Ons Jabeur passe au second tour du tournoi de Wimbledon 2022    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Cyber-sécurité : L'ANSI met en garde contre une nouvelle technique d'hameçonnage    Auto: 16 industriels se sont associés dans le cadre du projet 5G    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Mourad Messaoudi : les magistrats continueront à faire grève !    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Une centrale solaire flottante installée au Lac de Tunis    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Les sympathisants de 5 partis politiques affirment avoir été agressés par les " milices de Kais Saïed"    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Lancement new Opel Mokka en Tunisie, tout sauf normal !    Météo: Températures en hausse, ce lundi    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comité de défense de Noureddine Bhiri : Plaintes visant le Président de la République et le ministre de l'Intérieur
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 01 - 2022

Les avocats ont affirmé, lors d'une conférence de presse, que Noureddine Bhiri est en situation de « disparition forcée ».
Le comité de défense de Noureddine Bhiri, dirigeant d'Ennahdha et député au parlement gelé, a annoncé hier avoir déposé des plaintes relatives à «l'enlèvement» de son client, dont une contre le Président de la République Kaïs Saïed, et une autre visant le ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine.
Ils ont affirmé, lors d'une conférence de presse au domicile de Noureddine Bhiri, qu'il était en situation de « disparition forcée », considérant que « la décision de le placer en résidence surveillée est intervenue dans le cadre de mesures de corrections ultérieures, c'est-à-dire qu'elle a été délivrée après son enlèvement et son transport vers une destination inconnue ».
Abderrazek Kilani, membre du comité de défense, a estimé que « Noureddine Bhiri est aujourd'hui en cas de disparition forcée, un crime puni par la loi et considéré comme l'un des crimes les plus graves », ajoutant qu'une plainte a été déposée auprès du Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Tunis et du Haut-Commissariat aux droits de l'homme « contre toute personne responsable de ce crime ».
Samir Dilou, également dirigeant d'Ennahdha et membre du comité de défense de Bhiri, a expliqué que « l'arrestation se fait en vertu d'une décision de justice et doit être motivée, ce qui n'est pas le cas dans l'affaire Bhiri ».
Selon Dilou, « Bhiri se trouve actuellement au service de réanimation de l'hôpital Habib-Bougatfa à Bizerte, mais il aurait pu être, avant cela, dans une caserne de Rimel ou Menzel Jamil (Bizerte), un centre de formation agricole ou une maison de la région qui servait avant la révolution à détenir des opposants politiques », a-t-il supposé.
Des plaintes déposées auprès de l'Union internationale des avocats
Le comité de défense de Bhiri a également demandé l'ouverture d'une procédure disciplinaire contre l'avocat et ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine, pour « atteinte à l'honneur de la profession d'avocat, en prenant la décision d'enlever son confrère Noureddine Bhiri et de le violenter ainsi que son épouse avocate Saïda Akremi », a encore indiqué Samir Dilou. Il a ajouté que des plaintes ont également été déposées auprès de l'Union internationale des avocats, l'Union des avocats arabes, le Rapporteur spécial des Nations unies sur l'indépendance de la justice et de la profession d'avocat ainsi que le groupe de travail sur la détention arbitraire.
Il a, en outre, affirmé que des démarches seront entreprises auprès de tous les organes judiciaires et de défense des droits humains internationaux et régionaux concernés par les violations des droits humains, en particulier la détention arbitraire et les disparitions forcées.
S'agissant de la mobilisation du mouvement Ennahdha pour la défense du haut dirigeant Bhiri contre le peu d'intérêt manifesté envers Fethi Beldi, également assigné à résidence, Dilou a indiqué qu'un autre comité de défense était en train de se constituer pour représenter ce dernier.
Au sujet de l'arrestation, Saïda Akermi, épouse de Noureddine Bhiri, a déclaré que « vendredi dernier, des agents en civil à bord de trois voitures noires et une blanche ont procédé à l'enlèvement après les avoir agressés tous les deux ».
Elle a indiqué que « le procureur de la République et la justice militaire ont nié être au courant de l'affaire », et que « c'est la ministre de la Justice qui a confirmé le placement de Bhiri en résidence surveillée dans un lieu civil, après avoir nié précédemment avoir eu connaissance du dossier ».
Mme Akremi a tenu le Président Kaïs Saïed pour « responsable de la sécurité » de son mari, l'accusant de « viser Bhiri dans tous ses discours « et lui demandant de « fournir la preuve de tout ce qu'il avance ».
Vendredi 31 décembre 2021, le mouvement Ennahdha a annoncé que « des agents en civil ont emmené le vice-président du parti et député du Parlement gelé Noureddine Bhiri vers une destination inconnue », qualifiant l'arrestation d' « enlèvement » et affirmant que Bhiri et son épouse, l'avocate Saïda Akermi, «ont été maltraités» au cours de l'arrestation.
De son côté, le ministère de l'Intérieur a annoncé, vendredi soir, avoir émis des décisions d'assignation à résidence à l'encontre de deux personnes, sans en préciser l'identité. Il a indiqué que la procédure intervient en application de la loi réglementant l'état d'urgence, notamment l'article 5 du décret n° 1978-50 du 26 janvier 1978, qui autorise le placement de toute personne en résidence surveillée afin de préserver la sécurité et l'ordre publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.