Forum de Davos : Bouden rencontre un certain nombre de dirigeants politique et d'institutions internationales    Dialogue national, UGTT, grève générale… Les 5 infos de la journée    Tunisie – Reprise des vols directs de l'Italie vers l'aéroport de Djerba Zarzis    Monde : Un tribunal ukrainien ordonne l'arrestation de l'ex-président Ianoukovitch pour trahison    Tunisie – Être contre le dialogue ne signifie pas être du côté de ceux qui se disent contre le putsch    Abu Dhabi : Plusieurs blessés dans l'explosion d'une bonbonne de gaz    La nouvelle Skoda Fabia remporte le Red Dot Award    Un Tweet. 41 mots. Deux photos ... et des messages    Le gouverneur de Ben Arous continue d'attirer les regards    Najla Bouden participe aux travaux du forum économique mondial de Davos, du 22 au 24 mai    "Time" : Poutine parmi les 100 personnes les plus influentes de 2022    Play-out Ligue 1 Pro : Résultats et classements après la 4e journée    Foot mondial : Où et quand regarder le jubilé de Samuel Eto'o ce lundi soir ?    Le message de Noureddine Taboubi à Kais Saïed    Sfax: La coordination de l'Environnement rejette l'idée de réutiliser les équipements de la SIAPE [Vidéo]    Béja | Une tortue marine relâchée à la plage de Zouaraa    Décès de l'ancien ministre de la Culture Ahmed Khaled    Sommet de la Francophonie en Tunisie...700 journalistes étrangers seront présents    Golf | Finale du championnat de Tunisie : La fête annuelle du golf à Gammarth    GCF se poursuit en ligne et propose les films de la compétition en streaming gratuit (Programme)    La Tunisie capable d'exporter 2,3 milliards d'euros d'habillement vers l'Europe    Une manifestation du PDL pour dénoncer le silence complice de la justice face à Saïed    L'UGTT: Bientôt, une grève dans le secteur public    Un juif Tunisien : J'aurai pu vivre dans d'autres pays mais j'ai choisi la Tunisie    En dehors du stade, Ronaldinho n'est pas un bon joueur    Comar d'Or 2022: Liste des écrivains lauréats de la 26e édition récompensés au théâtre municipal de Tunis    Le Salon de la Tunisie à Lyon ouvre ses portes ce week-end : Authenticité et qualité    Pourquoi | Internet et ses problèmes    Enquête | Energies renouvelables : Une porte vers la justice sociale...    Tribune | Festival des fleurs de Namangan 2022 : La ville de Namangan fleurit pendant le printemps    Tourisme | 1.000 postes d'emploi disponibles à Djerba et Zarzis : L'absence de main-d'œuvre se fait sentir    Tribune | Réflexions autour du livre « Prison et Liberté, parcours d'un opposant de gauche de la Tunisie indépendante », de Chérif Ferjani : Quand la prose du narrateur fait trembler les frontières    Lancement du Livre Blanc «Ticad 8 : Projets d'investissement» : Des projets fiables et soutenables pour l'investissement en Tunisie    Le Courant démocrate boycottera les élections et le référendum    Noureddine Ben Ayed : je suis le président légitime de l'Utap    Expatriés | Maâloul, sauveur d'Al Ahly SC    ESZ : Ça passe ou ça casse !    Classement WTA : Ons encore 6e, un seul changement dans le Top 10    Officiel : Najla Bouden en Suisse...les raisons    Météo: Températures en hausse, ce lundi    Inauguration d'une rue au nom de Claudia Cardinale à la Goulette : Un hommage amplement mérité    Coopération Tuniso-Mauritanienne : Renforcement des liens culturels et des projets communs    Claudia Cardinale en Tunisie du 25 au 30 mai courant    Ons Jabeur: Je suis déçue mais...    Palmarès de la 26ème édition du Comar d'Or    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Samir Dilou : les députés comptent célébrer la promulgation de la Constitution de 2014
Publié dans Business News le 26 - 01 - 2022

Le membre du comité de défense de Noureddine Bhiri, député et ancien membre du mouvement Ennahdha, Samir Dilou, a affirmé qu'il faisait partie du mouvement « Tunisiens pour la démocratie ». « Ce mouvement ne regroupe pas uniquement les démissionnaires d'Ennahdha. Nous débattons actuellement de la situation et des formes possibles que pourrait prendre le mouvement. Ce qui nous a unis est la lutte pour la démocratie », a-t-il poursuivi.
Invité le 26 janvier 2022 par Myriam Belkadhi sur les ondes de la radio Shems FM, Samir Dilou a affirmé avoir reçu une invitation à participer à la célébration de la promulgation de la Constitution de 2014. Il a reçu un sms précisant qu'un lien lui sera communiqué ultérieurement afin d'assister à une cérémonie en ligne.
Il a, également, précisé qu'une équipe médicale s'était rendue à l'hôpital Habib Bougatfa à Bizerte afin de suivre de près la situation de Noureddine Bhiri. D'après lui, les médecins avaient conclu que Noureddien Bhiri se trouvait dans une situation critique. « On nous a interdit en tant que ses avocats de le voir. L'assignation à résidence n'interdit pas la visite d'un avocat. Je me suis entretenu avec Chawki Tabib et Anouar Maârouf alors qu'ils étaient tous deux assignés à résidence ! », a-t-il dit.
Concernant la démission de Nadia Akacha, le député a considéré que l'existence de conflits au sommet du pouvoir était inquiétante. Il a évoqué les raisons de la démission citée dans une photo du document relayée par les internautes. Celle-ci comportait les expressions « divergence fondamentale » et « intérêt supérieur du pays ». « Il ne s'agit pas de divergence au sujet de la gestion du cabinet présidentiel ! Ceci suscite l'inquiétude, surtout en temps de monopolisation des pouvoirs par la présidence de la République. Kaïs Saïed est président de la République, chef du gouvernement puisque les prérogatives de Najla Bouden sont très limitées et président du parlement. Il cherche actuellement à mettre la main sur la justice. L'absence d'harmonie, de transparence et de communication au sein de la présidence combinée aux raisons évoquées par Nadia Akacha dans sa démission et aux démissions successives est inquiétante… Qui collabore encore avec le président ? Qui gouverne réellement ? Qui sont ses conseillers ? Le président s'isole de plus en plus ! », a-t-il affirmé.
Revenant sur les déclarations de Abdellatif Mekki au sujet du rôle d'intermédiaire joué par Nadia Akacha entre la présidence et Ennahdha, Samir Dilou a nié avoir connaissance de la chose. « Je n'ai pas eu vent de cela et je n'ai jamais joué le rôle d'intermédiaire. Le seul entretien que j'ai eu avec Nadia Akacha était à l'occasion de ma rencontre avec le président de la République… Un conseiller de Rached Ghannouchi avait nié tout contact entre Nadia Akacha et ce dernier. L'évolution de la situation après le 25 juillet 2021 ne peut que confirmer cela », a-t-il estimé.
Par la suite, Samir Dilou a critiqué l'attitude du ministre de l'Intérieur au sujet de l'affaire de Noureddine Bhiri. Il a considéré que ce dernier avait ordonné l'enlèvement d'un avocat. « Taoufik Charfeddine a enfreint la loi et continue à le faire… Il s'enfonce de plus en plus. Il a ordonné l'agression des manifestants du 14 janvier 2022… Il devrait prendre en considération la possibilité de son limogeage… Il s'agit de son deuxième mandat à la tête de ce ministère. Il devrait penser à son futur. Il pourrait faire l'objet de poursuites judiciaires », a-t-il déclaré.
Le député a critiqué la politique de communication et les gaffes diplomatiques au sein de la présidence de la République. Il a évoqué le communiqué concernant l'entretien téléphonique entre le chef de l'Etat et son homologue français et a appelé au renvoi de son auteur. « Le président de la République, selon ce communiqué, se plaignait d'une partie de son peuple auprès d'Emmanuel Macron. Qui est Macron ? Nous ne sommes plus une colonie ! Nous avons obtenu notre indépendance ! », s'est-il écrié.
Samir Dilou a, aussi, considéré que le président Kaïs Saïed allait démanteler l'ensemble des institutions de l'Etat. Il a estimé que le président avait contribué à la crise d'avant le 25 juillet 2021. Il a considéré que la scène politique reflétait la réalité tunisienne et que la suspension de l'activité parlementaire ne résoudra pas les défaillances et la crise politique. « Une procédure a été lancée dans l'urgence contre un journaliste ayant lu un poème que le président n'avait pas apprécié. Il a été arrêté au bout de six heures. D'un autre côté, aucune enquête n'a été ouverte au sujet des accusations de corruption lancées par le président de la République aux députés. Ces accusations représentent seulement un prétexte pour monopoliser les pouvoirs », a-t-il ajouté.
« Kaïs Saïed aurait pu être un président respectable, mais n'a pas la carrure d'un grand leader… Ses analyses et propos n'ont rien à voir avec la Constitution et le droit constitutionnel… Il y a des mécanismes de réforme… Il n'a pas le droit de modifier les règles du jeu durant la partie ! », s'est-il exclamé.
Samir Dilou a, aussi, considéré que Ridha Bouzaiene, décédé quelques jours après avoir participé aux manifestations du 14 janvier 2022, était mort en martyr quel qu'en soient les raisons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.