Coronavirus : 1 décès et 47 nouvelles contaminations, Bilan du 17 octobre    L'Algérie renforce ses vols à destination de la Tunisie    Tunisie – 21 personnes toujours portées disparues dans le naufrage d'une barque au large de La Chebba    Ligue des Champions : programme des matches retour du 2e tour préliminaire    Tunisie – Un avion libyen atterrit d'urgence à Monastir    Tunisie : Appel à l'élaboration d'une loi contre les violences politiques virtuelles    Décès de l'ancien chef ce la diplomatie américaine Colin Powell des suites du covid    Tunisie – Le parti « Achaâb yourid » appelle Nadia Akacha à démissionner et à se rendre à la justice    Seif Eddine Makhlouf n'a pas été transféré à l'hôpital militaire    Tunisie – Tunisair Express : Reprise des vols Tunis – Tozeur    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Opel dévoile la sixià ̈me génération de l’Astra    Signature d'un accord entre Syphax Airlines et TUI Russia pour le transport de 50.000 touristes depuis la Russie vers la Tunisie    Ounaies : Il ne faut pas prendre négativement la séance du Congrès US à propos de la Tunisie    Aux yeux de Kaïs Saïed, si tu es riche, tu es suspect !    Foot Tunisien – le Bilan de nos expatriés    Yassine Ayari exprime son entière solidarité avec Moncef Marzouki et Ahmed Nejib Chebbi    Bir Bouregba: Taoufik Charfeddine se rend au siège de l'unité spéciale de la Garde nationale    Mohamed Ali Boughdiri : Il ne faut pas avoir peur du retour de la dictature en Tunisie    Amen Allah Messaâdi : La loi sur le passe vaccinal est en train d'être élaborée    Tennis – Classement ATP : Malek Jaziri 297e mondial    Le ministre du Tourisme assiste aux festivités du Mouled à Kairouan [Photos]    Accès gratuit aux monuments historiques à l'occasion de la fête du Mouled    Dr Reinincke à la tête du German Orient Institute    Bilan - Covid-19 : 133 nouveaux cas et trois décès le 16 octobre    Le ministère du commerce lance un programme de contrôle du secteur des fruits et légumes    Signature d'une convention de partenariat entre Fipa Tunisia et Novation City    Montpellier – Lens : Où regarder le match en direct et live streaming ?    QNB participe à la campagne de sensibilisation à l'importance du dépistage précoce pour prévenir le cancer du sein    Riadh Zghal - Tunisie: Où va le processus de la transition démocratique ?    Octobre rose : Campagne de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein à Sidi Bouzid    Ons Jabeur s'incline face à Paula Badosa Gibert    Lyon vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Les membres du Grand Jury des JCC    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !
Publié dans Business News le 27 - 09 - 2021

Le député démissionnaire du mouvement Ennahdha, Samir Dilou a expliqué qu'il avait évité de qualifier les mesures annoncées le 25 juillet 2021 de coup d'Etat afin de ne pas fermer les portes au dialogue. « La chose est devenue plus claire après le 22 septembre … Un pays ne peut avoir une constitution dont les limites d'application sont inconnues », a-t-il déploré.
Invité par la radio Express FM le 27 septembre 2021, Samir Dilou a réaffirmé son respect envers le président de la République. « Je crois encore qu'il n'a pas le profil d'un dictateur… Néanmoins, nous nous sommes, malheureusement, retrouvés dans un régime autocratique ! Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed ! Et s'il ne respectait pas les droits de l'Hommes et la loi ? Vers qui devons-nous nous tourner ? », s'est-il exclamé.
Le député a appelé le président de la République à ne pas essayer d'appliquer son projet politique personnel. Il a considéré qu'il ne peut pas y avoir de relations directes entre un président et son peuple. Samir Dilou a souligné l'importance de la participation de structures intermédiaires telles que les partis et les syndicats. Il a, à ce sujet, insisté sur le poids politique de l'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT). « Le président peut consulter d'autres experts en droit constitutionnel », a-t-il déclaré.
Samir Dilou a, aussi, critiqué l'attitude du président en voulant exécuter un projet politique personnel sous prétexte que ce dernier traduit la volonté du peuple. « Il ne s'agit pas d'un problème de fond puisque le fond nous est inconnu ! Le décret 117 est un monstre juridique ! Certains individus que se disent experts en droit constitutionnel tentent d'effectuer un parachutage des approches juridiques ! Ayez le courage de dire que vous êtes contre la Constitution tunisienne ! Lamine Bey, Habib Bourguiba et Ben Ali n'avaient pas ces prérogatives ! », a-t-il critiqué.
Le député a, également, affirmé que la situation d'avant 25 juillet 2021 avait conduit à cette autocratie. Il a estimé que l'absence d'une Cour Constitutionnelle en est l'une des principales causes. Samir Dilou a considéré que la dégradation de la scène politique avant le 25 juillet 2021 ne signifie pas que la période qui a suivi serait meilleure.



« La justification du non-respect de la Constitution par les dépassements ultérieurs n'a aucun sens ! De plus, notre pays n'appartient à personne, y compris le président de la République même s'il est élu par cinq millions d'individus ! », a-t-il insisté.
Par la suite, revenant sur les raisons de la démission de plusieurs leaders du mouvement Ennahdha, Samir Dilou a exprimé sa réticence envers la loi sur la réconciliation et plusieurs autres lois douteuses. Il a cité à titre d'exemple la loi de finances et la loi de relance économique.
« Il y a eu plusieurs erreurs. Ce qui devait arriver arriva. Nous avons échoué dans notre tentative de réforme. La joie du peuple envers l'annonce des mesures exceptionnelles du 25 juillet 2021 était un choc. La scène politique, ce qui s'est passé au sein du parlement, certaines déclarations, l'absence de réformes socio-économiques, des politiciens très loin d'être irréprochables... Tout cela a conduit à une haine envers l'expérience démocratique en Tunisie », a-t-il déploré.
Par ailleurs, Samir Dilou a nié la possibilité de former un nouveau parti similaire au mouvement Ennahdha. « Il n'y aura pas de parti "Ennahdha-bis". Les échanges et les débats autour des pensées politiques pourraient nous mener vers la création d'une nouvelle entité qui n'aura pas forcément la forme d'un parti politique. Il peut s'agir d'un forum, d'un mouvement ou d'une association », a-t-il expliqué.
Le leader démissionnaire du mouvement Ennahdha a rappelé que la gestion des conflits internes au sein du parti a conduit aux démissions collectives. Il a, également, souligné l'impact de l'élection du président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, à la tête de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.