Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie a perdu sa souveraineté, selon Elyès Fakhfakh
Publié dans WMC actualités le 03 - 09 - 2020

Un tableau sombre que celui brossé par Elyès Fakhfakh, chef du gouvernement sortant, lors de la séance de passation de pouvoirs avec Hichem Mechichi et au cours de laquelle il a dénoncé la détérioration de la vie politique dans notre pays et ses conséquences sur les aspects socioéconomiques et sécuritaires et les dangers qui planent sur la souveraineté nationale.
«Nous avons travaillé d'arrache-pied dès que nous avons pris nos postes pour sauver le pays de la propagation de la Covid-19. Nous l'avons fait avec beaucoup d'engagement, et nous avons apprécié l'élan de solidarité venu de tous nos compatriotes. Nous avons également entamé le processus de relance économique et mis en place les réformes qui s'imposent pour sauver le pays. Malheureusement, que n'a-t-on pas fait pour faire tomber notre gouvernement ».
Elyès Fakhfakh a attesté qu'aucune réforme socioéconomique, aucune stabilité ne seront réalisées en Tunisie sans la moralisation de la vie politique. « Je suis convaincu que tant que nous n'avons pas moralisé la vie politique et que nous ne l'avons pas assaini, nous ne pourrons pas sauver la Tunisie. Notre Etat est menacé, le clanisme, le corporatisme et les intérêts égoïstes y ont envahi tous les arcanes».
Le CDG partant se dit horrifié par la capacité du capital et de l'argent sale à corrompre les institutions démocratiques, menaçant la démocratie elle-même. Des financements douteux auraient pollué la vie politique et permis d'avoir des appuis auprès de tous les centres de décision depuis l'ARP, les instances indépendantes et jusqu'aux médias et l'administration et les institutions publiques.
Les flux de financements occultes menacent aujourd'hui la souveraineté nationale. «La Tunisie perd de plus en plus sa souveraineté, et la capacité des parties étrangères à déstabiliser le pays de l'intérieur à travers des parties tunisiennes est réelle. Si nous ne réagissons pas rapidement, nous condamnerons notre pays à la décadence et nous ouvrirons grande la porte à la violence ».
Elyès Fakhfakh a déploré la destruction des rêves des jeunes et leurs ambitions pour se projeter dans leur pays. Il a exprimé sa frustration de voir tous les programmes mis en place pour le sauvetage du pays échouer face aux campagnes et aux plans vicieux des mafias financières et politiques. « La Tunisie est de nouveau tombée dans l'instabilité politique alors que les crises socioéconomique, sanitaire et sécuritaire sont de plus en plus difficiles à solutionner ».
Le mot prononcé par Hichem Mechichi, nouveau CDG, a été court. Il a affirmé que son gouvernement arrêtera la chute libre de l'économie nationale et qu'il fera tout pour que la Tunisie reprenne son souffle et se remette sur pieds. Il a promis une bataille sans merci contre les terroristes et la petite et grande délinquance.
Les affirmations du CDG partant sont inquiétantes au plus haut point. Les promesses du nouveau CDG paraissent rassurantes.
Les Tunisiens devront attendre encore longtemps pour voir clair dans ce qui se passe dans leur pays et pour avoir de nouveau confiance dans une classe politique qui n'en est plus une.
Amel Belhadj Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.