Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    Sofiene Cherif nouveau directeur de la Sup'Com    BH Bank : Hausse du PNB de plus de 13% à fin mars 2021    Tunisie: Yassine Ayari présente un projet de loi visant à réglementer toutes les monnaies numériques y compris le Bitcoin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Variant sud-africain en Libye: Les suggestions du comité scientifique de lutte contre le Coronavirus    Billet | Relais de croissance    Implantation tunisienne en Afrique | Les opportunités à saisir sur le continent africain : Un eldorado pour les entrepreneurs    31 millions de dinars pour réparer la flotte de Tunisair : De nouveaux défis à relever    Défense : Brahim Bertaji appelle à approuver l'accord un crédit pour l'acquisition de camions militaires    Bientôt une commission mixte tuniso-jordanienne sur les échanges commerciaux bilatéraux    CONDOLEANCES : Kmar Ben AOUN    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    CONDOLEANCES    DECES : Tahar BEN JEBARA    Ajcc l'Aouina : L'hôpital Mongi-Slim se dote d'une bibliothèque et d'une salle de jeux    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Coupe de la CAF | Phase de groupes – 5e journée – Jaraaf-ESS (17h00) : Rien que la victoire !    Le virus en terrain favorable !    Mohamed Trabelsi : Certaines entreprises ont fait preuve de manque de solidarité    "affilie.cnrps.nat.tn" une nouvelle application pour le paiement en ligne des cotisations    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Les prix des 3 boissons chaudes (café crème, filtre et thé) sont désormais libéralisés    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plateforme «AHMINI» : Quand les femmes rurales accèdent à la dignité
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 05 - 2019

Depuis le 2 mai, jour du lancement de la plateforme «Ahmini» à Kairouan, c'est une caravane de bénévoles qui sillonne les régions rurales pour aller au plus près des ouvrières agricoles et les enregistrer au nouveau régime qui leur permet d'intégrer le système de sécurité sociale, grâce à une application téléphonique simple, sans déplacement, ni complications bureaucratiques, ni frais administratifs
Le principe est simple, le moteur est noble et le projet permettra de changer la vie de centaines de milliers de femmes rurales et ouvrières agricoles marginalisées dans les campagnes tunisiennes. Le lancement national officiel a eu lieu le 9 mai 2019, mais la tournée Ahmini a débuté depuis le 2 mai à Kairouan où son développeur, Maher Khelifi, originaire de la région, a pu présenter le projet, l'expliquer et enregistrer les premières bénéficiaires dans la délégation de Chebika. Depuis, la caravane poursuit son chemin. Le jeudi 9 mai, c'était à Boussalem dans le gouvernorat de Jendouba, en présence du ministre du Tourisme, René Trabelsi, et à Monastir avec le ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed. Le vendredi 10 mai, le lancement de la plateforme a eu lieu à Béja dans la délégation de Testour mais également dans la délégation de Mornag dans le gouvernorat de Ben Arous en présence des ministres de l'Industrie, Slim Ferianai, et de l'Agriculture, Samir Bettaieb, et à Bizerte dans la délégation de Mateur.
Même si le coup d'envoi n'a été donné que récemment, cette plateforme était prête et opérationnelle depuis juillet 2018.
La mise en œuvre a été décrétée par le chef du gouvernement Youssef Chahed depuis le 8 mars 2019. Parmi les mesures annoncées à l'occasion de la fête de la Femme, figurait l'entrée en vigueur de cette microassurance qui ferait bénéficier 500.000 ouvrières agricoles de la couverture sociale. Mais c'est un drame, un de trop, qui a permis d'accélérer le processus car il a secoué et endeuillé toute une nation. Le samedi 27 avril, un énième accident a coûté la vie à 12 ouvrières agricoles, allongeant une triste liste de 40 décès et de 500 blessées enregistrées depuis 2015 sur les routes agricoles. Mais les trajets ne sont pas les seuls dangers qui guettent les femmes rurales, et l'urgence des mesures immédiates a dû prendre en compte les vraies réformes nécessaires et vitales pour garantir une vie, et une vie juste et digne pour ces forces nourricières du pays.
Elles sont près d'un million de femmes rurales tunisiennes, 58% sont des ouvrières agricoles qui travaillent pour des salaires journaliers de 10 DT en moyenne. 90% de ces ouvrières saisonnières et occasionnelles ne bénéficient d'aucune couverture sociale, et n'ont droit ni à la retraite ni aux soins. Pourtant, toutes continuent à travailler par nécessité jusqu'à épuisement et parfois jusqu'à la mort.
Ce fut le cas de Fattouma, la mère de Meher Khlifi, concepteur et développeur du projet baptisé "Ahmini" (protège-moi). Cette microassurance permettra aux femmes rurales d'accéder à une couverture sociale, une carte de soins gratuits et une pension de retraite et veuvage.
«Ahmini est un régime qui permet à ces ouvrières agricoles de cotiser pour payer leur assurance, quand elles le peuvent, partout où elles se trouvent au moyen du versement de 1 DT minimum (avec un minimum de 17 DT par mois cumulables).Une fois inscrites sur la plateforme, les ouvrières utilisatrices sont systématiquement affiliées à la Cnss et bénéficient d'une couverture sociale et d'un accès aux soins, indique Meher Khlifi. Il ajoute : "Les procédures d'enregistrement ont été simplifiées au maximum, il suffit de se munir d'une carte d'identité nationale et d'un certificat de travail agricole fourni gratuitement par les cellules d'information et d'orientation agricoles présentes sur tout le territoire".
Maher Khlifi est le fils d'une de ces ouvrières agricoles qui, faute d'accès aux soins, est décédée d'un cancer en 2016. C'est en hommage à Fattouma, sa mère (paix à son âme) et aux nombreuses autres victimes de maladies, d'accidents et aux invalidités en milieu rural que l'ingénieur s'est obstiné à travailler jusqu'à ce que le projet voie le jour. A la date du 10 mai 2019, ce sont près de 5.000 ouvrières agricoles qui ont été enregistrées et bénéficieront instantanément de la couverture sociale et de l'affiliation à la Cnss.
Ahmini permettra d'intégrer les 90% des femmes rurales et ouvrières agricoles qui n'ont pas de couverture sociale à la Cnss. En abolissant les barrières bureaucratiques et parfois géographiques (éloignement des zones rurales par rapport au bureaux de la Cnss) et en mettant en place un système de paiement et de cotisation facile et adéquat, les ouvrières et les femmes rurales pourront adhérer et cotiser à distance avec un simple téléphone portable (85% en sont équipées.) et d'une façons très simplifiée. Un pas de fait, mais d'autres restent à faire pour améliorer le quotidien et la vie de ces femmes qui contribuent majoritairement (70%) à garantir la sécurité alimentaire et la production agricole mais souffrent de discrimination, de marginalisation, de mauvaises conditions de travail, d'inégalité des salaires et d'appauvrissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.