'ouverture, présidée par la journaliste Kalthoum Saâfi, le ministre des droits de l'homme et de la justice transistionnelle Samir Dilou a mis l'accent sur la nécessité de mettre au point une nouvelle conception de l'information publique en Tunisie, en définissant ses normes, ses sources de financement et "les limites à sa liberté", et ce, d'une manière consensuelle entre le gouvernement, les gens du métier et les composantes de la société civile, compte tenu du fait que la pratique démocratique est récente dans notre pays.
S'agissant de la réforme de l'information et de la communication, le membre du gouvernement provisoire a indiqué que cette démarche doit s'effectuer dans un cadre participatif et "non conflictuel" car la chose médiatique revêt un caractère national, impliquant les journalistes, le citoyen et le pouvoir.
M. Dilou a recommandé de tenir un débat national global, avec la participation des professionnels du secteur audiovisuel et des représentants de la société civile et du gouvernement, pour se mettre d'accord sur les points devant permettre de hisser le service de l'information publique au niveau d'une institution qui consacre une presse libre et crédible, au service du citoyen tunisien.
De son côté, le journaliste Néji Bghouri, membre de l'INRIC et ancien président du syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), a souligné que le concept de "service public" demeure flou pour le journaliste, le citoyen et le gouvernement, prônant de suivre l'exemple d'un certain nombre d'expériences démocratiques dans ce domaine.
Il a expliqué que l'indépendance du service public nécessite le respect des normes internationales dont l'indépendance de la ligne éditoriale et le refus des interventions politiques ou commerciales qui peuvent nuire à la neutralité de l'entreprise de presse, outre un climat politique favorisant la promotion du service public.
L'intervention de Mme Atidel Mejbri du Centre de la femme arabe (Cawtar) a été axée sur la nécessité de mettre au point un code déontologique, définissant le concept de l'information publique et expliquant les rapports entre l'information publique, le gouvernement et la partie syndicale.
Elle a également évoqué "les points positifs" de la presse après la révolution dont la réconciliation du citoyen avec les chaînes publiques.
Au terme de la séance du matin, le journaliste Khemais Arfaoui a mis en exergue les mutations positives enregistrées par le secteur de l'information après la révolution malgré les divergences politiques, faisant remarquer que la mise en place d'une presse publique libre et crédible relève de la responsabilité de toutes les parties.
L'ordre du jour du colloque qui se poursuit durant deux jours comporte plusieurs axes dont "les problématiques de l'indépendance de l'information publique" et "le rôle des structures professionnelles dans la neutralité du journaliste et l'indépendance du secteur".
Un intérêt particulier sera accordé aux expériences étrangères dans ce domaine, notamment les expériences tchèque, sud-africaine, polonaise et allemande lors de la clôture du colloque mardi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.