Abir Moussi dit être visée par un plan d'assassinat    L'ATFD appelle à la révision du Code du statut personnel    Un an après sa visite aux artisanes de Hay Hlel, Kaïs Saïed y retourne    Le service de la dette extérieure éponge la totalité des transferts de la diaspora    Mali : Un exploit sur le marché obligataire régional, toutes les dettes réglées    Première astronaute tunisienne : Telnet Holding dévoile les candidates    Décès du réalisateur Abdeljabbar Bhouri    Hatem M'rad: Les trois grands sens de la démocratie    Tunisie - Un Français meurt en prison dans des conditions pénibles alors qu'il a été libéré par un juge    WTA Cincinnati : Ons Jabeur exemptée, Serena défie Raducanu    Kef : La maladie de la langue bleue sévit    Taboubi à propos de la réunion avec le gouvernement : ce n'est pas un nouveau pacte social !    L'agence de notation japonaise R&I dégrade, une nouvelle fois, la note de la Tunisie    Semaine boursière : Le Tunindex enchaine les hausses    L'huile subventionnée débarque à Monastir    Royaume-Uni : Le probable successeur de Boris Johnson déjà plombé par un scandale    Un énorme soulagement à Sfax et Bizerte, dans la même journée    L'UE assaillie par les migrants clandestins, +86% cette année    Foot-Europe: le programme du jour    Tourisme: La plaisance veut croire en sa bonne étoile    Régate de La Route du Jasmin: Une affluence record    Fête nationale de la femme: La « condition féminine », une imposture !    Protéger les femmes    Les étudiants en quête d'un logement décent: Un vrai casse-tête !    Eventuelle grève des techniciens de la navigation aérienne    Le FTDES dénonce la poursuite de la marginalisation de la question relative au transport des ouvrières agricoles    Arrestation d'un trentenaire condamné à 11 ans de prison    Importation anarchique et déficit de la balance commerciale: Le protectionnisme, un mal nécessaire ?    «Naseer Shamma & the peace builders» au Festival International de Carthage: Musique d'amour et de paix    « Kurt Rosenwinkel » au festival international de Hammamet: La nuit du jazz    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    Hédi Ben Abbès, président de la Chambre de commerce et d'industrie tuniso-japonaise (Ccitj): De premiers projets seront signés    La BNA mécène du festival de Dougga pour une culture inclusive    Par Jawhar Chatty : 13 août, la short list de Kais Saied    FIBA 3×3 Nations League 2022 : les résultats du premier jour pour la Tunisie    Foot Européen : Programme TV des matches du samedi    Salman Rushdie poignardé à New York    Un jeune tunisien meurt dans une prison italienne    La maison du luth arabe en Tunisie à l'initiative du luthiste irakien Naseer Shamma    Plusieurs terroristes touchés après des affrontements avec des militaires à Jebel Selloum    Femmes et militaires : Ces tunisiennes qui nous honorent    EST | Transferts d'été : Le remue-ménage se poursuit...    Après le report du verdict de la commission nationale d'appel au 6 septembre : La fuite en avant    CAB : Report de l'assemblée élective…    Dialogues éphémères | Laisser faire la main de Dieu...    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie perd 70 places dans le classement Bâle III, Taoufik Baccar réagit
Publié dans Business News le 29 - 08 - 2017

Bâle III est un accord qui instaure des règles prudentielles de plus en plus sévères aux banques, notamment le respect de certains ratios de solvabilité, afin d'éviter les risques systémiques.
Dans le dernier classement Bâle III, dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (LBA/FT), la Tunisie occupe en 2017 la 59ème place sur 146 pays, avec une note de 6.5 (plus la note est élevée, plus le risque est important). La meilleure note est attribuée à la Finlande avec 3.04 et la plus mauvaise à l'Iran avec 8.60.
Par rapport à 2016, la Tunisie a reculé de 70 places. Elle occupait le 129ème rang mondial sur 149 pays avec une note de 4.62, devançant tous les pays de la région MENA et même certains pays de l'OCDE (France, RU, USA, RFA, etc.).

Réagissant à ce classement, l'ancien gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Taoufik Baccar, a expliqué, dans un récent statut Facebook : «L'excellent classement de 2016 a été rendu possible grâce en particulier, à la réforme législative de 2009 qui, de l'avis des experts du Gafimoan, a comblé l'essentiel des lacunes de la loi de 2003 et à l'adhésion de la CTAF au groupe Egmond des Cellules de Renseignements Financiers, une sorte de reconnaissance internationale, dans le cadre d'un processus engagé depuis 2006 et finalisé avec succès par les disciples de Samir Brahimi, Habiba Ben Salem et Lotfi Hachicha.
La raison essentielle du recul connu en 2017, tient au fait que les conclusions du 2ème rapport d'évaluation du dispositif LBA/FT adopté par la Plénière du Groupe d'Action Financière Moyen Orient /Afrique du Nord (GAFIMOAN) tenue au printemps 2016, étaient négatives pour ce qui concerne l'efficacité dudit dispositif. Sur l'ensemble des indicateurs relatifs à l'efficacité, onze au total, la Tunisie a obtenu des évaluations qui oscillent entre "faible" et "modéré". Aucune notation du niveau "Elevé" ou "Significatif", n'a été attribuée au pays.
Il faut rappeler que le nouveau standard du Groupe d'Action Financière (GAFI), focalise désormais beaucoup plus sur l'effectivité ou l'efficacité des dispositifs nationaux LBA/FT, que sur leur conformité aux 40 Recommandations».

«Si elle ne s'efforce pas à pallier aux insuffisances signalées dans le rapport d'évaluation de 2016, il est fort à craindre que la Tunisie soit inscrite dans les mois à venir, dans la liste des pays et juridictions accusant des "déficiences stratégiques" établie par le GAFI et qui comprend suivant la "Déclaration publique" de juin 2017, la Bosnie- Herzégovine, l'Ethiopie, l'Iraq, la Syrie, l'Uganda, Vanuatu et le Yémen», prévient M. Baccar, en ajoutant que «l'enjeu est donc de taille, car ce genre de mesure entamera sérieusement la réputation du site Tunisie d'autant qu'il coïncide avec la baisse vertigineuse de la notation souveraine, et engagera le pays dans un processus long et pénible de redressement sous un suivi international rapproché et sévère et risque fort du reste, de dissuader les "bons" investisseurs et d'attirer les "plus mauvais"».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.