Rafik Abdessalem à propos de Kaïs Saïed : Un aveugle qui dirige un groupe d'aveugles    Augmentations salariales dans le secteur privé: L'accord sera signé la semaine prochaine    Variant Omicron - Nouvelles mesures pour les voyageurs à destination de la Tunisie    Le sélectionneur de la Grèce jette l'éponge    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Des députés d'Ennahda, Qalb Tounes et Al Karama à l'Assemblée de l'Union interparlementaire    TGM la Marsa : une coupure d'électricité derrière l'accident    Le ministre de la Santé reçoit l'ambassadeur de Hongrie en Tunisie    Mohamed Abbou : Qualifier Kaïs Saïed d'honnête m'a mis dans le pétrin !    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Les services de la dette extérieure ont progressé de près de 21%    MEMOIRE : Hassen MEKKI    Evénements de Siliana, 9 ans déjà ! : La plaie est toujours ouverte !    NBA : les Lakers surpris par les Kings, les Suns 15/15    Ennahdha appelle à l'organisation d'élections anticipées    Attendant avenue Bourguiba : l'oncle de l'assaillant témoigne    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    Coronavirus: Suspension des cours dans un collège à La Manouba    Le barbier... des Sénateurs    Des établissements scolaires ont été fermés après l'enregistrement des cas de contamination par le coronavirus    «RIMBAUD. Le Bateau ivre a 150 ans», sous la direction de Giovanni Dotoli et d'autres chercheurs : Célébration du prodigieux «Poème de la mer» de «l'homme aux semelles de vent»    On nous écrit | Retour sur la Foire internationale du Livre de Tunis 2021 : Lire délivre    1ère édition du Salon du livre audio en Tunisie les 27 et 28 novembre à la Bibliothèque Nationale de Tunisie : Le livre à l'ère du numérique    Villarreal – Barcelone : Liens streaming pour regarder le match    UST : Le grand défi    Météo : Temps nuageux avec des pluies éparses    Du côté du Parc A | Amri opéré avec succès    Le bilan du champion en titre à l'aller est peu convaincant : Une Espérance qui doit mieux faire    Tennis : Les ambitions de Malek Jaziri    Ligue 1 : Plus de deux mois d'arrêt du championnat    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    4 nouveaux gouverneurs nommés    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Semaine boursière : L'ATB consolide fortement ses assises financières    The Washington Post évoque la Tunisie    En vidéo : ''Un centre d'esthétique en Tunisie a fait des ravages sur les gens'', selon une influenceuse internationale    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    La banque allemande KfW débloque 18,5 M€ en faveur de la protection du littoral tunisien    Tunisie: Une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner de grosses pertes !    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Migration clandestine : Un oubli regrettable !    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    Disparition de Mohamed Bouamoud, adieu l'ami !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !
Publié dans Business News le 28 - 10 - 2021

Le député et ancien membre du parti Ennahdha, Samir Dilou a considéré que la suspension de l'activité parlementaire durant jusqu'à octobre 2024 était scandaleuse et pouvait être qualifié de crime.
Invité le 28 octobre 2021 par la Radio Nationale, Samir Dilou a estimé que le président de la République devait avoir le courage de dissoudre le parlement s'il le voulait. « L'image de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) était catastrophique, mais nous devons observer les chiffres », a-t-il dit.

Pour ce qui est du projet politique évoqué par la campagne explicative, le député a estimé que ceci signifiait la création d'une « Jamahiriya populaire sans pétrole ». « Ceci nous rappelle les anarchistes de l'URSS et lors de la Révolution culturelle. Ceci n'a aucun sens ! Que veut dire campagne explicative ? Que va-t-on nous expliquer ? Qui procédera à cela ? La présidence de la République n'a pas soutenu publiquement cette campagne… Kaïs Karoui n'est pas le porte-parole de la présidence de la République… C'est à l'Etat de statuer sur certaines affaires…», s'est-il exclamé.
Samir Dilou a, également, considéré que le président de la République faisait un monologue durant ses rencontres avec les ministres et hauts responsables. « Le président est même allé jusqu'à lancer des accusations durant ses rencontres », a-t-il critiqué.

Au sujet de la démission du mouvement Ennahdha, le député a expliqué que celle-ci résultait des choix politiques du parti ainsi que de sa gestion interne. Le président d'Ennahdha et son entourage doivent assumer leur responsabilité dans la dégradation de la situation et l'aggravation de la crise politique, selon lui.
« Le président de la République avait fait un premier pas dans la résolution de la situation de blocage politique. Il n'y a pas eu de réaction de la part de la ceinture politique soutenant le gouvernement Mechichi », a-t-il précisé.
« Lors d'une réunion, après le 25 juillet 2021, avec le président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi, Abdellatif Mekki et moi avions présenté plusieurs propositions mais il n'y a pas eu de réaction. Nous avons décidé de démissionner après avoir constaté l'échec dans la tentative de réforme », a-t-il poursuivi.
« Actuellement, il y a des échanges autour de la formation d'un nouveau parti. Il ne s'agit pas d'une tentative de recyclage du mouvement Ennahdha ou d'un projet au service de ce qu'on a appelé islam politique », a déclaré Samir Dilou.


« Pour la première fois de l'histoire de la République, une seule personne monopolise les pouvoirs et rien n'a été accompli… Nous avons attendu deux mois et demi pour la désignation de la cheffe du gouvernement… Nous attendons encore la loi de finances complémentaire de 2021 et la loi de finances de 2022 », a-t-il critiqué.
Samir Dilou a, aussi, évoqué la situation dans laquelle se trouvent certains députés tels que Hajer Bouhlel et Mustapha Ben Ahmed qui avaient été privés de leur droit aux soins.

Au sujet des contrats de lobbying, Samir Dilou a assuré qu'il n'avait pas connaissance de ces dossiers. « J'en ai entendu parler dans les médias… J'ai posé plusieurs questions mais je n'ai pas eu droit à toutes les réponses… En plus de la responsabilité juridique des personnes au courant de cela, il y a la responsabilité éthique envers les membres d'Ennahdha », a-t-il affirmé.
Quant à la saisie du serveur se trouvant au local du mouvement Ennahdha, le député a expliqué qu'il n'avait pas connaissance de ce qui se trouvait dans les locaux du parti. « Je ne fais plus partie de la direction du parti depuis 2016. Néanmoins, je reste inquiet par rapport aux éléments qui seront découverts car la responsabilité est collective », a-t-il dit.
Samir Dilou a, par la suite, estimé que malgré le manque de légitimité du gouvernement, il lui souhaité le succès. « Je reste convaincu que les mesures annoncées par le décret n°117 s'inscrivent dans le cadre d'un coup d'Etat », a-t-il considéré.
Le député a affirmé qu'il n'y a pas lieu de parler de processus de réforme. Il a estimé que les sondages reflétaient une image à un moment donné. Le soutien populaire peut disparaître à n'importe quel moment.
D'après la même déclaration, aucun chef du gouvernement ne peut élaborer des projets et des stratégies en l'absence de clarté sur la durée de son mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.