Poste tunisienne :Distinction du systéme D17 dans le "e-business"    Sahara libyen :20 cadavres repéchés à cause de la désydratation    Le Brief sportif national, continental et international du mercredi 29 juin 2022    Mondial Handball 2023 : Tirage au sort ce samedi à Katowice    VPG Africa : Tirage au sort du 2e tour de la CAF CL et la CAF Cup 2022    Associations et Femmes de droit dénoncent k'annulation du droit à l'avortement aux états unis et appellent à sa protection en Tunisie    Le Mufti de la république :le 9 juillet 2022 ,la fête du sacrifice    Inerte, la bourse de Tunis enchaîne les pertes    La Tunisie appelle au calme entre le Soudan et l'Ethiopie    Détérioration de l'état de santé des magistrats en grève de la faim    Wimbledon : Ons Jabeur s'impose et passe au 3ème tour    Résultat du concours de la 9ème : Inscription au service SMS à partir du 1er juillet    Des associations féministes appellent à protéger le droit à l'avortement en Tunisie    Tunisie: Les horaires de travail de la SONEDE pendant l'été    Hatem Mliki: L'annulation de la Constitution de 2014 mènera le pays vers un état d'instabilité    Deux ministres pour accueillir les visiteurs, puis quatre, combien la prochaine fois?    Monde-Daily brief du 29 juin 2022: L'Ukraine au cœur d'un sommet décisif de l'Otan à Madrid    Amine Mahfoudh salue les sacrifices de Sadok Belaïd    Nabil Hajji s'interroge sur la non participation de l'UTICA et de l'UTAP à la campagne de référendum !    Première médaille d'or pour la Tunisie aux JM Oran 2022 remportée au Pétanque    La Douane annonce des recommandations aux Tunisiens résidant à l'étranger    BILLET | Le tourisme voit le bout du tunnel    20e édition du Forum de l'Investissement | Ferid Belhaj, Vice-président de la Banque mondiale pour la région MENA : «Si vous voulez battre la compétition, il faut aller beaucoup plus vite, plus fort»    20e édition du Forum de l'Investissement | Ils ont dit…    Pour chaque service gagnant de Ons Jabeur, 100 € seront versés pour un lycée à Siliana    Affaires Belaïd et Brahmi : 33 individus, dont Rached Ghannouchi, officiellement accusés    CONDOLEANCES : M. Yassine FRIKHA    NEWS | Chadi Hammami rempile    En marge du tirage au sort des demies de la Coupe de Tunisie | CA-CSS : retour vers le futur !    Grève de la CTN les 17 et 18 juillet    Voici le top 20 de meilleures chansons de l'Histoire de la musique    Imed Hammami: Ma participation à la commission consultative est une phase lumineuse de ma carrière politique    Saif Kebsi : Adel Daâdaâ a présenté des informations inculpant les leaders d'Ennahdha    La Steg appelle ses clients à rationnaliser leur consommation d'électricité durant les pics de chaleur    Tunisie – Météo : légère baisse de la température    USA : Ce témoignage explosif pourrait détruire Trump et requinquer Biden    Reportage sur l'exposition «Abd el-Kader» au MUCEM de Marseille : L'Emir aux multiples dimensions    Mohamed Ibrahim Hsairi: Si j'étais l'Irak!    La Banque mondiale accorde un prêt à la Tunisie pour couvrir les importations de céréales    Le grand acteur Hichem Rostom n'est plus    L'ambassadrice de Tunisie à Washington reçue par Joe Biden    Hichem Rostom n'est plus    La chanteuse Souad Messi sort un nouvel album, la verra-t-on au Festival Carthage 2022?    «Résidences Jiser», du 4 mai au 3 juillet 2022 à Sousse : Créer et réfléchir ensemble    Eminem: Le rap est une excellente thérapie pour la santé mentale    Femme Noire de Léopold Sédar Senghor: Chants d'Ombre    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réunion du conseil de l'Isie : référen''doom''
Publié dans Business News le 28 - 05 - 2022

Le conseil de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a tenu une réunion à la date du 27 mai 2022 afin de débattre d'une nouvelle proposition du calendrier électoral dans le cadre de la tenue du référendum du 25 juillet 2022 tel que décidé par le chef de l'Etat, Kaïs Saïed.
Les premières minutes de cette réunion étaient assez calmes et routinières. On y a eu droit à une petite présentation en couleur démontrant les efforts fournis par l'Isie afin de garantir la réussite du référendum.

La clôture de la présentation et l'ouverture des débats a représenté un point de départ d'échanges chaotiques et insensés. Les interventions et remarques des membres du conseil ont reflété une grande divergence et un manque conséquent d'homogénéité. Les dires de Mohamed Tlili Mansri ont, par exemple, démontré les limites techniques et logistiques de l'Isie puisqu'il avait affirmé l'impossibilité de transporter les urnes et le matériel nécessaire au déroulement du référendum en l'espace de cinq jours, vers l'étranger ! La Tunisie n'est donc pas capable, en l'an 2022, de transporter le matériel vers les bureaux de vote en moins de neuf jours tel que prévu dans le calendrier initial.
La même personne ne semblait pas savoir que la loi interdisait l'enregistrement à distance des électeurs se trouvant sur le territoire tunisien. Pour rappel, l'article sept de la loi organique n° 2014-16 du 26 mai 2014, relatif aux élections et aux référendums stipule : « L'Instance peut procéder à l'inscription à distance pour les électeurs résidents à l'étranger. Elle peut recourir à des bureaux d'inscription mobiles ».
D'ailleurs, l'essentiel des débats tournaient autour de la question de l'inscription des électeurs. Sami Ben Slama, s'est empressé d'exploiter le sujet et d'étaler son implication et son patriotisme dans ce processus. Il a proposé de maintenir l'inscription ouverte même durant la période consacrée aux recours contre la liste des électeurs après sa publication. Bien évidemment, personne n'a compris cette démarche. Ainsi, nous avons pu assister à un membre de l'Isie appelant ouvertement et devant tous au non-respect de la loi électorale.
« Défendez l'inscription des électeurs ! Défendez là ! Il ne s'agit pas d'une question d'ordre personnel », avait déclaré Sami Ben Slama devant les caméras en essayant de passer pour le bon samaritain. Il a tenu à préciser qu'il s'abstenait de voter en faveur de la proposition de calendrier présentée et a tenu bon à démontrer son opposition à l'actuel président de l'Isie, Farouk Bouasker. On sentait même une certaine rivalité entre les deux hommes.
Sami Bel Slama et certains autres membres du conseil de l'Isie ont même insisté sur l'importance d'un entretien entre le président de la République et l'ensemble des membres du conseil. Réagissant à cette remarque, Farouk Bouasker a affirmé qu'il ne s'agissait pas d'une question au sujet de laquelle il pouvait trancher. Il a affirmé avoir communiqué à la présidence de la République la volonté de tenir des réunions avec l'ensemble des membres du conseil de l'Isie et qu'il n'y avait pas de retour de la part du chef de l'Etat. Ceci démontre que l'Isie n'a aucun pouvoir et n'est même pas capable de tenir une réunion avec le président.

Que dire alors des dépassements et des infractions ? L'Isie, aura-t-elle la possibilité de s'opposer à une possible ingérence de la présidence de la République ou à un non-respect des procédures et de la législation en vigueur ? Des questions auxquelles personne ne peut répondre puisque le président de la République nous a habitués à ce genre d'interrogation et avait choisi à plusieurs reprises une fuite en avant. Certains membres de l'instance semblent avoir adopté cette mauvaise habitude.
Après un petit « Défendez le droit des électeurs de s'inscrire », lancé et bien préparé par Sami Ben Slama, la tension est montée d'un cran. Ayant abandonné l'envie d'enfreindre la loi en ne respectant pas les délais accordés aux recours, Sami Ben Slama s'est interrogé sur la possibilité de renforcer les effectifs de l'Isie afin d'enregistrer plus d'électeurs. C'est alors que nous avons découvert que l'Isie ne s'était tout simplement pas préparée au référendum annoncé depuis le 13 décembre 2021. L'absence d'avancement à ce sujet ne résulte que d'une seule cause : la non-promulgation d'un texte juridique officialisant la tenue d'un référendum à la date du 25 juillet 2022. L'Isie était tout simplement paralysée par la passivité du président de la République à ce sujet.
Pour ce qui est du matériel utilisé à l'occasion des élections précédentes, le directeur exécutif de l'instance, Ridha Missaoui, a indiqué que les tablettes servant à inscrire les électeurs n'étaient pas en sa possession. Elles avaient été livrées au ministère de la Santé afin de permettre l'inscription des citoyens et le suivi de la vaccination contre le Coronavirus dans le cadre du programme Evax. Il semblerait que ces tablettes auraient été données sous la forme de dons puisque la question de leur récupération n'a pas été abordée ! Ceci a poussé le président de l'Isie, Farouk Bouasker à proposer l'une des solutions les plus archaïques : l'inscription manuelle.

La Tunisie, voulant développer le secteur du digital et usant de plusieurs slogans portant sur la numérisation et le numérique, déploiera donc des centaines et des centaines d'agents d'inscription munis d'une rame de papier et d'un stylo ! Ils devront passer la journée à écrire des noms et des numéros et retourner par la suite aux locaux des instances régionales pour saisir les informations collectées sur ordinateurs et les ajouter à la liste des électeurs. Une méthode qui a permis à certains électeurs en 2011 de voyager gratuitement ! En effet, rappelez-vous ces citoyens de Grombalia qui se sont retrouvés inscrits sur la liste des électeurs de Grenoble ! Rien de surprenant, puisque nous avions demandé à des citoyens de sillonner les rues, les marchés, les cafés et les grandes places à coup de " Bonjour, Êtes-vous inscrit aux élections ?" Durant toute la journée. Certains travaillaient de 8h du matin à 20h du soir puis procédaient, durant le reste de la soirée, à la saisie des données. Une méthode révoltante et qui reflète l'écart entre la réalité et les pseudo-solutions proposées par des personnes en costume cravate, convaincues d'être en train de construire un nouveau monde.

Cet écart s'est fait ressentir à la clôture de la réunion du conseil de l'Isie. Les membres n'ont voté ni en faveur ni contre le calendrier. Ils n'ont pas eu la possibilité de décider puisqu'à chaque fois, une seule conclusion était faite : nous devrions consulter le président de la République à ce sujet et lui demander de promulguer un décret à ce sujet. Attitude d'une instance pas aussi indépendante que ça au final ! Le comportement et les remarque contradictoires des membres du conseil et les tensions qui étaient claires nous amènent à nous interroger sur leur capacité de travailler en équipe et de garantir le bon déroulement du référendum et des élections prévus pour cette année (si cela reste encore possible).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.