Najla Bouden préside un conseil ministériel sur l'ensemble des projets en cours    Noureddine Taboubi : la troisième voie s'avère être la bonne    Tunisie-UGTT: La prise de position du dialogue national, au cœur d'une réunion du Conseil sectoriel    Membre de l'UTAP : « La réunion présidé par Abdelmajid Ezzar est illégale »    Libre accès des femmes aux soins d'obstétrique et d'accouchement: l'appel de la société civile à l'abrogation de la circulaire de 2000    Ligue 2 (Super play-off) : Le Stade tunisien champion    Tunisie : Le Front du salut dénonce "l'autorité de Saied et sa prise de décisions unilatérales"    Pourquoi | Anticiper…    Zarzis | Préparation de la saison touristique : Beaucoup de choses restent à faire    Ben Arous : La récolte céréalière estimée à 174 quintaux    Programme de formation « Takween » jusqu'à 2026 : Tous les diplômés sont concernés    Partis politiques : Entre relooking, alliances éphémères et repositionnements    Sonede | Perturbation récurrente de la distribution de l'eau : L'eau au bout de la souffrance    USA-Maison Blanche : Candidats aux postes clés au sein de l'administration Biden    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Othman Jerandi s'entretient avec Farouk Bouasker    Tataouine-sécheresse : Ça craint pour la récolte    Tunisie: Les barrages remplis à 50,6 %    Monde-Variole du singe : L'OMS prévient du pire    Sfax étouffe !    Ligue 1 | play-off – 6e journée – USM : Sur sa lancée !    Finales Conférence Ouest NBA : Les Warriors font le break devant les Mavericks    Basket Pro A : Programme de la 9e journée play-out    Ligue 1 : L'ASSE et Khazri pour la dernière chance du maintien à Nantes    La Russie punit la Finlande et coupe le gaz après l'électricité    Foot-Europe: le programme du jour    L'armoire à Trophées d'un expatrié : Laidouni rafle trois titres en deux saisons    Une espérance ragaillardie… : Au-delà de la victoire !    Météo : temps estival    Offcieil : Joey R. Hood, nouvel ambassadeur US en Tunisie    Sousse : Le nombre des arrivées et nuitées touristiques en hausse depuis le début de l'année    En marge du colloque de l'Association des Créatrices Arabes « El marâ wa loôbatou el harf fi chîr nizar kabbani », étude de Rafika Bhouri : La quête de la fine poussière d'or    Abassi: La vraie catastrophe, c'est une inflation à deux chiffres    Parution du livre "Journal d'un Jeune Ambassadeur" de l'écrivain prodige Amir Fehri    Kef : Projet de création d'un Géoparc mondial de l'UNESCO    Gafsa: Découverte d'un corps en décomposition    5 symptômes de la Variole du singe    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Exposition "Prestige" de Dora Dalila Che du 20 mai au 17 juillet à la station d'art B7L9    Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    Dialogues éphémères | Quand science rime avec revanche...    5e édition de l'Envirofest, à la Cité de la culture Chedli-Kélibi, du 20 au 25 mai 2022 : "Watch a movie… save the planet !"    Les droits humains à la tête du client    Météo de ce vendredi    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel à créer une agence de gestion autonome pour préserver la biodiversité
Publié dans Tuniscope le 09 - 11 - 2021

Des forestiers du nord-ouest de la Tunisie ont appelé les autorités à créer une agence autonome de gestion des parcs nationaux, sites très riches en biodiversité, mais de plus en plus fragiles et exposés à de multiples menaces.
Rencontrés dans le cadre d'une formation organisée par le Bureau du WWF-Afrique du Nord à Tunis, sur "le rôle des médias dans la conservation de la biodiversité en Tunisie", ces forestiers très compétents et férus de nature, ont expliqué aux médias que les parcs nationaux relèvent de plusieurs départements à la fois, ce qui complique leur gestion, la rend inefficace et crée un chevauchement des rôles.
Interviewé au cœur du parc national de Oued Ezzen (Aïn Draham), un havre de paix dans la verdure, Noureddine Azizi, chef de l'arrondissement des forêts à Tabarka , déclare qu'"une gestion inefficace de ces sites naturels pourrait mener à leur dégradation et à des pertes énormes en biodiversité dans le contexte actuel des changements climatiques.
Il devient de plus en plus urgent de créer une structure administrative et financière autonome pour ne plus freiner les interventions et les actions de développement des parcs nationaux en Tunisie, faciliter leur labellisation et leur permettre une visibilité à l'international".
"Il faut que les interventions soient ciblées et appropriées et parfois immédiates pour mieux protéger les richesses en biodiversité du pays", a-t-il développé. Passionné et dynamique, cet homme de terrain a expliqué que le parc national de Oued Ezzen(Jendouba) d'une superficie d'environ 6 700 hectares, constitués principalement, de forêts de chêne-zéen, renferme à l'instar de tous les parcs nationaux (17 parcs), une faune et une flore très riches et une dynamique spatio-temporelle du vivant qui devrait être suivie de près et d'une manière régulière, pour empêcher sa dégradation et parfois l'extinction de certaines espèces.
"En plus d'un budget de gestion, cela nécessite la mobilisation de spécialistes, experts en faune et flore, l'engagement de scientifiques et aussi, l'ouverture sur les milieux académique et de la recherche", estime Azizi.
Un suivi minutieux est requis
Selon Lazhar Hamdi, chargé du contentieux au sein de l'arrondissement des forêts de Ain Draham et parfait connaisseur du milieu forestier, la conservation des milieux naturels ne pourrait être efficiente que si des experts de la faune et de la flore effectuent une analyse des données corroborée par des observations minutieuses sur le terrain et que de telles actions soient mieux coordonnées.
La gestion du parc nécessite la présence à proximité d'hommes de terrain et aussi de moyens et d'une logistique appropriés, estime Hamdi, qui plaide en faveur de l'instauration d'un tarif d'accès aux parcs nationaux, pour pouvoir financer une partie des actions de conservation de la biodiversité et pour la formation de guides de tourisme alternatif, parmi les jeunes de la région.
Hamdi, qui connait le parc de l'Oued Ezzen, comme sa poche, craint un déclin de la biodiversité dans ce lieu paradisiaque, situé dans un domaine climatique tempéré, le plus humide en Tunisie.
D'ailleurs, un phénomène de dépérissement des arbres est devenu de plus en plus visible, à cause de la sécheresse et de la faiblesse du bilan hydrique sur le côté sud du parc. En effet, le parc national de l'Oued Ezzen, géré actuellement, par la direction régionale des forêts, à Ain Draham, relève de la chaîne montagneuse de Kroumirie.
Il se caractérise par ses arbres denses de chêne-liège et abrite plus de 700 espèces végétales, plus de 25 espèces de mammifères, plus de 70 espèces d'oiseaux et plus de 25 espèces d'amphibiens et des milliers d'insectes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.