Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    Les membres du Grand Jury des JCC    Parlement européen : La plénière du 19 octobre se penchera sur la situation en Tunisie    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Communiqué – Une autre voie possible : Informer et sensibiliser sur le choix d'une migration régulière    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Kaïs Saïed commémore le 58ème anniversaire de la fête de l'évacuation à Bizerte    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Notation : La Tunisie classée dans la case "obligation spéculative de très mauvaise qualité"    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie , Partis politique : Emna Menif (Kolna Tounes) : ‘'Vers une dictature constitutionnelle ?''
Publié dans Tunivisions le 09 - 10 - 2012

N'est ce pas une évidence que les tunisiens ont été appelés le 23 octobre 2011 à élire une assemblée nationale constituante ? Pourtant, il ne paraît pas vain de le rappeler. Dans la tourmente de la montée de la violence, de l'incompétence du gouvernement, des enjeux politico politiciens qui déchaînent les passions et focalisent l'intérêt des partis politiques de tous bords, on perd de vue l'essentiel, la Constitution.
La polémique enfle autour de la date du 23 octobre 2012. Mais la polémique tourne autour de la légitimité du gouvernement et se concentre sur la chose politique. Une espèce de frénésie, du reste justifiée, s'empare de la classe politique et de la société civile sur "la feuille de route" et le calendrier qui doit baliser la période à venir.
Dans l'empressement d'organiser les prochaines élections et dans l'impatience de certains à jouer leur carte de présidentiables, pressés par le temps qui passe et les années de frustration, beaucoup perdent de vue les conditions d'adoption de la nouvelle constitution. Pour les démocrates convaincus, elle doit placer la Tunisie sur la trajectoire assurée et irréversible de la Démocratie, la Justice Sociale, les Droits et les Libertés. C'est le préalable à toutes autres échéances politiques.
Seulement, la réalité semble aller à l'encontre des espoirs nourris et des promesses de la liesse du 14 janvier 2011.
De ce fait, le 23 octobre 2012 doit être une journée de mobilisation sans précédent. Mais ce doit être une mobilisation pour les valeurs constitutionnelles intangibles et non négociables.
Alors que tous les élus ont martelé lors de leurs discours de campagne leur attachement aux Droits et Libertés, aux Valeurs Universelles des Droits Humains, aux Droits de la Femme et à leur renforcement, ils s'éloignent de jour en jour des engagements électoraux qui ne s'avèrent être que des slogans creux, à visée électoraliste, clamés sans conviction. Les élus du Peuple le trahissent... Et les démocrates, parmi eux, ne sont pas en reste. Ils vont de concession en compromission, avec, semble-t-il, pour seuls objectifs de réaliser leur réelle aspiration : obtenir le régime politique qui assouvit leurs ambitions. N'ont ils pas lâché du leste sur la référence "Universelle" des "Droits Humains" ? Ne se sont ils pas accommodés avec l'article 28 moyennant un rafistolage qui ne consacre pas de façon affirmée et sans équivoque l'Egalité Complète entre tous les Citoyens, Hommes et Femmes ? S'attardent-ils assez sur la réorganisation des pouvoirs locaux ? Et qu'en est-il de la Liberté de Conscience, de la pénalisation de l'atteinte au sacré, de la Liberté d'Expression, des Droits Culturels, Economiques et Sociaux ?
Au risque de se répéter, ces questions fondamentales ne sont plus au centre des débats et de la mobilisation.
Les tunisiens et les tunisiennes sont-ils entrain de se voiler la face, embourbés dans les vicissitudes du quotidien, entre flambée des prix, dégradation de la situation sécuritaire, aggravation du chômage, crise de confiance, désillusions, lassitude et désintérêt de la vie publique ? Pourtant, l'avenir est entrain de se jouer et les conséquences de ce qui se joue pourraient être désastreuses. Telle qu'elle s'esquisse, la nouvelle constitution est en voie d'instaurer démocratiquement, une authentique dictature, légitimée par les élus du Peuple par le truchement d'élections libres et démocratiques. Il aura fallu une révolution, des martyrs et des victimes pour ouvrir la voie à ... une dictature constitutionnelle.
Emna Menif, militante politique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.