Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Industrie 4.0 : Une option incontournable pour la Tunisie
Publié dans WMC actualités le 19 - 02 - 2020

C'est sûrement le choix de l'avenir. L'industrie 4.0 est un levier de compétitivité pour les industries en pointe. C'est également une planche de salut pour les secteurs traditionnels menacés par la désindustrialisation.
Alors quelle stratégie pour la Tunisie ?
Le séminaire national sur l'industrie 4.0 se déroule à Tunis, les 19 et 20 février 2020. L'industrie 4.0, c'est l'industrie intelligente. On parle de Smart industrie, c'est-à-dire de l'industrie numérisée. Comprenez qu'il est question des technologies de l'IOT, du Big Data, de l'intelligence artificielle et son corollaire la robotique. De l'industrie de pointe, comprenez l'avionique, ou l'industrie pharmaceutique notamment, y vont déjà. C'est là une tendance mondiale. Il n'y a plus qu'à prendre la vague, cela va de soi.
Lire aussi: Mustapha Mezghani explique ce qu'est l'industrie 4.0 et ses menaces pour la Tunisie
En revanche, pour les autres secteurs traditionnels, aller vers l'option 4.0 serait une issue pour se repositionner sur l'échelle des chaînes de valeur mondiales. Le pays subit un mouvement persistant de désindustrialisation. Il tiendrait avec l'industrie 4.0 une possibilité de riposte pour inverser le mouvement.
La Tunisie s'est lancée dans cette option 4.0, de manière sporadique. Elle souhaite générer un mouvement d'ensemble. A présent le pays se soucie d'une stratégie nationale, pour organiser un basculement total de toute l'industrie du pays.
Point de détail, le séminaire est accompagné d'un événement phare, organisé pour la circonstance, un "hackathon" qui dénote d'une volonté nationale de diffuser un état d'esprit propice à l'industrie 4.0.
L'esprit du hackathon
Ils sont 22 groupes constitués de 60 compétiteurs à se réunir dans le cadre d'un Hackathon expérimental. Cette compétition a démarré la veille du séminaire, c'est-à-dire le 18 février, et se prolongera sans arrêt durant 48 heures. Ils sont soit étudiants, soit promoteurs de start up, soit indépendants.
Trois entreprises, à savoir Leoni (entreprise allemande de composants automobiles), Telnet (société tunisienne de logiciels telecom) et Stelia aérospace (avionique) ont alimenté ce concours avec des problèmes concrets rencontrés sur leur chaîne de production.
Les 22 groupes proposeront, à l'issue des 48 h, des solutions pour la résolution de ces problèmes. Parmi elles, trois seront retenues et leurs auteurs primés lors d'une cérémonie à la clôture du séminaire.
Cette initiative vient rapprocher le milieu de l'université, de l'espace de la recherche et de l'univers de la production. Cet arrimage entre ces trois compartiments vitaux à la compétitivité de l'industrie de pointe est indispensable. Il préfigure l'écosystème propice à l'industrie 4.0. Cette résolution d'étendre cet écosystème à l'échelle nationale est soutenue par la coopération allemande GIZ et la Tunisie aura comme référent, en la matière, le modèle allemand, qu'il faudra naturellement implémenter aux couleurs locales.
Dr. Andreas Reinicke, ambassadeur d'Allemagne en Tunisie, a évoqué le cadre de l'expérience allemande. Elle est certes édifiante, au vu des performances de l'industrie allemande. On pense qu'un mix qui se serait inspiré aussi de l'expérience du Japon et de la Suède aurait été plus enrichissant. Nous gardons l'espoir que cela se fera en cours de route.
Quelle stratégie nationale
A la manière de ce qui a été fait pour le Programme de mise à niveau de l'industrie, la Tunisie a mis au point un plan d'action. Un groupe de 1 000 entreprises a été recensé, dans le cadre du basculement vers l'industrie 4.0.
A son démarrage, ce plan portera sur un groupe pilote de 100 entreprises et comportera la formation, dans l'esprit de l'industrie 4.0, d'un groupe de 500 cadres.
En appui à ce programme, trois centres d'excellence et de compétences seront mis sur pied à Tunis, Sousse et Sfax. Des financements extérieurs viendront de l'UE dans le cadre du plan INOVI, en plus des concours de la GIZ. On regrette que, pour le moment, il ne soit pas prévu d'aller vers les régions de l'intérieur pour diffuser cette vague 4.0.
Exporter plus et mieux
Slim Feriani, ministre de l'Industrie et des PME, dans son speech inaugural, a confirmé l'importance du partenariat avec l'Allemagne en matière de basculement vers l'industrie 4.0.
Le ministre a rappelé que le présent séminaire a été précédé, au mois d'avril 2019, d'un événement similaire destiné à l'intelligence artificielle. Le train de la numérisation est enfin lancé. L'objectif, à terme, serait que les industries technologiques représentent au moins 15% du total de nos exportations.
Nous pensons que cet objectif gagnerait à figurer dans le cadre des programmes de compétitivité lancé par le Conseil d'analyse économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.