Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine : Voici la proposition d'Othman Jerandi    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Météo | Températures en légère hausse ce samedi    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    Ephéméride – 4 décembre 2012 : Les Ligues de protection de la révolution attaquent le siège de l'UGTT    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tourki : l'INLUCC infiltrée et politisée depuis 2017    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisair : Mise à jour des conditions de déplacement vers le Canada    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Infos bourse – Le titre Essoukna baisse considérablement    Tourisme | Le réseau français « Selectour » tient son 11ème congrès en Tunisie    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Tunisie : Malek Ezzahi plusieurs recrutements des personnes handicapées dans la fonction publique    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    Les Gouverneurs des Banques centrales de la Tunisie, du Maroc et de l'Egypte insistent sur l'importance de la coordination entre la politique monétaire et budgétaire    Candidature au Conseil de paix et de sécurité de l'UA Précisions de la diplomatie tunisienne    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment Ennahdha va garder le contrôle de la Kasbah
Publié dans Business News le 07 - 07 - 2021

La saison des grandes manœuvres commence et les spéculations vont bon train à propos d'un nouveau gouvernement, de sa composition et de sa présidence. Le dernier communiqué du conseil de la Choura d'Ennahdha est clair, le parti souhaite voir en place un gouvernement politique qui permettrait aux partis politiques de prendre leurs responsabilités. Les leaders d'Ennahdha se sont succédé sur les plateaux télé pour expliquer cette revendication et surtout pour dire qu'il s'agit d'une vieille demande du parti islamiste, qui date de la décision de Hichem Mechichi de mettre en place un gouvernement de « compétences indépendantes ».
Toutefois, il est amusant de remarquer que le texte du communiqué n'évoque pas la présidence de ce nouveau gouvernement. Pourtant, l'ensemble des apparitions médiatiques à ce propos parle de Hichem Mechichi qui garderait la présidence. C'est que la question n'est pas simple.
D'un côté, garder Hichem Mechichi à la présidence du gouvernement a plusieurs avantages. Le premier est politique dans le sens où on verrait mal M. Mechichi se rebeller soudainement contre le parti islamiste ou tenter de contrecarrer ses plans. Depuis sa prise de fonctions, l'entente est cordiale entre le locataire de la Kasbah et le plus important des composants de son « coussin » politique. Ennahdha n'a aucune garantie quant à la « docilité » d'un autre futur chef du gouvernement, même s'il venait de ses propres rangs.

Et puis garder Hichem Mechichi à la Kasbah permet de faire l'économie d'un casse-tête au niveau de l'ARP et du respect des procédures. Tant qu'il est chef du gouvernement, Hichem Mechichi peut opérer un remaniement, même s'il équivaut à changer toute son équipe. On pourra ensuite replonger dans la polémique de la nécessité d'obtenir, ou non, la confiance du Parlement pour un remaniement. Une piste qui avait déjà été explorée pour un règlement du blocage politique avec le président de la République. Par contre, changer Hichem Mechichi implique des rounds interminables de négociations pour trouver et faire passer son successeur. Ensuite se mettre d'accord sur une composition et passer le tout devant l'Assemblée. Par conséquent, il est bien plus simple de garder Hichem Mechichi à la tête du gouvernement, non pas pour sa personne, mais parce que son éviction ou sa démission équivaut à celle de tout le gouvernement. Pour éviter ce scénario, il vaut mieux, pour Ennahdha, travailler sur la composition même du gouvernement. L'autre partie qui risquerait de perturber ce plan est le président de la République. Mais il semblerait que Kaïs Saïed a renoncé à sa volonté de voir Hichem Mechichi partir et il serait favorable au moins à l'idée que les partis politiques prennent leurs responsabilités de façon directe. Dans son douloureux apprentissage de la politique, Kaïs Saïed apprend visiblement à lâcher du lest.

D'un autre côté, Ennahdha met la pression sur Hichem Mechichi concernant son équipe rapprochée au niveau de la Kasbah. Car si Hichem Mechichi ne se montre pas plus coopératif que cela, il n'y aurait pas grand intérêt à le garder à la Kasbah. Le problème ne se pose pas avec la personne de Hichem Mechichi, mais plutôt avec ses conseillers et particulièrement son directeur de cabinet, Moez Lidinallah Mokadem. Selon certains échos, ce dernier s'opposerait à plusieurs nominations demandées et suggérées par le parti islamiste. M. Mokaddem mettrait des bâtons dans les roues d'Ennahdha et tenterait par tous les moyens de réduire son influence au niveau de l'exécutif. Les nominations de délégués et de PDG d'entreprises publiques sont entravées par le directeur de cabinet, que certains présentent même comme le vrai patron de la Kasbah. Il est évident que le parti Ennahdha ne saurait maintenir son soutien à Hichem Mechichi s'il garde dans son équipe des éléments perturbateurs tels que Moez Lidinallah Mokaddem. D'ailleurs, l'appellation « gouvernement politique » implique la présence des partis soutenant Mechichi au sein de son cabinet au niveau de la Kasbah. Donc plus de place pour les empêcheurs de tourner en rond. Cela semble être une condition sine qua none pour que le parti Ennahdha permette à Hichem Mechichi de rester à la Kasbah. La question qui se pose est de savoir si le chef du gouvernement acceptera de remanier largement son équipe gouvernementale ainsi que son équipe de conseillers à la Kasbah, pour rester à son poste ? Tout est possible pour satisfaire les partis qui lui permettent d'être chef du gouvernement.
A lire également
La Kasbah s'oppose à des nominations proposées par Ennahdha

Devant les gesticulations de ses adversaires politiques, Ennahdha est parvenue à garder sa position avantageuse. Le parti islamiste conserve sa mainmise sur la présidence du gouvernement et l'utilise à son avantage. Du côté du président de la République, la pression, notamment internationale, est devenue trop grande et l'a obligé à recevoir Rached Ghannouchi dans un entretien qualifié de « positif ». L'ARP est noyée dans les méandres de la médiocrité et ne peut, de toute façon, jouer aucun rôle dans les manœuvres du parti islamiste. L'Assemblée examinait hier un projet de loi sur Tunisie Autoroutes sans rapport avec l'actualité et, de toute façon, son activité s'arrêtera à la fin de ce mois. En plus, les sbires d'Al Karama sont là pour faire le sale boulot et jouer à merveille leur rôle de parechoc.

Finalement, Ennahdha aura réussi à se mettre dans les meilleures dispositions possibles pour négocier dans la perspective d'un dialogue national ou dans celle de tractations plus « intimes » avec le président de la République ou les autres partis. Ennahdha a manœuvré pour pousser ses pions et mettre la pression sur un exécutif chancelant tout en obligeant Kaïs Saïed à être plus rationnel. Ce qui est sûr, quelle que soit l'option qui sera retenue au final, Ennahdha aura le contrôle de la Kasbah, pendant que les autres gesticulent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.