Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    La FTF en total soutien de Maher Karoui    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Etoile du sahel : Agression de certains policiers sur Maher Karoui    FC Barcelone vs Real Madrid : Liens streaming pour regarder le match    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Tunisie – La STEG suspend ses services en ligne    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce samedi    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trois initiatives pour changer le quotidien des tunisiens (3/3)
Publié dans WMC actualités le 03 - 06 - 2019

En cette période d'extrême précarité, des centaines de milliers de tunisiens peuvent respirer et trouver une relative sérénité pour peu que trois initiatives soient valorisées et appliquées en urgence. Il s'agit de deux projets de loi, l'un traitant du statut de l'autoentrepreneur tandis que l'autre porte sur la systématisation de l'économie solidaire. La troisième initiative concerne une micro-assurance innovante dédiée aux travailleuses rurales.
Les trois réformes présentent l'avantage d'être concoctées en partenariat entre la société civile et le gouvernement, de responsabiliser les citoyens et de mettre fin à l'assistanat de l'Etat. Gros plan sur ces réformes.
Dans une première partie, nous avons traité du projet de loi sur le statut de l'autoentrepreneur et le rôle qu'il peut jouer dans la réduction de l'informalité.
Dans une seconde partie, nous avons évoqué l'économie solidaire, et dans cette troisième et dernière partie, nous allons jeter la lumière sur une micro-assurance sociale innovante.
La troisième initiative est une innovation majeure en matière de micro-assurance sociale mise au point par un jeune startuppeur tunisien, en l'occurrence Maher Khlifi, informaticien de formation.
Baptisée « Ahmini » (protège-moi), cette micro-assurance, entrée en vigueur depuis le 2 mai 2019, a pour objectif de faciliter l'intégration des travailleuses rurales dans le système de couverture sociale du pays. Quelque 500 mille rurales opérant dans le secteur agricole pourront bénéficier, à la faveur d'une adhésion à Ahmlini, d'une couverture sociale décente.
Comment fonctionne Ahmini ?
Le principe d'Ahmini se résume dans le fait que les ouvrières peuvent verser leurs cotisations à distance à travers le téléphone portable. Les abonnements seront par la suite envoyés à la Poste tunisienne qui les transmettra, à son tour, aux services de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM). "Elles deviennent ainsi affiliées, et ce sans se déplacer. Le versement peut se faire chez une épicerie partenaire", a indiqué le porteur de la plateforme Ahmini, Maher Khlifi.
Pour en bénéficier, les femmes rurales vont y cotiser par simple paiement téléphonique, à hauteur d'un montant fixé entre 0,6 et 0,8 dinar par jour.
A l'origine de cette réforme innovante tunisienne, un drame. Tout a commencé quand la mère rurale du jeune Maher Khlifi, initiateur d'Ahmini est décédée, en 2013, dans des conditions malheureuses suite à une longue maladie en l'absence de toute assistance sociale et médicale. La défunte n'étant pas affiliée à une caisse de sécurité sociale du pays.
Depuis, son fils, rongé par la douleur, s'est engagé à aider les femmes rurales à bénéficier d'une couverture sociale décente. Après une longue observation de la femme rurale au travail, il est parvenu à mettre en place cette plateforme Ahmini.
«Avant de concocter mon projet j'ai dû observer de près les femmes qui parcouraient de longues distances à la recherche d'un travail à la ferme et travaillaient de longues heures sous la pluie, le vent et la chaleur extrême sans protection et assurance», a déclaré Maher Khlifi aux journalistes.
Cette nouvelle réforme est qualifiée par les médias locaux d'«événement historique» dans la mesure où «la femme rurale en Tunisie assure, selon eux, la sécurité alimentaire de la Tunisie au taux de 35% alors qu'elle n'a aucune garantie professionnelle ni assurance maladie».
Au regard des bienfaits multiformes qu'Ahmini génère, cette innovation, qui a été certes très vite parrainée par le gouvernement, gagnerait toutefois, à être institutionnalisée et valorisée par des structures pérennes et solides.
Distinctions d'Ahmini à l'international
Soutenu par la Banque mondiale, Ahmini a remporté en 2017 le prix «Andi Fekra» (j'ai une idée) lancé par l'opérateur public Tunisie Telecom et celui du meilleur projet social en Afrique dans le cadre du Social Business Bootcamps, ALINOV, en Algérie.
Cette micro-assurance peut être étendue à d'autres catégories de travailleurs journaliers indépendants opérant dans l'informel et résoudre le déficit de couverture sociale dont souffrent d'importants pans de la population tunisienne. Certains observateurs pensent qu'elle pourrait être exportée à d'autres zones du monde. Et pour cause.
«Ahmini respecte le principe de base sur lequel se fonde la micro-assurance en tant que mécanisme devant protéger des personnes pauvres contre un certain nombre de risques : accident, maladie, décès d'un membre de la famille, catastrophe naturelle…».
Elle cible principalement les travailleurs à faibles revenus des pays en développement, particulièrement ceux travaillant dans le secteur informel qui sont souvent mal servis par les assureurs commerciaux et les systèmes d'assurance sociale traditionnels.
En échange de cette micro-assurance, les bénéficiaires payent une cotisation adaptée à leurs besoins, à leurs revenus et à leur niveau de risque. Une travailleuse rurale payée à raison de 15 dinars par jour peut facilement réserver moins d'un dinar pour s'assurer, à terme, une retraite et une couverture sociale acceptable.
Cela pour dire qu'il n'y que des avantages avec cette micro-assurance innovante. A titre indicatif, elle permet aux assurés de se rétablir après une crise. Elle peut les aider à éviter de prendre des mesures d'adaptation pénibles, souvent dévastatrices, comme faire travailler leurs enfants, réduire leur consommation alimentaire ou vendre des actifs productifs.
Au plan macroéconomique, elle favorise la résilience, renforce les ressources des caisses de sécurité sociale et contribue aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment en réduisant la faim et la mortalité infantile et en améliorant la santé maternelle.
Articles en relation:
Trois initiatives pour changer le quotidien des Tunisiens (1/3)
Trois initiatives pour changer le quotidien des tunisiens (2/3)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.