Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



" Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture
Publié dans WMC actualités le 02 - 12 - 2021

Un classique du cinéma français, "Pierrot le Fou" de Jean-Luc Godard, a ouvert, mercredi soir, le cycle des projections du festival " Vues sur les arts " qui se tient du 1er au 5 décembre, à l'Agora à La Marsa.
"Pierrot le Fou" (1h55') est un road-movie des années 60, sorti au mois de novembre 1965, qui offre un retour sur le cinéma de la nouvelle vague. Il est diffusé en guise d'hommage à l'œuvre du cinéaste franco-suisse, Jean-Luc Godard, qui est le parrain du festival. C'est aussi en hommage à son acteur Jean-Paul Belmondo, décédé le 6 septembre 2021, qui faisait ses débuts dans ce film culte.
Dans "Pierrot le Fou", Belmondo interprétait le rôle principal (Ferdinand) aux côtés de l'actrice Anna Carina (Marianne), épouse du réalisateur. Ce dernier est un pionnier de la nouvelle vague en traduisant sa vision expérimentale dans une œuvre qui réunit tous les éléments esthétiques.
Une cérémonie officielle a eu lieu, mercredi soir, au siège du festival à La Marsa qui célèbre aussi l'art de la poésie à travers des films en hommage à l'œuvre d'Arthur Rimbaud (20 octobre 1854 – 10 novembre 1891). La programmation culturelle et artistique met à l'honneur ce poète français dont le monde fête cette année le 130è anniversaire de sa mort.
L'œuvre du sociologue et philosophe français Edgar Morin est largement présente dans une sélection de films de Jean-Michel Djian et dans les masters class au line-up. Ce natif du 08 juillet 1921 fête cette année ses 100 ans.
La cérémonie a été suivie par la projection du film d'ouverture, en présence de professionnels du cinéma dont le Français Jean-Michel Djian, producteur, réalisateur et journaliste, et ses compatriotes, de l'île Corse, Alix Ferraris, directeur du festival " Les Nuits Méditerranéennes du court-métrage et le cinéaste Bonnot Gallucci.
Autour des invités, Mohamed-Ali Okbi, président de Vues sur les Arts, a présenté " des personnalités venues accompagner le festival " en sa 2ème édition. Alix Ferraris anime les ateliers et les débats sur les films au programme. Lors de sa présentation, le directeur du festival a parlé d'"un homme qui a plusieurs palettes.. il est en même temps un homme de cinéma, de culture et de festival ".
Deux documentaires de Jean-Michel Djian sont au centre de l'atelier "L'art du documentaire ". " Rimbaud, le roman de Harar " (2015), est un film réalisé en hommage au poète français Arthur Rimbaud et ses dernières années à Harar en Ethiopie. Dans " Journal d'une vie " (53', 2021), Djian dresse un portrait d'Edgar Morin à partir d'archives filmées, d'interviews et témoignages de gens qui l'on côtoyé.
Edgar Morin a écrit deux livres majeurs qui concernent tous ceux qui aiment le cinéma, Le cinéma ou l'homme imaginaire (1956) et Les Stars (1957), a déclaré Djian, qui au-delà du statut de visionnaire, il qualifie " un voyant qui était bien en avance sur les pratiques culturelles de son époque et sur la manière de voir la société".
" Bien qu'on parle de l'industrie culturelle, c'est lui qui a inventé ce concept ", ajoute ce grand habitué de la Tunisie qui "aime faire des films documentaires beaucoup plus que de fiction". Une passion jusqu'à devenir "boulimique ", dit-il dans une métaphore qui traduit son orientation vers le réel.
" L'univers rimbaldien " est l'une de ses passions, autour duquel il dit avoir écrit plusieurs livres et une série d'émissions sur France Culture où il est producteur.
Sa présence dans le festival sera donc orientée vers deux personnages dont " l'un est vivant qu'il estime avoir " attrapé dans sa vivacité et sa tonicité, un personnage qui à 100 ans continue à jouir à la vie ".
Auparavant, Okbi était revenu sur sa rencontre avec Belmondo en Tunisie qui avait abrité une partie du tournage du film "Les Morfalous " d'Henri Verneuil (1984) qui est une adaptation cinématographique du roman éponyme de Pierre Siniac (1968). Ce dernier était également co-scénariste dans le film. Cette fiction de 106' est aussi un remake du film américain " De l'Os pour les Braves " de Brian G. Hutton (1970).
Belmondo était à l'affiche de ce film d'aventure qui est une production franco-tunisienne d'Henri Verneuil, Alain Belmondo (frère de l'acteur) et Tarek Ben Ammar.
L'histoire se passait en Tunisie durant la seconde guerre mondiale autour du voyage, à travers des villes tunisiennes, d'un convoi de la légion étrangère française pour récupérer des lingots d'or.
Okbi, alors " premier-assistant au film ", l'avait accompagné à Mahdia pour faire le repérage des lieux où devait se dérouler le tournage. Il évoque un personnage qui " avait le sens de l'humour et qui aimait bien la vie ". Partant de cette proximité avec l'acteur, devenu producteur de cinéma et directeur de théâtre, Okbi lui rend hommage dans " Vues sur les Arts " dont la tenue coïncide avec la disparition récente de l'artiste.
" Jean-Luc Godard, parrain du festival, avait découvert Belmondo et en a fait une star alors qu'il était complètement inconnu ", a estimé Okbi, citant un acteur talentueux qui ne s'était pas limité aux films culturels, puisque il a pu s'inscrire dans plusieurs registres cinématographiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.