Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Slim Riahi est concerné par le référendum et les élections législatives    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    High Tech & Innovation    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Des Israéliens à la Ghriba    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Prévenir la pénurie alimentaire    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Le président Kaies Saïed reçoit Farouk Bouasker    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Imed Hammami: Un remaniement ministériel est nécessaire    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    La nuit des musées tunisiens: Ouverture exceptionnelle de 15 musées la nuit le 18 mai    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nabil Hajji : Il n'y a pas eu de réaction face au véritable péril permanent !
Publié dans Business News le 14 - 09 - 2021

Le député d'Attayar, Nabil Hajji, a affirmé que le véritable péril permanent avant le 25 juillet 2021 était la présence du mouvement Ennahdha au pouvoir.
Invité, le 14 septembre 2021, par la radio Mosaïque FM, Nabil Hajji a estimé que ce péril était présent depuis 2012. « L'Assemblée des représentants (ARP) du peuple s'est transformée en porcherie ! », a-t-il ajouté.
Suite à l'application de l'article 80 de la Constitution, il n'y a pas eu de réaction face à ce péril permanent, selon lui. Il a expliqué qu'il n'y a pas eu de poursuites judiciaires contre quiconque appartenant au mouvement Ennahdha.
« S'il n'y a pas eu d'intervention de la justice, pourquoi avons-nous donc appliqué l'article 80 ? », s'est-il interrogé.
Il a, également, critiqué la lenteur dans la désignation d'un nouveau chef de gouvernement. « 50 jours pour trouver un chef de gouvernement ! A ce rythme-là, nous aurons besoin de 150 jours pour le reste des problèmes. Nous faisons du sur place ! », a-t-il déploré.
Par la suite, le député a estimé qu'il n'est pas possible de réviser la Constitution en cas de l'application de l'article 80 de celle-ci. Il a expliqué que l'article en question permet d'annoncer et d'appliquer des mesures exceptionnelles, or la constitution ne peut être considérée comme une mesure exceptionnelle.
« La Constitution est permanente. Une révision du texte en temps de mesures exceptionnelles signifie-t-elle l'annulation de celle-ci lors du retour à la situation normale ? », s'est-il interrogé encore une fois.
« Aller vers une révision de la Constitution en changeant le régime politique est un passage vers la troisième République… De plus, on ne peut réviser la Constitution en temps de tensions. Ceci doit avoir lieu dans le clame », a-t-il poursuivi.



Le président de la République, Kaïs Saïed, selon lui, ne peut modifier la Constitution en l'absence de cour constitutionnelle.
Nabil Hajji s'est interrogé sur les demandes de révision de la Constitution. « Si Nabil Karoui était président, on ne ferait pas face à ce débat », a-t-il affirmé.

Il a estimé que le problème ne réside pas dans la nature du régime politique.
« Nous avons un problème de corruption de la classe politique. Malheureusement, nous n'avons pas constaté d'initiatives concernant ce sujet. La solution ne peut résider en la Constitution. Un système parlementaire ou présidentiel ne peut réformer la société. Nous avons, aussi, été élus et nous détenons une légitimité. J'ai le droit de m'exprimer en tant que citoyen », a-t-il affirmé.

Il a rappelé que le peuple était mécontent quant à ce qui se passait à l'ARP. Le vote de lois était sujet de négociations et de marchandage, selon lui. Le peuple ne demandait pas la révision de la Constitution. Il n'y avait pas d'appel à un changement de régime politique.
« Même si nous adoptons un système présidentiel, et que le président de la République ne bénéficie pas d'une majorité parlementaire, nous nous retrouverons dans une situation de blocage », a-t-il expliqué.


« L'existence du parti Attayar n'est pas liée à celle de Kaïs Saïed ou du mouvement Ennahdha ou autre. On ne peut pas imaginer une démocratie sans partis ou entités politiques. On ne peut pas imaginer une assemblée composée de 217 députés indépendants et sans blocs parlementaires. Ceci ne permettra pas de voter les lois. S'il n'y a pas de lutte contre la corruption, quelque soit la constitution et le système électoral adoptés, rien ne changera », a-t-il insisté.
Nabil Hajji a expliqué qu'Attayar avait soutenu l'annonce des mesures exceptionnelles parce qu'il comprenait les raisons de celles-ci. Il a considéré que le président de la République se trouve devant une occasion historique pour réformer et améliorer le quotidien des Tunisiens.

Nabil Hajji a, par la suite, rappelé les incidents survenus à l'ARP sous la présidence de Rached Ghannouchi. Il a aussi évoqué la crise interne au sein du mouvement Ennahdha. « Malgré cela, il n'a pas accepté de démissionner », a-t-il dit.
S'adressant au président de la République, Nabil Hajji a souligné l'importance de l'ouverture et de la communication. Il doit être conseillé, selon lui, par les gens qu'il considère honnêtes. « La fin de celui qui monopolise la décision ne peut être que triste », a-t-il signalé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.