Match Tunisie vs Emirats Arabes Unis : Lien streaming du match de la coupe arabe Fifa 2021 du 6 décembre    Coronavirus : les autorités se moquent ouvertement du peuple    Dhafer El Abidine, Lotfi Achour, Anis Lassoued & Afef Ben Mahmoud primés au festival du Caire    Mort suspecte d'un Tunisien en Italie    "Dubai Expo 2020" accueille les "Digital Tunisia Days"    Tunisie : Mise en exploitation de la plateforme d'e-bonification en 3 points    Tunisie : Ennahdha : Seifeddine Makhlouf est propre    Ennahdha : Rien ne prouve le lien du mouvement avec les contrats de lobbying !    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 06 Décembre 2021 à 11H00    Ali Larayedh: Nous avons reconnu nos erreurs    Médenine-Covid-19: Il n'y a pas lieu de paniquer actuellement face au variant Omicron [Vidéo]    France: Renault va supprimer 2000 emplois supplémentaires    C3 – TOUR DE RECADRAGE – MANCHE RETOUR : CSS-TUSKER FC (1-0): Le CSS au petit trot    Tunisie : Mechichi accusé    HANDBALL — CHAMPIONNAT DU MONDE FEMININ: Le sept tunisien pour le rachat    Un lien entre le variant Omicron et VIH?    Sur les traces de nos expatriés: Laidouni marque des points    Jonas Hassen Khemiri rafle le Prix Médicis étranger 2021    Exploitation pétrolière — Hamed El Matri : «L'exploration pétrolière en Tunisie est boudée par les investisseurs»    Tunisian Finance Days: L'innovation, le pont vers l'économie d'aujourd'hui et de demain    Smart Tunisie obtient le visa du CMF pour son introduction en bourse    Réserves en devises — Craintes d'une nouvelle année touristique en berne: Les expatriés pour sauver la donne ?    À Séoul, le partenariat sur le maintien de la paix progresse    Macron chez MBS : Les dessous d'un quasi baisemain à un homme accusé de milliers de crimes au Yémen    Coronavirus-Omicron : Un seul cas en Tunisie ?    Météo | Poursuite d'un temps froid et pluvieux    DECES: Slah Eddine    Tunisie : Repositionnement d'Ennahdha ?    Pourquoi: Les journées théâtrales de Carthage    Série documentaire «Le Parcours des Tyrans» de Peter Dinklage: Un ludisme impressionnant !    Vient de paraître: J'ai fermé mes maisons de Marianne Catzaras    Consulat général de Tunisie à Marseille: Avis aux citoyens    Ordre des médecins: Nous avons exigé la gratuité de la télémédecine mais...    Le Courant populaire réitère son soutien aux mesures du 25 juillet    Jendouba-Tourisme: Augmentation de 413 % des arrivées touristiques    Coupe arabe de la FIFA 2021 – Tunisie vs Emirats Arabes Unis : sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Banni de Twitter, YouTube, Facebook, Trump lance son propre réseau social    Tunisie-Météo: Vents forts et appel à la vigilance    Plus de 219 mille candidats au pèlerinage 2022    Tunisie – Emirats Arabes Unis : Un arbitre allemand au sifflet    CSS – Tusker : Formation probable des sfaxiens    Une femme blessée dans l'explosion d'une mine à Kasserine    La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : 70 places perdues dans le Rapport Bâle III 2017 par rapport à 2016
Publié dans WMC actualités le 29 - 08 - 2017

Taoufik Baccar, ancien gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), a réagi à un statut de Samit Brahimi sur le classement de la Tunisie par Bâle III dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Dans son statut, Taoufik Baccar apporte plusieurs éclairages concernant cette dégringolade du classement de notre pays, mais craint surtout que la Tunisie rejoigne "la liste des pays et juridictions accusant des «déficiences stratégiques» établie par le GAFI et qui comprend, suivant la «Déclaration publique» de juin 2017, la Bosnie-Herzégovine, l'Ethiopie, l'Iraq, la Syrie, l'Uganda, Vanuatu et le Yémen".
Sur 146 pays, la Tunisie occupe en 2017 la 59ème place avec une note de 6,5 –sachant que plus la note est élevée, plus le risque est important. La meilleure note est attribuée à la Finlande avec 3,04 et la plus mauvaise à l'Iran avec 8.60.
Par rapport à 2016, la Tunisie a reculé d'environ 70 places, puisqu'elle occupait le 129ème rang mondial sur 149 pays avec une note de 4,62, devançant tous les pays de la région MENA et même certains pays de l'OCDE (France, RU, USA, RFA, etc.).
L'excellent classement de 2016 a été rendu possible grâce, en particulier, à la réforme législative de 2009 qui, de l'avis des experts du GAFIMOAN (Groupe d'Action Financière Moyen-Orient/Afrique du Nord), a comblé l'essentiel des lacunes de la loi de 2003 et à l'adhésion de la CTAF au groupe Egmond des Cellules de Renseignements Financiers, une sorte de reconnaissance internationale, dans le cadre d'un processus engagé depuis 2006 et finalisé avec succès par les disciples de Samir Brahimi, Habiba Ben Salem et Lotfi Hachicha.
La raison essentielle du recul enregistré en 2017 tient au fait que les conclusions du 2ème rapport d'évaluation du dispositif LBA/FT adopté par la Plénière du GAFIMOAN tenue au printemps 2016 étaient négatives pour ce qui concerne l'efficacité dudit dispositif. Sur l'ensemble des indicateurs relatifs à l'efficacité, onze au total, la Tunisie a obtenu des évaluations qui oscillent entre «faible» et «modéré». Aucune notation du niveau «Elevé» ou «Significatif» n'a été attribuée au pays.
Il faut rappeler que le nouveau standard du Groupe d'Action Financière (GAFI) focalise désormais beaucoup plus sur l'effectivité ou l'efficacité des dispositifs nationaux LBA/FT, que sur leur conformité aux 40 Recommandations.
Si elle ne s'efforce pas à pallier aux insuffisances signalées dans le rapport d'évaluation de 2016, il est fort à craindre que la Tunisie soit inscrite dans les mois à venir dans la liste des pays et juridictions accusant des «déficiences stratégiques» établie par le GAFI et qui comprend, suivant la «Déclaration publique» de juin 2017, la Bosnie-Herzégovine, l'Ethiopie, l'Iraq, la Syrie, l'Uganda, Vanuatu et le Yémen.
L'enjeu est donc de taille, car ce genre de mesure entamera sérieusement la réputation du site Tunisie d'autant qu'il coïncide avec la baisse vertigineuse de la notation souveraine, engagera le pays dans un processus long et pénible de redressement sous un suivi international rapproché et sévère et risque fort, du reste, de dissuader les «bons» investisseurs et d'attirer les «plus mauvais».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.