l'UE prête à travailler avec le nouveau gouvernement de Fakhfakh    Les réservations du Huawei Y7p sont ouvertes du 28 février au 5 mars 2020    Tunisie : La nouvelle composition parlementaire    Zamalek – Espérance de Tunis : Quel onze de départ pour Mouiine Chaabani ?    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Coronavirus: Le président de la Lombardie se place en quarantaine    Coupe de Tunisie : Les arbitres des 16èmes de finale    Tunisie : Le message de Kais Saïed aux nouveaux ministres    kasserine: l'école qui a perdu 5 institutrices ne suspend pas les cours    Nouveau gouvernement : Prestation du serment par les ministres    Jazz à Carthage 2020 : billetterie et informations sur le 15ème épisode    FTAV : La suspension de la Omra est une mesure de précaution provisoire    MEMOIRE : Mohamed Mohsen KAHIA    Belle performance au Tournoi de Doha : Ons Jabeur sort la numéro 3 mondiale    En attendant les candidatures : Calendrier pour les élections des membres de la cour constitutionnelle    Prévention contre le coronavirus : Le masque n'est pas nécessaire pour les personnes saines    Fonds Mondial pour la Nature : Appel à aider au bannissement des sacs en plastique    Le Chef du gouvernement sortant Youssef Chahed remet au Président de la République le rapport des activités du gouvernement 2016-2020    Retour sur la visite effectuée par le Président de la République au siège du Ministère de l'Intérieur    Boxe : Les Tunisiennes Khouloud Hlimi et Mariem Homrani qualifiées pour Tokyo-2020        Au Théâtre de l'Opéra : La fantaisie zoologique de Saint-Saëns    Nabeul : Des ouvrières blessées dans l'explosion d'une bouteille de gaz à Menzel Bouzelfa    «Les Trois mystiques» de Karim Touwayma au Théâtre des Jeunes : Créateurs Authentique et beau…    Immigration clandestine : L'effet dissuasif du… coronavirus !    RESTART: Economie sociale et micro-entrepreneuriat pour les jeunes de 5 régions tunisiennes    Football : Programme TV de ce jeudi 27 février 2020    Qui est Mohamed Fadhel Kraiem, nommé ministre des TIC et de la Transition numérique ?    La Tunisie achète des avions militaires aux Etats-Unis    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    Le Président du Parlement transmet au Président de la République les résultats du vote de confiance au gouvernement Fakhfakh    Ligue 1 | Classement des buteurs : Okpotu prend le large    Coupe arabe (U20) : programme des quarts de finale    Une confiance en sursis    Le Phare de l'Entrepreneuriat : un concours entrepreneurial en Tunisie par JEY Entrepreneuriat    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    La CTA et la CORP s'invitent à Sfax    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 27 février à 07H00    Météo: Prévisions pour jeudi 27 février 2020    Un divan à Tunis : la Tunisie se livre sur ses tourments post-révolutionnaires    Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : un Français est mort à Paris    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vie à corps perdu, la scène encore en vie
Publié dans Tuniscope le 07 - 09 - 2010

Nous avons déjà annoncé l'évènement : la pièce de théâtre « Kasr echouk » ou « La vie à corps perdu » (mise en scène Noomen Hamda) est en cycle à la salle du quatrième art du 02 au 07 septembre 2010. Le 03 septembre nous étions là, au fameux théâtre de l'avenue de Paris afin de suivre le spectacle.
Sans vous réécrire le synopsis, qui a été déjà annoncé dans un article précédent, l'histoire se passe un 31 décembre dans un hôpital. Les personnages sont tous ce qu'on peut trouver d'ordinaire dans un hôpital : un couple de médecins, un infirmier, un malade qui frôle l'agonie et une visiteuse. Cependant, l'extraordinaire était de ressortir de ce cadre très classique, un quotidien vu sous un angle philosophique.
Les dialogues, les monologues, la voix off, rien n'était aléatoire dans la pièce de Noomen Hamda. On avait l'impression que le metteur en scène racontait sa propre expérience avec la maladie. Cette expérience très dure dont il a su ressortir une jolie pièce. C'était un revenu du monde des morts. Les chevauchements entre les passages ascendants et les moments de silence, et surtout la voix du patient qu'on ne voyait jamais parler mais qui passait en retirant derrière lui ses douleurs physiques et ses souffrances psychologiques.
De l'histoire du couple qui se perd dans son quotidien et perd en conséquence un amour corrompu par la routine et les protocoles, à l'infirmier frustré par ses angoisses et les souvenirs d'une enfance censurée, à la jeune fille qui attend sa sœur jumelle absente depuis 14 ans et hospitalisée à cause d'un accident grave, à ce malade mystérieux qui s'attache et se détache à l'espace tangible et nous donne des fois l'impression qu'il s'agit d'une voix céleste, de l'interférence même de ces histoires Noomen Hamda a tissé un canevas mitigé, audacieux et a remué le couteau dans les plaies sociales tant ignorées.
Le jeu d'acteur était très remarquable. Une fois de plus, Jamila Chihi qu'on connait plus à la télé, a prouvé qu'un bon acteur ne peut jamais être prisonnier d'un seul rôle. Abdelmoeem Chwayet nous a épatés avec son jeu tellement spontané malgré la complexité du personnage, passant de la dérision à la tragédie dans des moments des fois, purement existentialistes. La belle surprise a surgit avec la présence de Amina Dachraoui, la jeune diplômée de l'ISAD qui n'a rien épargné au succès de son rôle. De son coté Noureddine Bousselmi, a su marquer sa présence malgré l'absence de dialogue et le docteur Ghazi Zaghbani était bien convaincant entre l'indifférence qui tue et la sensibilité extrême.
Kasr Echouk n'est peut être pas une pièce parfaite, ni révolutionnaire dans le sens des thèmes traités. La pièce ne présente, peut être, pas un investissement énorme et ne s'introduit pas non plus dans le circuit de la comédie qui « rapporte ». C'est une pièce dont le public était très rare mais dont la touche humaine est très claire, une mélodie ou chacun de nous peut se trouver dans l'une de ses notes.
Pour ceux qui ont raté les présentations précédentes, c'est l'occasion ou jamais pour se rattraper ce soir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.