Tunisie-I Watch: La libération de Nabil Karoui ne doit pas influer sur le bon déroulement de l'affaire    Tunisie: Abderrazzek Aouidet s'exprime sur l'initiative du dialogue national [Audio]    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Don japonais d'équipements frigorifiques de conservation des vaccins    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie-Sousse: Une détenue passe les épreuves du bac en présence de la ministre de la Justice [Audio+Photos]    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Envoyé spécial iranien en Tunisie :
Lecture iranienne de l'accord sur le nucléaire
Publié dans WMC actualités le 07 - 04 - 2015

«Artificiel et compliqué». C'est ainsi que Mortadha Sarmadi, vice-ministre des Affaires étrangères iranien, décrit le dossier du nucléaire iranien qui, avec l'accord d'étape conclu jeudi 2 avril, a franchi un pas important vers une solution satisfaisante pour l'Iran et les pays du groupe dit 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Allemagne)- avec lesquels il la négocie depuis douze ans.
La responsabilité de ce conflit, enfin en voie de règlement, n'incombe pas, d'après le responsable iranien, à son pays mais aux pays occidentaux qui n'ont pas respecté leurs promesses, faites «avant la révolution», c'est-à-dire du temps du Shah, d'aider l'Iran à mener à bien son programme nucléaire. Ce qui, explique M. Sarmadi, qui parlait lors d'une conférence de presse tenue lundi 6 avril à la résidence de l'ambassadeur d'Iran à Tunis, a contraint son pays à relancer ce programme «en comptant sur ses propres forces».
Faisant allusion à l'accusation adressée à l'Iran par les pays occidentaux de vouloir se doter de l'arme nucléaire, mais sans aller jusqu'à l'admettre, le vice-ministre des Affaires étrangères iranien observe que «cet alibi» a été instrumentalisé pour «exercer des pressions sur l'Iran et lui imposer des sanctions qui n'ont pas leur pareil dans l'histoire des Nations unies». Des sanctions internationales auxquelles, rappelle M. Sarmadi, «se sont ajoutées des sanctions bilatérales décidées par des pays qui savaient, ainsi que les experts qui ont visité l'Iran, que son programme nucléaire est civile».
Comment alors les négociations ont-elles fini par être ouvertes entre l'Iran et les pays occidentaux? En fait, d'après le n°2 de la diplomatie iranienne, les deux parties se sont mises autour d'une table lorsque les pays occidentaux et les Etats-Unis en particulier- «ont compris qu'ils ne peuvent pas empêcher l'Iran de concrétiser son programme nucléaire civile».
Mais, le vice-ministre des Affaires étrangères iranien admet qu'un autre facteur a contribué à rendre l'ouverture des négociations possibles: le fait que «le gouvernement iranien s'est attelé à débarrasser le programme nucléaire iranien de certains qui dérangent». Un de ces aspects qui dérangent étant bien sûr la production d'uranium enrichi à 20% que l'Iran a finalement arrêté, rappelle M. Sarmadi.
Mais, assure le vice-ministre des Affaires étrangères iranien, les «contraintes» que l'Iran a acceptées «n'ont pas d'impact sur l'ensemble du programme nucléaire iranien, sur la vitesse de sa mise en œuvre qui doit permettre de satisfaire les besoins du pays», notamment en matière de production d'électricité.
L'accord conclu le 2 avril ne constitue toutefois qu'une étape dans un très long processus qui, si tout se passe bien au cours des trois prochains mois, aboutira à la conclusion d'un accord définitif avec le groupe 5+1 et par conséquent à la levée des sanctions économiques imposées à l'Iran depuis plus de trente ans.
En effet, rappelle M. Sarmadi, les négociations vont se poursuivre jusqu'au 30 juin 2015 et porter sur la finalisation des détails de l'accord du 2 avril. «Si nous arrivons à un accord, le Conseil de Sécurité des Nations unies adoptera une résolution pour lever les sanctions», explique M. Sarmadi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.