Sadok Belaid : le président ne m'a rien imposé et je m'en tiens !    Tunisie – Les conditions de l'UE pour venir en aide à la Tunisie    Tunisie – VIDEO : Kaïs Saïed exige que les magistrats s'acquittent de leur devoir !    Ligue 1/Ligue 2 : L'AJ Auxerre et l'ASSE partagent l'enjeu 1-1    FTF : Elyès Achouri opte pour l'EN    Monde : L'acteur américain Ray Liotta n'est plus !    Play-out Ligue 1 Pro : Un trio en tête après la J05 (Vidéo)    Affaire de l'aéroport : Seifeddine Makhlouf écope de trois mois de prison avec sursis    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    Les producteurs d'huile de pépins de figue de barbarie bio tunisienne au cœur d'une exposition de produits cosmétiques    La poste Tunisienne: Livraison des bouquets de fleurs dimanche    La Banque de Tunisie lauréate du prix : The Most Active Issuing Bank in Tunisia Award 2021    Après l'UGTT, l'UTAP rejette le dialogue national dans sa forme actuelle    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    La variole du singe est-elle moins dangereuse que le covid-19 ? Louzir répond    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Le court-métrage "Le Sandwich" de Iteb Akaichi disponible en streaming gratuit sur Artify    Tunisie: Aucun cas de variole du singe n'est enregistré pour le moment    (RE)BORN à la Galerie Musk & Amber: Réinventer la mode grâce à l'upcycling et la récupération    Othman Jerandi s'entretient avec Paolo Gentiloni    Kaïs Saïed envoie balader les Tunisiens    Démarrage des travaux de FITA 2022 : L'Afrique à l'épreuve des incertitudes    Par Jawhar Chatty : Le 25 juillet, les Tunisiens vont devoir « trancher »...    Pourquoi | Encore une...    Sousse: La récolte céréalière en deçà des attentes    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    Express    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Ligue 1 | 7e journée – Play-off – CSS-ESS (1-0) : Harzi, l'instinct du buteur !    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    UBCI au FITA 2022 pour accompagner les entreprises dans le développement de leurs projets    Tunisie-Ligue 1 (Play Off / J 07): le programme du jour    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    BCT, gouvernement et interférences...    Météo : Baisse relative des températures    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grosses pressions sur les banquiers pour financer le budget
Publié dans Business News le 26 - 01 - 2022

L'ancien président du directoire d'Amen Bank et actuel membre du bureau exécutif de l'IACE, Ahmed El Karm a publié, mercredi 26 janvier 2022, un bref statut, mais très significatif quant à la situation économique et financière de l'Etat, assurant : « Il existe une très grande pression sur les dirigeants des établissements financiers pour financer l'Etat ».


Cette démarche s'avère très grave et aux lourdes conséquences sur l'économie nationale. D'ailleurs, la Banque centrale avait déjà mis en garde contre les effets négatifs de l'accroissement de l'endettement du secteur public auprès du système bancaire sur sa capacité à financer les opérateurs économiques.

N'ayant pas trouvé des financements extérieurs pour financer son budget, l'Etat s'est tourné depuis un certain temps vers les banques tunisiennes pour boucler ses comptes. Le problème est que les capacités des banques sont limitées et elles ne vont plus pouvoir prêter de l'argent aux entreprises puisque cet argent est allé à l'Etat.
C'est l'effet d'éviction. Concrètement, si les entreprises ne trouvent plus d'argent à emprunter auprès des banques, elles ne peuvent plus créer de la valeur ajoutée, elles ne peuvent plus employer du personnel, elles ne peuvent plus payer d'impôts. Cela va du petit taxi qui fait appel au leasing pour financer son véhicule aux grandes entreprises qui financent leurs investissements tout en passant par les milliers de PME qui représentent l'essentiel du tissu économique tunisien. Du coup, il n'y a plus de croissance et le chômage grimpera en pleine période d'inflation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.