Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie-coronavirus : Vers le durcissement des mesures sanitaires ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    Tunisie-coronavirus : Vers la levée du couvre-feu ? La réponse    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Affaire Béchir Akermi : La justice de nouveau dans la tourmente !    teste    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Les dirigeants de l'UGTT et les enseignants vacataires s'assoient aujourd'hui autour de la même table    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les gagnants et les perdants du vote de confiance
Publié dans Business News le 02 - 09 - 2020

Le gouvernement de Hichem Mechichi a fini par obtenir la confiance du Parlement, comme cela était prévu avant même le début de la plénière. D'après les résultats du vote, il semble qu'Attayar, la coalition Al Karama et le PDL ont voté contre ce gouvernement, formant ainsi la nouvelle opposition parlementaire.
En face, ils auront une coalition bricolée regroupant au moins 120 élus, qui se propose, selon les dires de Nabil Karoui, de fournir la fameuse assise politique au gouvernement. Mais les résultats de ce vote vont au-delà de ces considérations et il aura fait des gagnants et des perdants.

Les perdants : Kaïs Saïed
C'est sans doute le plus grand perdant de ce vote et de l'obtention de la confiance du Parlement par Hichem Mechichi. Le président de la République a multiplié les manœuvres, y compris une lecture hasardeuse de l'article 100 de la constitution, pour empêcher Hichem Mechichi d'accéder à la Kasbah. Ce dernier s'est acoquiné avec Rached Gahnnouchi et Nabil Karoui ce qui a eu le don de faire regretter son choix à Kaïs Saïed.
Aujourd'hui, avec ce vote, Kaïs Saïed perd l'initiative politique qui était sienne depuis la chute du gouvernement de Habib Jamli. Il se retrouve isolé politiquement et franchement battu par le jeu des partis. Il devra également gérer ce qui se dit sur l'influence grandissante de sa cheffe de cabinet Nadia Akacha et dissiper l'impression que l'Histoire se répète, lui qui prétendait apporter un souffle nouveau. Au bout du compte, le choix qu'il a opéré lui a échappé et les partis lui ont fait regretter d'avoir voulu diriger sans eux.

Hichem Mechichi
Certains journaux auront beau décrire le vote d'hier comme étant une éclatante victoire pour Hichem Mechichi, il n'en est rien. C'est probablement le seul chef du gouvernement qui prendra ses fonctions en ayant à dos les partis politiques et la présidence de la République. Car il ne faut pas s'y tromper, le vote accordé par les partis à Mechichi n'est qu'une forme de racket politique qui permet à Nabil Karoui par exemple d'annoncer un prochain remaniement.
Hichem Mechichi n'a convaincu ni par sa personnalité, ni par son programme. Il est redevable aux partis qui l'ont amené à la Kasbah, et quand les vapeurs d'une victoire éphémère se seront dissipées, viendra l'heure de l'addition, et elle fera mal. Si Hichem Mechichi ne cède pas aux partis, ils pourront le faire virer de la Kasbah, surtout qu'il ne pourra espérer aucun soutien de Carthage. S'il cède aux partis, avec un remaniement dans deux mois, il n'aura plus aucune crédibilité. Donc sa marge de manœuvre est très étroite.

Le camp progressiste
Y a-t-il une seule élection où ce camp ne sort pas perdant, d'une manière ou d'une autre ? De mémoire, non. L'obtention de la confiance par Hichem Mechichi ne fait pas l'exception. Comme l'a si bien dit Mongi Rahoui lors de son intervention, on entendra tous les prétextes concernant l'intérêt du pays, la recherche de la stabilité, mais la réalité est qu'ils ont peur de perdre leurs sièges à l'ARP. Le camp progressiste pourra se réjouir du fait que les islamistes ne sont plus au gouvernement, mais ils occultent le fait qu'ils resteront au pouvoir. Les progressistes ont aidé Ennahdha et son acolyte Qalb Tounes à mettre un pion à la Kasbah. Est-ce par calcul et convergence d'intérêts ou parce qu'ils ont toujours été les idiots utiles des islamistes ? Peu importe, le fait est qu'Ennahdha ne pouvait espérer une meilleure situation. Au fond, y a-t-il une différence substantielle entre Hichem Mechichi et Habib Jamli ?

Les gagnants : Ennahdha
Le parti islamiste a bien tiré son épingle du jeu en « retournant » Hichem Mechichi en sa faveur. Les députés islamistes ont même trouvé le moyen d'inventer un concept absurde : nous vous donnons nos voix sans vous accorder notre confiance ! Quoi qu'il en soit, le parti de Montplaisir sort gagnant de cette bataille dans la guerre qu'il mène contre Kaïs Saïed. Il reprend également l'initiative politique et son conseil de la Choura pourra rythmer la vie politique tunisienne, comme ce fût le cas lors de l'attente de la position d'Ennahdha vis-à-vis de ce gouvernement.
Le parti islamiste se trouve dans les meilleures dispositions possibles : un technocrate maitrisé et redevable à la Kasbah, gouverner sans en prendre la responsabilité politique. Tout cela a été rendu possible par la naïveté politique du président de la République. On se prend pour de grands stratèges à Carthage alors que les cartes se jouent à Montplaisir, et c'est Montplaisir qui a gagné. Accessoirement, cette victoire permettra, au niveau interne, d'aborder le congrès du parti dans de meilleures dispositions.

Qalb Tounes
Le parti Qalb Tounes, présidé par Nabil Karoui, a réussi à se mettre au centre de la scène politique tunisienne, avec l'aide précieuse d'Ennahdha évidemment. Pourtant avec un poids respectable à l'ARP, Qalb Tounes, à cause de Kaïs Saïed et d'Elyes Fakhfkah particulièrement, a toujours été maintenu à l'écart de la tambouille politique. Ceci a frustré les dirigeants du parti et leur président. Aujourd'hui, avec le passage de Hichem Mechichi à l'ARP, la donne a changé et Qalb Tounes pourra prétendre manœuvrer avec Ennahdha pour placer ses hommes. Les chantres de la lutte contre la pauvreté devront aussi veiller à ce que le bilan de Hichem Mechichi ne soit pas trop catastrophique.

Attayar
La victoire du parti Attayar consiste à avoir retrouvé sa « place naturelle » d'opposant puisque la courte expérience du pouvoir a porté préjudice à la réputation du parti. Attayar n'a pas laissé Ennahdha dicter le rythme de la vie politique et s'est positionné contre ce gouvernement, en son âme et conscience, sans attendre la décision du conseil de la Choura pour se positionner en fonction. Dès hier soir, on a vu une Samia Abbou libérée et débarrassée des contraintes de la solidarité gouvernementale. Mohamed Abbou lui a emboité le pas en annonçant sa démission et son retrait de la vie politique.

Ce bilan n'est pas exhaustif et les implications du vote d'hier pour le gouvernement Mechichi vont plus loin et auront un impact décisif. Ce qui est important c'est la Tunisie et son avenir. La stabilité, perdue dans notre pays depuis le décès de feu Béji Caïd Essebsi, ne semble pas être à l'ordre du jour, même avec l'obtention de la confiance. On parle déjà de remaniement et de politisation du gouvernement, avec tout ce que cela implique comme difficultés dans le fonctionnement. L'avis de nos partenaires étrangers est également à prendre en considération devant au vu des difficultés financières et économiques auxquelles le pays fait face. Au final, nous nous retrouvons tous dans un cirque qui ne veut pas arrêter de tourner au gré des arrangements et des alliances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.