L'Union Européenne accorde une aide de 250 millions d'Euros à la Tunisie pour aider à la lutte contre le coronavirus    Suspension de l'émission « Lkolna Tounes » pendant trois mois    Spéculation : Quand « le crime de guerre » reste impuni.    30 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    CORONAVIRUS NEWS : Le nombre de cas confirmés grimpe à 257 cas en Tunisie    La BAD place un emprunt obligataire social de 3 Milliards de Dollars    Coronavirus : La présidence de la République appelle à soutenir les Palestiniens    Coronavirus | Le Kef : 3 agents de santé contaminés    En vidéo : Découvrez les coulisses de Désinfection des magasins Monoprix    Pas de cas de contamination au coronavirus dans les centres des femmes victimes de violence, de la protection de l'enfance et des personnes âgées    Coronavirus : bientôt une liste complémentaire des détenus à gracier    Earth Hour : éteignez vos lumières... et vos écrans    Coronavirus : l'Espagne bat un triste record mondial    Monopole au temps du Corona : 30 tonnes de semoule découvertes et saisies    Coronavirus | Mahdia : Deux membres d'une même famille contaminés    Coronavirus : "Je manquais d'air", raconte Dybala    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Coronavirus : Quelle date pour les demi-finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 mars à 11H00    Coronavirus – Tunisie : Bassirou Compaoré parle de la situation des joueurs étrangers pendant le confinement    La Tunisie réceptionne ce samedi une importante aide médicale de la part de l'Union africaine – L'aide est financée par une entreprise chinoise privée.    Covid-19 : L'homme le plus riche au monde fait un appel aux dons en faveur de ses employés    Le Président Kais Saïed entre en contact avec ses homologues du Koweït, de l'Egypte, de la Palestine et du Niger    Coronavirus : Mikel Arteta « complètement guéri »    Décès de l'ancien militant et maire de Sfax, Ahmed Zghal    Télétravail à l'ARP : projet de loi sur la délégation de pouvoir au chef du gouvernement examiné    Météo: Prévisions pour samedi 28 mars 2020    Covid-19: Salvini menace de quitter l'UE    Le torchon brûle toujours !    Gantz ouvre la voie au maintien de Netanyahu    Orange Tunisie lance l'option Bon Plan 25 Go à 10 DT    Hamed Karoui disparait à l'âge de 93 ans    Vous êtes trop petits !    La Tunisie entre l'enclume de la pandémie et le marteau de la finance publique    Billet de banque de 10 DT en hommage aux personnels soignants    La FTF va, incessamment, verser les émoluments des arbitres    La récupération après la levée du couvre-feu et du confinement    Al Ahly saisit la FIFA, mais, au juste, à qui la faute ?    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Coronavirus : 144 nouveaux décès en Iran, bilan total de 2.378 morts    Un navire US dans le détroit de Taiwan    La France retire ses troupes d'Irak    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Découvrez le dernier court-matrage de Tarek Sardi : À tribord, je vomis. – To starboard, I vomit. – يمين البكوش    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dépôt de Borj Chakir : la catastrophe environnementale que l'Etat veut étendre
Publié dans Tuniscope le 19 - 02 - 2020

Le ministre de l'Environnement, Mokhtar Hammami, avait promis, en novembre 2019, la fermeture, dans deux ans, de la décharge de Borj Chakir, la plus grande de toute la Tunisie (124 hectares), précisant que le dépotoir étant arrivé à saturation depuis plusieurs années, le gouvernement va s'orienter vers la valorisation des déchets.
Presque 4 mois après, le ministère de l'Environnement, au lieu de baliser le terrain à cette alternative de valorisation, est en train de solliciter l'autorisation de la municipalité de Sidi Hassine (Grand Tunis), où se trouve l'ancienne décharge, pour une extension du site sur 40 hectares supplémentaires, apprend l'agence TAP, de Youssef Ayari, membre du conseil municipal de la Commune de Sidi Hassine et l'un des initiateurs d'une campagne baptisée "Sakkar El Msab" ou "Fermez la décharge".
Une réunion s'est tenue, le samedi 15 février courant, entre le ministre de l'Environnement, les maires des municipalités du Grand Tunis et des députés de l'ARP. Son objectif est de discuter de cette alternative d'extension de l'ancienne décharge, située à 8 km de Tunis, déjà décriée par la société civile, pour ses risques de contamination des sols et ses impacts sur l'environnement et la santé humaine.
"C'est une bombre à retardement. Les habitants riverains à Sidi Hassine, environ 200 000 personnes, ne veulent plus être la décharge de 38 municipalités", lance furieux, Youssef Ayari.
"Les autorités ont fait le contraire de ce que nous attendons! Pourquoi recourir encore, à l'enfouissement et non à d'autres alternatives écologiques comme la réduction des déchets à la source, le recyclage et le compostage?", s'interroge Ayari, affirmant être choqué par la démarche du département de l'Environnement.
Ces alternatives peuvent surtout, avec l'octroi de prêts à faibles taux d'intérêt aux nouvelles industries de recyclage, créer des marchés pour les matières recyclables et développer de nouvelles technologies de traitement des déchets.
Et d'enchaîner "nous voulons savoir, ce qu'ont fait les autorités pour réhabiliter le site de Borj Chakir, exploité sans conformité aux normes environnementales et sanitaires? Est ce qu'elles ont déjà mobilisé des fonds, dans le cadre du budget de l'Etat, dans cet objectif?
Des activistes de la société civile et des membres du conseil muncipal de Sidi Hassine, ont lancé la campagne "Sakkar El Msab" (fermez la décharge), qui dénonce l'incapacité des autorités à détourner les déchets de cette décharge déjà surexploitée et source de dégradation des zones limitrophes, dans la Banlieue Sud de Tunis
"Ce sont 38 municipalités qui se débarrassent de leurs ordures, à Sidi Hassine. Nous ne voulons plus de cela. Que chaque municipalité se charge du traitement de ses propres déchets!", s'insurge l'activiste.
D'après ses dires, depuis le 30 juin 2019, date de la résiliation du contrat de l'exploitant Ségor (Société d'Exploitation et de Gestion des Ouvrages et Réseaux), la décharge ne traite plus les lixiviats (liquide souvent toxique, généré par l'humidité apportée par les déchets). Ces lixiviats étaient traités auparavant par des stations mobiles au sein du site.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.