L'Union des travailleurs de Tunisie appelle à durcir les contrôles des circuits de distribution    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM JEUDI 25 FEVRIER 2021    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    News | Et de huit pour Sliti    Covid-19 et crise économique : Les trois propositions de Kristalina Georgieva au G20    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Vaccination anti COVID-19 : Un sondage auprès des professionnels de la santé révèle des résultats inquiétants    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Météo | Temps brumeux le matin et températures stationnaires    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Covid-19 : 42 décès et 855 nouvelles contaminations enregistrés le 24 février    Les partenaires étrangers de la Tunisie tirent la sonnette d'alarme    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Le chef de la mission de l'UE fait un bilan d'étape    Des familles fuient les camps de déplacés à Marib    5 célébrités vivent une aventure inédite avec l'OPPO Reno5    13 morts dans deux attaques Forces démocratiques alliées    Imposture intellectuelle dites-vous ?    Luthistes à vos marques !    Si proches, si loin    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    La circulation des métros 3, 4 et 5 effectuée sur une seule voie du 26 février au 7 mars    '' Mechichi n'est qu'un résident à la Kasbah'' selon Zied Ghanney    Qui sont les députés Nahdhaouis qui ne participeront pas à la marche de samedi?    Neji Jalloul : Rached Ghannouchi a demandé l'aide des américains pour vaincre Abir Moussi    ''la tunisie n'est pas loin du risque de la faillite'' selon slim besbes    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    Plaidoyer pour une action arabe commune face à la Covid-19    Tunisie : Appliquons les dispositions de la Constitution, on n'aura plus de crise politique    Ligue 2 (5e journée) : Désignation des arbitres    CONDOLEANCES    Un nouveau programme d'accompagnement de jeunes voit le jour en Tunisie    Les familles des martyrs en sit-in    DECES: Lilia ENNIGROU épouse GORGI    L'exercice militaire multinational 'African Lion' aura lieu en Tunisie    Tunisie – Météo : Brume matinale et légère hausse des températures    Hommage: Gilbert Naccache, ce libre-penseur    Covid-19 – Tourisme : les professionnels recommandent le démarrage immédiat de la vaccination    Hennessy devient le premier partenaire de spiritieux mondial de la NBA    Vers une numérisation du secteur de l'énergie: Huawei lance Smart Modular Data Center 5.0    5G : Ooredoo signe un accord de partenariat avec le CERT    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Semaine agitée autour de l'islam en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels
Publié dans WMC actualités le 26 - 01 - 2021

Le serment prêté par les ministres devant le président de la République "n'est pas une procédure formelle mais constitue une règle fondamentale", estime le professeur en droit constitutionnel, Amine Mahfoudh, cité par l'agence TAP.
Réagissant aux propos du président de la République au cours de la réunion, lundi 25 courant, du Conseil de sécurité nationale sur "l'impossibilité pour certains ministres impliqués dans des affaires de corruption de prêter serment", le professeur en droit constitutionnel a précisé qu'être investi des fonctions de ministre passe par trois étapes: obtenir le vote de confiance de l'Assemblée des représentants du peuple, être nommé par le président de la République et prêter serment devant lui.
Si ces étapes ne sont pas suivies, la personnalité proposée ne peut pas exercer ses fonctions de ministre, a affirmé Amine Mahfoudh.
Pour lui, le texte de la Constitution, en particulier l'article 89 relatif aux dispositions de formation du gouvernement, n'est pas précis et n'a pas évoqué la question du remaniement ministériel, ce qui laisse la voie libre à plusieurs interprétations.
En l'absence de la Cour constitutionnelle, a-t-il expliqué, l'article 72 de la Constitution permet au président de la République d'avoir le dernier mot dans tout litige se produisant entre le président de la République, le chef du gouvernement ou le président du Parlement.
A rappeler que chef de l'Etat a indiqué, lors de la réunion du Conseil de sécurité nationale (lundi 25 janvier) au sujet du remaniement ministériel, qu'aucun article de la Constitution ne stipule que le remaniement doit être soumis au vote du Parlement. Cette mesure est seulement énoncée dans le règlement intérieur du Parlement.
Il ajoute par ailleurs que les personnes suspectées dans des affaires de corruption ou de conflit d'intérêts ne pourront pas prêter serment (devant lui).
"Comment peut-on se permettre d'écarter l'ancien chef du gouvernement (Elyès Fakhfakh, NDLR) pour conflit d'intérêts et proposer ensuite des noms suspectés de corruption et de conflit d'intérêts ?", s'est-il interrogé.
Une séance plénière se tient ce mardi à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) consacrée au vote de confiance au ministres proposés dans le remaniement ministériel proposé le 16 janvier dernier par le chef du gouvernement, Hichem Mechichi. Il concerne onze portefeuilles ministériels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.