Scandaleux : Déversement des eaux polluées dans tous les barrages du nord-ouest    Les propriétaires des véhicules RS appelés à régulariser leurs situations au plus tard le 31 mars    Google célèbre la journée internationale des droits de la femme (Vidéo)    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Mars 2021 à 11H00    Représentativité des femmes dans les parlements : l'ARP est 77ème à l'échelle mondiale    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Ambassadeur Sahbi Basly : Un diplomate atypique, célébré (Album photo)    Houcine Benayada (ESS) convoqué en sélection algérienne    Souad Ben Abderrahim, maire de la Ville de Tunis, à La Presse : « 2.500 immeubles menaçant ruine représentent un réel danger ! »    Journée internationale de la femme : L'appel de la CGTT    La Tunisie croule sous les déchets : La campagne "Tunisie sans déchets" pourrait-elle faire la différence ?    Tunisie-Tunisair : Un atterrissage d'urgence d'un avion à destination de Lyon    Les indiscrétions d'Elyssa    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    Affaire CS Chebba : Le fait accompli !    Tunisie- 8 Mars: Une Journée internationale des droits des femmes sous le signe du coronavirus    Tunisie : Des associations et organisations revendiquent la libération de Rania Amdouni    Tunisie – Météo: Pluies éparses sur la plupart des régions    Les ministères du Tourisme et de l'Environnement la main dans la main pour la propreté    « Du pain et des roses » à l'origine de la journée internationale de la Femme    Najd Khalfaoui : Nadia Akacha fait usage de fuites !    18e Sommet de la Francophonie oblige, Djerba attire toutes les attentions    Un annuaire des associations oeuvrant dans le secteur de l'artisanat    Tunisie : Suspension des cours à Sbeitla, les précisions du gouverneur de Kasserine    Tunisie: Daily brief du 8 Mars 2021    Un droit fondamental, un devoir citoyen    Les projets bloqués dans le gouvernorat de Siliana discutés à La Kasbah    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    L'aéroport Djerba-Zarzis pourra bientôt accueillir les des gros avions    Le ministre des Affaires sociales félicite la femme tunisienne    Tunisie [Audio]: Déclaration après match Olympique de Béja et AS Rejiche    Covid-19 : 34 décès et 676 contaminations enregistrés le 6 mars 2021    Le nouveau cheval de bataille de l'Union pour la Méditerranée    Tunisie-Ligue 1 (J16): les matches de ce dimanche    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Othman Babba dans la ville    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Electrostar : Les tourments de l'assainissement !
Publié dans WMC actualités le 07 - 03 - 2004

Après le retrait de Batam, il ne reste plus sur la cote qu'Electrostar pour représenter le secteur de l'électroménager. Un secteur fortement endetté comme on l'a déjà écrit, mais à fort potentiel, avec un marché estimé entre 300 et 500 MDT. Le lien n'existe peut-être pas, mais après Batam, Electrostar connaîtrait quelques déboires et Batam ne serait pas étrangère, au moins en partie, à ces déboires. D'aucuns diraient qu'Electrostar « traverse sa crise de croissance».
Pour la seconde année consécutive, les résultats d'Electrostar sont à la baisse et pas des moindres. Déjà en 2002, ces résultats étaient en baisse de 53% par rapport à 2001 et chutaient de quelque 1,5 MDT. En 2003 encore, les résultats s'inscrivent en baisse de 67% par rapport à 2002 et ne sont plus que de quelque 441 mille DT seulement. Certains ratios se sont même dégradés. Après une hausse de 22,5% en 2002, le total des actifs a baissé de 6%. Après une première baisse de 3%, le résultat d'exploitation chute à nouveau de 45%. Après avoir baissé de 27%, la rubrique emprunts fait un saut vertigineux de 1004%, parallèlement, certes, à une baisse de 8 MDT du court terme. Tout cela, dénote selon le management de la société, d'un effort intense d'assainissement. Un traitement en profondeur et qui promet, croisons les doigts.
Tu me tiens par la barbichette, je te tiens…
Ainsi selon le management de l'entreprise, la diminution du chiffre d'affaires est voulue. «Il a y eu cette décision générale d'assainir les finances, à la fois des banques, des groupes et des entreprises. Nous en avons tenu compte au niveau d'Electrostar», une autre manière de dire que les banques ont limité, comme elles l'ont fait pour d'autres, les crédits et les facilités qu'elles donnaient à la société. Assainissement des finances donc, mais aussi de nouveaux objectifs pour l'entreprise. «Avant, notre but était la recherche de la croissance et le gain de nouvelles parts de marché. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus continuer à financer, comme auparavant, nos revendeurs qui bénéficiaient de crédits allant jusqu'à 360 jours», nous explique la même source. Et d'ajouter que «L'incidence sur le chiffre d'affaires n'a pas tardé et n'ayant plus accès aux crédits, nos distributeurs se sont aussi trouvés en difficultés».
Le chiffre d'affaires passe ainsi de 42,2 millions DT à 31,8 MDT l'année dernière. La rubrique «clients et comptes rattachés» a certes diminué (de 22 à 18,3 MDT). A l'intérieur, il y a cependant 4,8 MDT en impayés, mais aussi 0,4 MDT en créances douteuses sur les clients et plus de 10 MDT en effets à recevoir ! Les banques ont ainsi, un peu serré les boulons pour Electrostar. Celle-ci a donc serré la vis à ses clients, son chiffre d'affaires et son résultat s'en ressentent.
«Actuellement et suite à l'affaire Batam, le plafond d'escompte est passé à 2 mois du chiffre d'affaires, alors qu'avant il pouvait même arriver à 3 mois et 6 mois de chiffre d'affaires». Les banques ont ainsi escompté Electrostar, qui l'a fait pour ses clients pour ne pas les asphyxier. Et notre source de préciser par la suite que « tout le monde, à part Batam, est entrain de nous payer».
Liquidité et endettement
L'entreprise ne semble pour autant pas être lâchée par ses banquiers. Elle a en effet négocié avec les banques, un crédit de 9,5 MDT qui a été consolidé sur 9 ans, «à des conditions beaucoup plus avantageuses que le crédit par caisse ou le court terme» précise encore notre source. Cela lui permet de respirer et d'amortir dans le temps les retards de paiement de ses clients et éviter aussi les goulots d'étranglement de la trésorerie. Ce nouveau crédit a en fait servit à améliorer le bilan, en transformant des crédits court terme en long terme. En face de la rubrique emprunts qui a en effet augmenté de 1004%, il y a la rubrique «concours bancaires et autres passifs financiers» qui diminue de 38%. Le total de la dette de l'entreprise est ainsi passé de 47 MDT en 2002, à 35 MDT en 2003. Dans cette lecture des chiffres de l'endettement, il faut cependant, selon le management de la société, tenir compte de l'escompte commercial. Elément important, il ne figure en effet pas dans le bilan, mais en hors bilan. Le poste de l'escompte est en effet passé de 18,7 MDT en 2002 à 5,5 MDT en 2003. Décryptage : le total du court terme passe de 42,2 MDT à 20 MDT seulement en 2003. Et c'est en tenant compte de l'escompte qu'on réalise cette baisse de 12 MDT de l'endettement total. Cela est corroboré par la baisse de 25% de la rubrique «charges financières nettes» qui avait enregistré en 2002 une hausse de 32%.
Et notre source d'insister sur le fait que l'entreprise n'a pas de problème de trésorerie et que celle-ci est même positive. Et pourtant, selon les propres documents de l'entreprise, la trésorerie à la clôture de l'exercice, était négative (-10,8 MDT) et elle l'était aussi en début d'exercice (-20,8 MDT) ! Le management insiste pourtant et signe que «notre liquidité n'est pas tendue et nous disposons actuellement des moyens nécessaires à notre développement». L'explication on la trouve, encore une fois, en tenant compte, toujours selon le management de l'entreprise, du poste de l'escompte. La liquidité serait en effet positive, grâce aux 10,8 MDT de facilités accordées par les banques à Electrostar.
Et maintenant, que vais-je faire !?
Pour l'instant, le management reste serein, presque optimiste, en indiquant que le marché, celui des climatiseurs essentiellement, reste très prometteur pour les 10 prochaines années. L'optimisme se base sur une analyse de la capacité de crédit de la famille tunisienne. Celle-ci n'excède pas le 1500 DT par famille et cela laisserait de l'espace à plus, selon le management de l'entreprise qui demande donc aux autorités compétentes de «trouver les moyens qui structurent cette demande et nous permette de travailler». Selon Electrostar, la demande continue à être forte et il appartient au système financier à ne pas ignorer cette demande qu'elle situe entre 300 et 500 MD, pour lui apporter les solutions appropriées notamment à travers le crédit à la consommation. «Les différentes études montrent que l'endettement des ménages demeure dans des proportions raisonnables et que le Tunisien est soucieux d'améliorer son confort ménager et en a encore les moyens. Le marché est donc là et n'attend que des systèmes de crédit à la consommation» estime le management de la société.
La société revoit cependant ses objectifs et n'en laisse qu'un seul, celui des ventes sûres et au comptant. «Aujourd'hui, le marché change et nous devons changer de logique pour nous y adapter» ajoute notre source. Son objectif est désormais de vendre sans crédit, avec un maximum de 60 à 90 jours. «La stratégie consiste à vendre de façon saine et rentable ce qui nous conduit à redimensionner Electrostar, à œuvrer à remonter en chiffre d'affaires» précise encore notre source.
L'autre axe de cette nouvelle stratégie, selon les indications du management, consiste à nettoyer et à redimensionner la société en augmentant la rentabilité par les prix. Il prévoit donc, pour 2004, d'augmenter le chiffre d'affaires et estime que la demande est là pour le permettre. «On ne sera pas déficitaire en 2004, le RN ne descendra en tout cas pas au dessous du niveau de 2003. On fera même une progression en terme de chiffre d'affaires et en résultat net», soutient le management d'Electrostar. Et certifie même qu'il arrivera aussi à «baisser les délais de paiement des clients, à récupérer et à recouvrir les dettes et à diminuer les engagements bancaires et il y aura même une baisse relative des frais de gestion et des frais du personnel».
Batam, Electrokallel et les autres…
Comme la majorité des entreprises industrielles de son secteur, Electrostar fait partie des victimes du dossier Batam. Il semble cependant qu'il (Batam) soit le seul à s'en tirer, lentement certes, mais grâce surtout à son réseau structuré. Il devrait même sortir dans les prochains jours de l'administration judiciaire et négocierait avec les banques pour mettre au point une ligne de crédit de 24 MDT pour la vente à crédit, mais aussi un crédit de gestion, un crédit par caisse et un financement de stock. Le tout pour un total 30 MDT. A côté des 3,2 MDT mis dans le capital de Batam, dans le cadre du plan de règlement de M. Ali Dbaya, Electrostar a récupéré 2,4 MDT et n'en a finalement abandonné que 0,5 MDT. Pour le reste, la société ne s'estime pas plus touchée que d'autres et affirme qu'elle n'est pas impliquée et ne le sera pas, dans le développement de cette entreprise.
Le nom d'Electrostar a aussi été dernièrement lié à celui d'Electrokallel. On a beaucoup parlé d'une prise de participation de cette dernière dans le capital de la première dont la situation financière prêterait à équivoque. «On n'a mis aucun millime, ni au nom d'Electrostar, ni au nom d'aucune société du groupe» précise à ce propos le management d'Electrostar dont les dettes chez l'entreprise de Khaireddine Kallel s'élèvent à 1 MDT. «Nous avons été approché par Electrokallel pour entrer dans le capital et on a signé une convention début septembre 2003 pour le faire, si certaines conditions et certains éléments financiers le permettent. On devait en effet capitaliser notre dette, mais la convention devait aussi prendre fin le 30 du même mois. Avec l'aide des banques on a trouvé, que la situation nécessitait d'abord l'intervention des créanciers et des fournisseurs pour assainir. On est encore intéressé et on travaille toujours sur le sujet. Rien n'est décidé et rien n'est encore tombé à l'eau». C'est en ces termes que le management d'Electrostar a commenté les informations relatives à ses relations avec Electrokallel.
«Lorsqu'on s'intéresse à Batam ou à Electrokallel, souligne notre source, nous estimons qu'il est utile de voir ses circuits de distribution s'assainir et se redresser pour pouvoir structurer la distribution et satisfaire la demande. Nous continuons donc à suivre la situation de près et à travailler dessus, mais nous n'interviendrons qu'après l'assainissement, lorsque toutes les conditions seront réunies». Et pour mieux suivre le secteur et nombre de ses revendeurs, Electrostar a créé une cellule de veille et d'assistance «pour essayer d'apporter son aide à la relance» précise le management d'Electrostar. Notons aussi que la société compte publier un bilan consolidé de tout le groupe au titre de l'exercice 2003. On y verra alors certainement plus clair.


(c) Webmanagercenter - Management & Nouvelles Technologies - 04 / 03 / 2004 à 17 : 00


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.